Pourquoi ce monde n’est pas le mien

1 457 vue(s)

La nuit, le ciel est parsemé d’étoiles,  j’y aperçois une partie de notre galaxie, le cosmos, l’infini.
À la vue de cette création, tout cet univers visible, Dieu a rejoint son royaume immatériel, un autre monde, pour nous inconnu et invisible.
Et là, à quelques distances de notre système solaire, à quelques années lumières, parmi cette immensité, il y a nécessairement d’autres créatures qui voient et pensent beaucoup de choses comme nous.
Nos savants nous disent, que dans notre seule voie lactée, des planètes, il y en a des milliers et des milliers plus vieilles ou plus jeunes les unes que les autres.
La vie sous toutes ses formes s’y est développée partout où cela était possible et après quelques milliards d’années, une Entité Biologique Avancée, quelque part sur une de ces planètes lointaines, a pris conscience de sa réalité, de son environnement, de notre créateur et ordonnateur.

Un système planétaire est une immense machine mue par la gravitation, qui tourne, s’use et se déplace à  travers le vide d’un espace encombré.
Notre Terre a déjà eu à subir pas mal de cataclysmes, internes (tremblement de terre, éruptions volcaniques) , et externes comme des collisions avec des météores et des géo croiseurs, des approches de comètes dévastatrices avec peut-être, des extinctions partielles ou totales de la vie.
Pendant ce temps, des civilisations extraterrestres se sont développées dans notre espace environnant alors que sur notre terre nous n’en étions peut-être qu’à nos premiers vertébrés, ou à tout recommencer pour la énième fois.

Il y a « 300 à 400 000 ans » si j’en crois les traductions des tablettes sumériennes, des visiteurs, passant pour des Dieux seraient venu explorer et exploiter notre planète.
C’est à la suite de cette visite qu’ils auraient décidé d’utiliser un hominidé comme esclave, un animal génétiquement modifié par leurs soins et trouvé sur place, vraisemblablement un homo érectus.
Ce primate qui n’était jusqu’à lors qu’une bête sauvage et aurait du le rester, se voyait pourvu accidentellement bien avant l’heure d’intelligence et de conscience bien plus que nécessaire.

Les siècles et les millénaires passants, cet Adam est devenu l’égal de son créateur alien. Et notre planète s’est retrouvée dotée du plus terrible prédateur de la création, l’homo érectus de nos tablettes sumériennes, l’Adam  de notre ancien testament et de son dieu créateur YHWH, devenu l’homo sapiens sapiens d’aujourd’hui.

La vieille bible des Hébreux tente de nous raconter à sa ‘manière et à son avantage’ l’histoire d’une création et de ce monde et notamment celle de quelques hommes ambitieux, inspirés et très savants, faisant partie de la cour et du clergé d’un pharaon affaibli, trahi et lâché par des milliers de ses sujets, abandonnant l’Egypte aux environs de 1500 av JC. à une date et une période de bouleversements cataclysmiques parfaitement prévus et exploités.
Soit disant 600.000 hommes et leur famille, soit plus de 2.400.000 âmes soumises, terrorisées et conditionnées dans leur chair et leur esprit par un prince Egyptien et son Dieu Yhw, menées à la conquête d’une ‘terre promise’ où l’ordre leur a été donné de s’établir par la terreur, le crime, l’extermination, le génocide.
Exode de plus de 2.400.000 de personnes pendant 40 années, le tiers de la population d’Egypte à cette époque, qui n’aura laissé aucune trace physique sur le terrain pas plus qu’écrite dans son histoire ???

C’est l’histoire du Livre et du petit peuple ‘élu de Dieu’, une conquête qui, me semble-t-il dure encore et met la planète à feu et à sang depuis plus de 3500 ans !
Il y a 11 ans, je rédigeais mon mémorandum et j’écrivais dans une de mes 4 vérités ; Dieu existe.
-Dieu, je l’ai cherché avec entêtement, pendant près de 50 ans.
Dans la Bible et de nombreux ouvrages, la prière, les églises, la nature, l’homme, Jésus.
Et je l’ai enfin trouvé, un beau matin, un très beau matin.

Cette découverte m’a bouleversé, et marginalisé encore un peu plus.
Dieu, le Père, je ne l’ai pas rencontré, il est absent et il ne peut être aucunement de ce monde. Mais, c’est sa manifestation, cette représentation par l’image du Christ et un aperçu de la connaissance de la parole divine que j’ai eu la grâce de recevoir ce matin là.
La vieille bible n’est pas crédible et je lui préfère la genèse rapportée par Sumer, bien plus claire.
Le Dieu créateur de l’univers est très loin de moi, inaccessible à mon raisonnement mais pas à ma conscience.

Nous descendons d’un animal terrestre, et appartenons à quelqu’un ou à quelque chose de malveillant qui nous est très supérieur.

Une opération de génie génétique qui c’est très mal passée et dont nous avons fait les frais.
Tellement mal passé qu’une parcelle de notre Dieu, le Père, s’est retrouvée malencontreusement dans cet adam.

C’est par le fils, Jésus Christ, venu nous sauver, par ses enseignements et eux seuls, que l’on va vers l’autre monde, immatériel, invisible, éternel, divin, celui du Père saint, du fils et du Saint Esprit.

Encore faut-il vouloir y aller !
Les bons chrétiens
l’avaient compris et avaient fait ce choix.
Combien les ont suivis ?
Combien en reste-il  après 1700 ans de mensonges, de trahisons, d’assassinats ?
Une centaine, un millier, un million ?
Et nous sommes aujourd’hui quasiment sept milliards de terriens !

Demain septuagénaire, je suis et resterai un bouseux, un nul, un marginal, un extrémiste, un enfoiré.
Mais à chacun son chemin de justice et de vérité, en respectant la vie, toutes les vies.
Convaincu que celui des Bons Chrétiens était le bon, il est devenu le mien, *ara, i més que mai.
(*maintenant, et plus que jamais.)

Faites connaître cet article à vos amis !

Information

Contenu soumis aux droits d'auteur.

0