Archives par étiquette : doctrine

La glose du Pater – 1

La glose du Pater – 1

La glose

Ce terme qui désigne les commentaires annexes à un texte en vue de l’expliquer plus clairement, peut aussi être considéré de façon péjorative comme un discours oiseux. Il me revient donc de veiller à demeurer dans le premier sens sans tomber dans le second.
Proposer des interprétations d’un texte est à la portée du premier venu. Cependant, si on veut s’y risquer avec un texte philosophique ou religieux, il convient de faire preuve d’une grande prudence. Et si l’on veut le faire avec le texte essentiel du Christianisme, la prudence ne suffit plus ; il faut y adjoindre une grande humilité et une foi à toute épreuve.
Autant dire que je suis très conscient de la difficulté de mon entreprise, ce qui explique je veuille avancer sous le contrôle de tous pour limiter les risques de dérive.

Continuer la lecture

Pratiques rituelles

Pratiques rituelles

Comprendre la doctrine cathare implique de connaître les éléments qu’elle va produire dans sa mise en pratique, à savoir le sacrement de la Consolation et les rituels qui intéressent les croyants, les novices et les Consolés.

Vous trouverez ici les textes qu’il m’a semblé utile de vous proposer pour vous aider dans cette démarche.

1 – Documents cathares de référence

2 – Rituels et pratique

La prière et la méditation

  • Le Pater, prière des Cathares : chapitre 123 – 45
  • La glose du Pater : 12 – 3 – 4 – 5 – 6

Les jeûnes et les carêmes

La Paix (baiser de paix ou Caretas)

 

Évangile selon Matthieu – Chapitre 23

Ce texte est tiré du Nouveau Testament publié dans la collection La Bibliothèque de la Pléiade des éditions NRF Gallimard.
Introduction de Jean Grosjean, textes traduits, présentés et annotés par Jean Grosjean et Michel Léturmy avec la collaboration de Paul Gros.
Afin de respecter le droit d’auteur, l’introduction, les présentations et les annotations ne sont pas reproduites. Je vous invite donc à vous procurer ce livre pour bénéficier pleinement de la grande qualité de cet ouvrage. Continuer la lecture

Catharisme d’aujourd’hui – Sommaire détaillé

Catharisme d’aujourd’hui : Table des matières

Vous trouverez ci-dessous le sommaire détaillé de mon livre qui, vous le verrez, propose une approche exhaustive du sujet mais aussi novatrice puisqu’il permet de combler les vides laissés par les historiens concernant les origines du Catharisme.

L’étude théologique est elle inédite à ce jour et permet une compréhension fine de la cosmogonie et de la philosophie cathares ainsi qu’une approche détaillée de la doctrine et de la pratique rituelle et séculière.

Revenir à la présentation générale Continuer la lecture

Catharisme d’aujourd’hui – Éric Delmas

Catharisme d’aujourd’hui – Éric Delmas

couv-rectoQuatrième de couverture

Grâce aux plus récentes recherches sur le catharisme que présente ce livre, vous découvrirez un christianisme présent depuis le premier siècle et toujours vivant aujourd’hui. C’est en étudiant les groupes religieux qui ont précédé les Cathares, comme les Bogomiles, les Pauliciens, les Marcionites, sans oublier les communautés fondées par Paul, que l’on a pu reconstituer l’évolution historique et doctrinale de ceux qui ont dû fuir Jérusalem pour se réfugier au nord, en Samarie et en Judée, et même jusqu’à Damas. Comme Jésus et Étienne, qui le payèrent de leur vie, ils blasphémaient le Dieu des Juifs, alors que les anciens disciples, Pierre et Jean, ou même Jacques le frère de Jésus ne furent pas inquiétés et demeurèrent sur place. C’est en les pourchassant que Paul reçu la révélation qui le poussa à rejoindre ces communautés qui concevaient le message de Christ en dehors de la religion juive. Continuer la lecture

Au royaume des aveugles…

Cette expression remonte aux origines de notre civilisation puisqu’on la trouve déjà à l’époque romaine : « Beati monoculi in terra caecorum ». Tout le monde la connaît et personne ne la remet en question.
Quelle est sa signification ? Face à des ignorants la moindre parcelle de compétence vous fait paraître brillant alors qu’en situation normale vous ne le seriez pas.
Cette situation semble, non seulement être aussi vieille que notre civilisation, mais aussi être commune à tous les domaines de l’humain. Continuer la lecture

Le christianisme cathare est bien vivant !

Catharisme historique

Le catharisme est un christianisme authentique et originel

ICHTYUS symbole chrétienParler de Catharisme c’est parler de Christianisme. Certes, pas celui dont vous avez toujours entendu parler, mais celui qui puise tout son contenu aux sources originelles du premier siècle, c’est-à-dire au Christ, à l’Évangile de Jean et à Paul de Tarse, ainsi qu’à ceux qui les ont suivis au siècle suivant en approfondissant leur doctrine (Apollos, Cérinthe, Ménandre, Satornil, Marcion de Sinope).
Le Catharisme fut accusé d’hérésie ; il fut comparé à tort par les hérésiologues judéo-chrétiens au Manichéisme (du perse Manès ou Mani) et à l’Arianisme (de l’évêque Arius) ou plus récemment à la théologie d’Origène et aujourd’hui d’aucuns voudraient le réduire à une simple dissidence catholique, voire nier jusqu’à son existence.
Le Catharisme existe par lui-même, car il est un choix chrétien, comme il en a existé des dizaines dans les premiers siècles de notre ère et comme il en existe encore quelques-uns. Il découle directement de la première scission (schisme ?) survenue à Antioche — après la validation du concile de Jérusalem —, lorsque Jacques (le frère de Jésus), les disciples Pierre et Jean firent le choix de n’évangéliser que les Juifs alors que Paul décida d’évangéliser aussi les nations (c’est-à-dire les païens). C’est de ce Christianisme-là que se revendiquent les Bons-Chrétiens cathares.
Il rappelle que l’Évangile est une prédication de paix et d’amour absolu. Il est en filiation directe avec le Christianisme des origines de par son choix évangélique, mis en avant sur le plan théorique et surtout dans sa pratique. Il fait de Christ l’alpha et l’oméga du message divin sans le relier à d’autres messages qui ne peuvent venir du Dieu d’amour.

Catharisme aujourd'hui

Le christianisme cathare, une spiritualité durable

logo catharisme d'aujourd'huiUne idée, une conception intellectuelle, qu’elle soit religieuse ou non, ne disparaît pas forcément quand celui ou ceux qui l’ont développée disparaissent. Il suffit qu’une seule personne s’y intéresse pour qu’elle reprenne de la vigueur. Le Catharisme est une continuité du Christianisme authentique — c’est-à-dire du Christianisme paulinien du premier siècle — comme le furent, du IIe au Xe siècle, le Marcionisme d’abord, puis le Paulicianisme, vraisemblablement inspiré par ce dernier, et lui-même inspirateur du Bogomilisme dans les territoires du nord de l’Empire romain d’Orient. Le Catharisme s’est lui-même développé par la diffusion du Bogomilisme, via les voies commerciales d’Europe centrale et du nord-est de la France d’alors. Il est vraisemblable qu’il s’est implanté en Italie et en Occitanie, directement, via les troupes de la première croisade, qui comptaient dans leurs rangs des éléments pauliciens prêtés à Raimond IV de Saint-Gilles, comte de Toulouse par l’empereur Alexis Comnène.
La spiritualité cathare s’est transmise jusqu’à nos jours, sous différentes formes (mémoire familiale, contes, chants, etc.) malgré la nécessité de demeurer cachée et la disparition de sa structure ecclésiale.

Le catharisme peut-il être moderne ?

logo communauté cathareLe Catharisme d’aujourd’hui ne saurait être considéré à l’identique de celui du Moyen Âge. Deux conditions me semblent indispensables à la résurgence de cette spiritualité. Tout d’abord, pour que cela se fasse dans l’esprit qui animait les Bons-Chrétiens du Moyen Âge, il est nécessaire de bien connaître son histoire, ses sources, sa philosophie et ses énoncés doctrinaux. Nous devons comprendre comment les Cathares et leurs prédécesseurs étudiaient les textes chrétiens dans leur ensemble et quelles interprétations ils en tiraient. Ensuite, il convient d’admettre que le terme de Catharisme n’est qu’une facilité de langage, car personne ne peut prétendre « ressusciter » ce qui était intimement lié à une période historique donnée. Son usage doit être considéré comme un hommage envers ceux à qui ce nom était donné dans un but diffamatoire, comme ils usaient eux aussi du terme « Chrétien » pour rendre hommage à ceux dont on se moquait ainsi au premier siècle. Il faut travailler aussi à une adaptation de la forme de ce Christianisme aux connaissances et aux acquis qui sont ceux de notre époque sans en modifier le fond.
Figer le Christianisme à l’époque cathare serait aller à l’opposé de nos prédécesseurs qui avaient su lui conserver son caractère non dogmatique et qui s’interdisaient toute référence à des symboles, fussent-ils humains. Inversement, toute modification des éléments doctrinaux et des pratiques doit se faire prudemment afin de ne pas entraîner le Catharisme moderne dans une dérive néo-cathare qui serait contraire à l’esprit qui était le sien. En l’absence d’autorité morale digne de ce nom, il convient donc de ne modifier que les éléments pour lesquels nous disposons d’arguments indiscutables. Le reste devra attendre que l’Église cathare se soit reconstituée et qu’elle dispose des compétences nécessaires.

La résurgence cathare aujourd’hui

maison-cathare-logoComme son nom l’indique, la résurgence cathare est la réapparition du Catharisme qui fut un temps occulté par la répression et un apparent oubli.
Cette réapparition ne peut mériter le terme de résurgence que si elle est conforme à l’original, ce qui n’interdit pas des adaptations liées à l’évolution des connaissances qui s’est faite entre le Moyen Âge et aujourd’hui ainsi que des adaptations — à la marge — de choix compatibles avec leur époque et peu envisageables de nos jours.
Elle se manifeste aujourd’hui par une communauté de croyants — assistée de sympathisants — qui œuvrent à la mise en place d’une structure ecclésiale, embryon de la future Église cathare de France, et à l’ouverture de la première maison cathare, issue de cette résurgence, qui se trouve à Carcassonne et qui accueille son premier novice depuis le 16 mai 2016.
Mais il ne faut pas confondre la résurgence — qui conserve intactes la doctrine et la praxis cathare — avec un néo-catharisme qui se contenterait d’une connaissance intellectuelle dénuée de mise en œuvre pratique ou dont la pratique serait éloignée des choix des Bons-Chrétiens, que ce soit en matière de pratiques rituelles, de choix de vie, etc. Bien entendu, cela ne s’entend que pour les personnes désireuses d’entrer en noviciat pour préparer leur Consolation.
Il ne faut pas non plus nous laisser abuser par l’appropriation du terme Catharisme, par des mouvements dont les comportements, en matière d’ouverture au monde et de transparence, démontreraient qu’ils agissent par appropriation abusive d’un terme valorisant, sans en porter aucunement le contenu spirituel et doctrinal.

Recherche historique

Une aide essentielle

parcheminAprès cinq siècles de silence, des voix se sont élevées pour redonner aux principes cathares toute leur validité. Il faut dire que le Catharisme doit beaucoup à des chercheurs qui, malgré l’absence de reconnaissance, voire le risque professionnel encouru à choisir un sujet « sulfureux », ont permis de faire le tri entre l’Histoire et quelques approches moins documentées, dictées soit par une sensibilité romantico-régionaliste sympathique, mais parfois brouillonne soit, et c’est plus grave, par une vision sectaire à mille lieues du message chrétien. Faire émerger la pensée cathare depuis les sources existantes et sur la base de réflexions portant sur les mêmes outils est un lourd travail. En effet, au-delà de l’intérêt historique et philosophique qu’il y a à chercher à comprendre comment ces hommes et ces femmes du Moyen Âge avaient organisé leur communauté, il va falloir aussi adapter cette philosophie de vie aux grands changements qui sont intervenus en cinq siècles et qui ne peuvent être passés sous silence dans une religion adogmatique, donc adaptable dans sa forme.

Des tentations « négationnistes »

Les travaux historiques novateurs de la seconde moitié du XXe siècle ont donné au Catharisme sa plénitude. Cette assise confirme le Catharisme dans sa position de grand mouvement chrétien renaissant de ce milieu du Moyen Âge. Et pourtant, quelques tentatives de marginalisation ont cherché à les remettre en cause, soit en critiquant les compétences des premiers chercheurs, soit en proposant une « déconstruction » des vérités historiques pourtant solidement étayées. Dans le même temps, des intérêts mercantiles ont cherché à circonscrire le Catharisme à une dimension régionale et à un aspect de curiosité socioculturelle. Mais l’intérêt éveillé par ces manœuvres strictement commerciales a dépassé ses auteurs et a suscité un désir d’approfondissement de la connaissance culturelle et religieuse du Catharisme. Donc, ni la « déconstruction » de la réalité historique ni les ridicules tentatives de dénigrement des sources profondes de la religion cathare et de ses motivations non violentes, ou la volonté de le réduire à une simple dissidence catholique ne peuvent cacher la vérité à celles et ceux qui veulent se donner la peine de les explorer. Là où l’histoire a rempli son rôle, il reste à la philosophie et à la théologie à remplir le leur.

Recherche élargie

Catharisme d’aujourd’hui et Culture et Études Cathares

Culture et études cathares - logoCe site, né en 2007, a développé un contenu important et éclectique qui a cristallisé un réseau, sans cesse croissant, où se retrouvent de nombreuses sensibilités chrétiennes en accord avec les fondamentaux cathares. Le créateur du site est lui-même favorable aux thèses du Catharisme dyarchien, improprement appelé absolu, tel qu’il fut largement répandu en Languedoc, mais que l’on trouvait aussi dans d’autres régions européennes. Les personnes qui se reconnaissaient dans la démarche culturelle et de recherche ont créé une association sans but lucratif et sans objet religieux. Cette association — Culture et Études Cathares — créée à Carcassonne en 2011 s’est accordée avec le créateur du site afin de développer une synergie utile à tous. C’est la raison qui nous pousse aujourd’hui à joindre nos efforts en favorisant le travail collectif sur l’initiative individuelle, sans renier le travail déjà fait.

Catharisme d’aujourd’hui, le livre

Parmi les travaux que l’association diffuse, on trouve le livre Catharisme d’aujourd’hui – Le Christianisme cathare, du premier siècle à nos jours. Son histoire, sa doctrine et sa pratique ecclésiale qui regroupe et développe les travaux et les recherches du créateur du site. Vous pouvez vous le procurer directement via la boutique du site. Ce livre, qui essaie d’être aussi exhaustif que possible, regroupe ce qu’il convient de connaître sur l’histoire du Catharisme, sa doctrine et son évolution au travers des différents groupes qui l’on portée ainsi qu’une étude approfondie de sa pratique ecclésiale, tant par les croyants que par les Bons-Chrétiens de l’époque. Fidèle à son titre, ce livre propose également les conditions de remise en place d’une communauté cathare au XXIe siècle.

Fond documentaire de recherche

Afin de permettre à toutes les personnes menant des recherches — nécessitant l’accès à des documents soumis au droit d’auteur — de profiter de notre fond documentaire, nous avons mis en place un système de prêt de documents numérisés, soumis à un protocole d’accord. Pour en bénéficier, suivez les indications figurant dans le menu Demande de documents numérisés de l’onglet Bibliothèque cathare. Cet accès est limité aux chercheurs, professionnels ou amateurs, auxquels peuvent se joindre les membres de l’association Culture et Études Cathares, dont les statuts incluent la recherche sur le Catharisme dans ses objectifs.

L’histoire des religions est-elle aujourd’hui une mission impossible ?

Introduction

J’avais déjà, dans un article vieux de près de deux ans, évoqué les paradoxes de la recherche historique, particulièrement présents en matière d’histoire des religions.
Je me dois de rajouter à ce sujet quelques éléments de compréhension qui vont peut-être surprendre vos tranquilles certitudes en matière de fiabilité de ce qui apparaît souvent comme une science alors qu’il s’agit au mieux d’un art.
Il en va de la recherche historique comme de la médecine et de la justice. Cette discipline ne pose pas de lois en elle-même mais elle utilise les lois posées par des sciences qu’elle utilise aux fins de résoudre ses problèmes, voire ses paradoxes.
En fait, médecine et histoire sont deux activités qui fonctionnent sur le même principe que la justice, à savoir l’enquête qui sert à mettre en évidence des hypothèses et l’intuition qui sert à trier parmi les hypothèses afin de dégager un choix préférentiel que l’on va tenter d’étayer au mieux. Ensuite, soit on obtiendra un résultat indiscutable (aveu, guérison, confirmation secondaire), soit on devra conserver la modestie d’accepter que le résultat soit sujet à remise en question ultérieure.
Comme en médecine et en enquête policière et judiciaire, la recherche historique utilise des outils validés par d’autres sciences. L’étude des documents utilise les sciences physiques pour les dater et les sciences humaines pour les situer dans leur contexte social et humain. Mais elle ne peut se limiter à cela et elle va être amenée à formuler des hypothèse qu’elle cherchera à valider ou à écarter.
C’est le centre de mon propos d’aujourd’hui. Continuer la lecture

Les mondes impénétrables

Les mondes impénétrables

Les mondes du Bien et du Mal sont impénétrables l’un par l’autre. Comme l’huile et l’eau, ils peuvent se mêler mais ne se mélangent pas intimement. C’est pourquoi nous vivons dans un état de perpétuelle incertitude, car viscéralement constitués de Bien, nous sommes perpétuellement environnés de mal.
Cela nous amène souvent à agir d’une façon erronée malgré des motifs sains. Continuer la lecture