L’arbre qui cache la forêt

Information
  • Accès total


Le fondamentalisme, les fondamentalismes religieux, l’extrémisme religieux et maintenant l’extension isme comme stigmatisation restreinte des religions de la violence. Bien entendu, s’agissant de montrer du doigt celui que l’on veut stigmatiser sans chercher à analyser, les créations sémantiques sont d’un recours indispensable si l’on veut éviter qu’en levant le coin du voile on ne découvre une gangrène bien plus étendue.
De la même façon que l’extrémisme politique, qu’on l’appelle anarchisme, nihilisme ou autre, n’est qu’un révélateur de la violence réactionnaire de l’État de (si peu de) droit, le fondamentalisme religieux est le révélateur de la violence intrinsèque de la religion sectaire : l’arbre qui cache la forêt.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner
Contenu soumis aux droits d'auteur.
0