Le casus de la bête prise au piège

Information
  • Accès total


Ce cas de figure apparaît à plusieurs reprises et est relaté différemment selon qu’il s’agit de documents du début du XIIIe siècle ou du XIVe siècle.
Son intérêt, quel que soit le sens qu’aient voulu lui donner les rédacteurs et les témoins, réside dans le fait qu’il évoque la façon dont un Bon-Chrétien doit envisager ses rapports aux autres, et plus largement, ses rapports au monde qu’il sait imparfait et maléfique.
En effet, conscient du caractère irrémédiablement maléfique qui est celui de la création du démiurge, le Bon-Chrétien ne peut envisager d’intervenir pour le modifier et le rendre divin. Le mauvais arbre ne donnera jamais de bons fruits. Cette conception est typique du Catharisme et constitue une pierre d’achoppement avec les autres religions chrétiennes.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner
0