Église cathare

Information

Église cathare de France

Les historiens vous le diront : l’Église cathare a disparu au Moyen-Âge, soit à la chute de Montségur pour son implantation languedocienne, soit lors de la répression italienne pour son implantation locale, soit dans la seconde partie du 15e siècle quand les turc envahirent la Bosnie où s’étaient réfugiés ceux qui avaient survécu aux épisodes précédents.

Mais cette vision du catharisme fait l’économie des fondements de cette religion. En effet, le catharisme ne repose en rien sur ce qui fait ce monde. Ayant toujours refusé de s’associer au monde et aux pouvoirs qui le dirigent, il ne se conçoit lui-même que comme une sorte de «pont» tendu par l’empyrée divine vers les esprits saints tombés dans la matière et prisonniers dans ce monde.

Cela est extrêmement important, car cela permet d’expliquer que les vicissitudes de ce monde ne sauraient influencer le catharisme dans son existence et dans son développement. Aussi, quoi qu’en pensent les historiens et les autres, l’Église cathare de France n’est pas morte, puisqu’elle ne peut mourir tant qu’une personne se lèvera pour en porter ouvertement la doctrine et la pratique.

Mais dans la France d’aujourd’hui il n’est pas possible de faire l’impasse sur quelques obligations réglementaires. C’est pourquoi nous avons créé une association à objectif cultuel afin de permettre aux personnes qui s’intéressent au catharisme dans sa dimension religieuse de pouvoir mieux s’informer et faire leurs propres choix.
Ainsi, si vous vous sentez en sympathie pour cette religion et que vous souhaitez l’aider à reprendre pied dans son époque actuelle, si vous êtes croyant cathare et que vous cherchez à rejoindre d’autres croyants pour cheminer spirituellement de concert, vous pouvez désormais rejoindre cette association.

Il est important de préciser que l’association Église cathare de France, qui est clairement orientée sur le plan spirituel, doit être différenciée de l’association Culture et études cathares qui est strictement laïque, même s’il est évident qu’elles travaillent souvent en synergie puisque leur dénominateur commun est leur intérêt pour le catharisme.

Guilhem de Carcassonne, chrétien cathare, président de l’association Église cathare de France.