Consolation de Guilhem

Information

343 vue(s)

Consolation de Guilhem

Cette Consolation est une première depuis sept siècles environ.

Elle n’est que la partie émergée d’une évolution spirituelle qui s’est construite tout au long de cinq années de noviciat, composé de rituels rigoureusement suivis et d’études dans le domaine doctrinal et pratique.

La Consolation spirituelle s’est déjà produite ; c’est le moment où le novice ressent le lien avec le Saint-Esprit paraclet qui nous accompagne depuis l’éveil à la spiritualité cathare.

Cette Consolation sacramentelle permet d’affirmer ouvertement à la communauté ecclésiale et au monde que le catharisme est toujours vivant et actif.

La configuration de cette première Consolation est particulière. L’absence de consolés disponibles pour effectuer le sacrement oblige à adapter le déroulé de la cérémonie.

Vous trouverez ci-dessous le déroulé du sacrement avec en rouge les éléments qui ne seront pas réalisés pour les raisons que je viens d’expliquer.

Préparation du sacrement

Si un novice est en abstinence, et si les chrétiens sont d’accord pour lui donner la Consolation, qu’ils se lavent les mains, et les novices et croyants, s’il y en a, également.

Et puis que l’un des consolés, celui qui est après l’ancien, fasse trois révérences à l’ancien.
Qu’il prépare une table, et fasse trois autres révérences.
Qu’il mette une nappe sur la table, et fasse trois autres révérences.
Qu’il mette le livre sur la nappe.
Qu’il dise : Bénissez-nous, épargnez-nous.

Que le novice fasse son Amélioration et prenne le livre de la main de l’ancien.

Admonestation

L’admonestation qui suit sera normalement enregistrée pour être lue au novice. Si cela est possible vous pourrez la suivre via Skype® en visioconférence. Merci de ne pas intervenir ni commenter.

« Guilhem, vous voulez recevoir le baptême spirituel, par lequel est donné le Saint-Esprit dans l’Église de Dieu, avec la sainte oraison avec l’imposition des mains des consolés.

De ce baptême le Christ dit, dans l’Évangile selon Mathieu, à ses disciples : « Allez et instruisez toutes les nations, et baptisez-les au nom du père et du fils et du Saint-Esprit. Et enseignez-leur à garder toutes les choses que je vous ai commandées. Et voici que je suis avec vous pour toujours jusqu’à la consommation du siècle. »

Et dans l’Évangile selon Marc, il dit : « Allez par tout le monde, prêchez l’évangile à toute créature. Et qui croira et sera baptisé sera sauvé, mais qui ne croira pas sera condamné. »

Et dans l’Évangile selon Jean il dit à Nicodème : « En vérité, en vérité je te dis qu’aucun homme n’entrera dans le royaume de Dieu s’il n’a été régénéré par l’eau et le Saint-Esprit. »

Et Jean- Baptiste a parlé de ce baptême quand il a dit : « Il est vrai que je baptise d’eau ; mais celui qui doit venir après moi est plus fort que moi : je ne suis pas digne de lier la courroie de ses souliers. Il vous baptisera du Saint esprit et de feu. »

Et Jésus-Christ dit dans les Actes des apôtres : « Car Jean a baptisé d’eau, mais vous serez baptisé du Saint esprit. »

Ce Saint baptême par l’imposition des mains a été institué par Jésus-Christ, selon ce que rapporte Saint Luc, et il dit que ses amis le feraient, comme le rapporte Saint Marc : « Ils imposeront les mains sur les malades, et les malades seront guéris. »

Et Ananias fit ce baptême à l’apôtre Paul quand il fut converti. Et ensuite Paul et Barnabé le firent en beaucoup de lieux. Et Pierre et Jean le firent sur les Samaritains. Car Luc le dit ainsi dans les Actes des apôtres : « Les apôtres qui étaient à Jérusalem ayant appris que ceux de Samarie avaient reçu la parole de Dieu, envoyèrent à eux Pierre et Jean. Lesquels y étant venus prièrent pour eux pour qu’ils reçussent le Saint-Esprit, car il n’était encore descendu en aucun d’eux. Alors ils posaient les mains sur eux, et ils recevaient le Saint-Esprit. »

Ce baptême par lequel le Saint-Esprit est donné l’Église de Dieu l’a gardé depuis les apôtres jusqu’à maintenant, et il est venu de consolés en consolés jusqu’ici et elle le fera jusqu’à la fin du monde. »

Et vous devez entendre que pouvoir est donné à l’Église de Dieu de lier et de délier, et de pardonner les péchés et de les retenir, comme Christ le dit dans l’Évangile selon Jean : « Comme le père m’a envoyé, je vous envoie aussi. Lorsqu’il eut dit ces choses, il souffla et leur dit : Recevez le Saint-Esprit ; ceux à qui vous pardonnerez les péchés, ils leur sont pardonnés, et ceux à qui vous les retiendrez, ils sont retenus. »

Et dans l’Évangile selon Mathieu, il dit à Simon Pierre : « Je te dis que tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église, et les portes de l’enfer n’auront point de force, contre elle. Et je te donnerai les clefs du royaume des cieux. Et quelque chose que tu lies sur terre, elle sera liée dans les cieux, et quelque chose que tu délies sur terre, elle sera déliée dans les cieux. »

Et dans un autre endroit il dit à ses disciples : « En vérité je vous dis que quelque chose que vous liiez sur terre, elle sera liée dans les cieux, et quelque chose que vous déliiez sur terre, elle sera déliée dans les cieux. Et derechef en vérité je vous dis : si deux de vous se réunissent sur terre, toute chose, quoi qu’ils demandent, leur sera accordée par mon père qui est au ciel. Car où sont deux ou trois personnes réunies en mon nom, j’y suis au milieu d’elles. »

Et dans un autre endroit, il dit : « Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. »

Et en l’Évangile selon Jean, il dit : « Qui croit en moi fera les œuvres que je fais. »

Et en l’Évangile selon Marc, il dit : « Mais ceux qui croiront, ces signes les suivront : en mon nom ils chasseront les démons, et ils parleront de nouvelles langues, et ils enlèveront les serpents, et s’ils boivent quelque chose de mortel, cela ne leur fera pas de mal. Ils poseront les mains sur les malades et ils seront guéris. »

Et en l’Évangile selon Luc, il dit : « Voici que Je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toutes les forces de l’ennemi, et rien ne vous nuira. »

Et si vous voulez recevoir ce pouvoir et cette puissance, il vous faut tenir tous les commandements de Christ et du nouveau testament selon votre pouvoir. Et sachez qu’il a commandé que l’homme ne commette ni adultère, ni homicide, ni mensonge, qu’il ne jure aucun serment, qu’il ne prenne ni ne dérobe, ni ne fasse aux autres ce qu’il ne veut pas qui soit fait à soi-même, et que l’homme pardonne à qui lui fait du mal, et qu’il aime ses ennemis, et qu’il prie pour ses calomniateurs et pour ses accusateurs et les bénisse, et si on le frappe sur une joue, qu’il tende l’autre, et si on lui enlève la chemise, qu’il laisse le manteau, et qu’il ne juge ni ne condamne, et beaucoup d’autres commandements qui sont commandés par le seigneur à son Église. Et il faut également que vous haïssiez ce monde et ses œuvres, et les choses qui sont de lui.

Car Jean dit dans l’épitre : « O mes très chers, ne veuillez pas aimer le monde, ni ces choses qui sont dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, la charité du père n’est pas en lui. Car tout ce qui est dans le monde est convoitise de chair, et convoitise des yeux, et orgueil de la vie, laquelle n’est pas du père, mais est du monde ; et le monde passera, ainsi que sa convoitise, mais qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement. »

Et Christ dit aux nations : « Le monde ne peut vous haïr, mais il me hait, parce que je porte témoignage de lui, que ses œuvres sont mauvaises. »

Et Jude frère de Jacques dit pour notre enseignement dans l’épître : « Haïssez ce vêtement souillé qui est charnel. »

Et par ces témoignages et par beaucoup d’autres, il vous faut tenir les commandements de Dieu, et haïr ce monde. Et si vous le faites bien jusqu’à la fin, nous avons l’espérance que votre âme aura la vie éternelle. »

Consolation

Que le novice dise : « J’ai cette volonté, priez Dieu pour moi qu’il m’en donne sa force. »

Et puis que l’un des consolés [que le novice] fasse son Amélioration à l’ancien [au Saint-Esprit paraclet] ainsi :

Debout, il incline son buste, les mains jointes devant la poitrine, puis il s’agenouille, se prosterne jusqu’à ce que son front touche le sol, les mains à plat de chaque côté.
Il dit deux fois : Bénissez-moi, épargnez-moi, saint paraclet, priez Dieu pour moi.
La troisième fois il dit : Bénissez-moi, épargnez-moi, saint paraclet, priez Dieu pour moi afin qu’il me fasse bon chrétien et qu’il me mène à bonne fin.
Ensuite, il se relève et qu’il dise : « Épargnez-moi, je vous prie par l’amour de Dieu que vous m’accordiez de ce bien que Dieu peut me donner. »
Et puis qu’il dise : « Épargnez-nous. Pour tous les péchés que j’ai pu faire ou dire ou penser ou opérer, je demande pardon à Dieu, et à l’Église et à vous tous. »

Et que les chrétiens disent : « Par Dieu et par nous et par l’Église qu’ils vous soient pardonnés, et nous prions Dieu qu’il vous les pardonne. »
Et puis ils doivent le consoler.

Et que l’ancien prenne le livre et le lui mette sur la tête, et les autres consolés, chacun la main droite, et qu’ils disent les Bénissez-nous et trois Prions devant, et puis : Père saint, maintiens ton serviteur dans ta justice, et envoie ta grâce et ton Saint-Esprit sur lui.

Le novice prend le livre et le place au-dessus de sa tête.

Il dit : Bénissez-moi et trois Prions devant (sans veniæ).

Puis il dit : Père saint, maintiens ton serviteur dans ta justice, et envoie ta grâce et ton Saint-Esprit sur moi.

Et qu’ils prient Dieu avec un Pater, et celui qui guide le service divin doit dire à voix basse la « sixaine » ; et quand la « sixaine » sera dite, il doit dire trois Prions devant, et un Pater une fois à haute voix, et puis le prologue de Jean. Ensuite, ils doivent dire trois Prions devant et la Que la grâce et Bénissez-nous, épargnez-nous.

Le nouveau consolé dit un Pater à haute voix suivi d’une sizaine à voix basse.

Ensuite, il dit trois Prions devant avec venias.

Il dit un Pater à voix haute.

Il dit ensuite le Prologue de Jean (17 premiers versets du chapitre 1 de l’Évangile selon Jean) :

1 – Au principe était la parole, la parole était chez Dieu et la parole était Dieu.

2 – Elle était au principe chez Dieu.

3 – Tout a existé par elle et rien de ce qui existe n’a existé sans elle.

4 – En elle était la vie et la vie était la lumière des hommes.

5 – La lumière brille dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont pas trouvée.

6 – Il y eut un homme envoyé de Dieu, un nommé Jean.

7 – Il vint en témoin pour attester la lumière, pour que tous aient foi par lui.

8 – Il n’était pas la lumière mais le témoin de la lumière.

9 – La lumière véritable qui illumine tout homme venait dans le monde.

10 – Elle était dans le monde et le monde existait par elle et le monde ne l’a pas connue.

11 – Elle vint chez elle et les siens ne l’ont pas reçue.

12 – Mais ceux qui l’ont reçue, elle leur a donné pouvoir d’être enfants de Dieu, ceux qui se fient à son nom,

13 – ceux qui ne sont nés ni du sang, ni d’une volonté de chair, ni d’une volonté d’homme mais de Dieu.

14 – Oui, la parole s’est faite chair, elle s’est abritée parmi nous et nous avons contemplé sa gloire, gloire que tient de son père un fils unique plein de grâce et de vérité.

15 – Jean témoigne de lui, il crie : C’était de lui que je disais : Lui qui vient derrière moi me dépasse, car il était avant moi.

16 – Car nous avons tous reçu de sa plénitude et grâce pour grâce.

17 – Car la loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ.

Il dit ensuite trois Prions devant avec venias.

Et puis il doit faire la paix avec le livre envers le Saint-Esprit paraclet et envers les croyants.

Et s’il y a des croyants, qu’ils fassent la paix aussi, et que les croyantes, s’il y en a, fassent la paix avec le livre et entre elles.

Pour les discussions, utilisez les forums.

Contenu soumis aux droits d'auteur.

0