Première lettre de Paul à Timothée – 3

1 409 vue(s)

Ce texte est tiré du Nouveau Testament publié dans la collection La Bibliothèque de la Pléiade des éditions NRF Gallimard.
Introduction de Jean Grosjean, textes traduits, présentés et annotés par Jean Grosjean et Michel Léturmy avec la collaboration de Paul Gros.
Afin de respecter le droit d’auteur, l’introduction, les présentations et les annotations ne sont pas reproduites. Je vous invite donc à vous procurer ce livre pour bénéficier pleinement de la grande qualité de cet ouvrage.

Première lettre à Timothée

Chapitre 3

1 – C’est une parole fidèle, que si quelqu’un désire être surveillant, il convoite une belle œuvre.
2 – Le surveillant doit donc être inattaquable, mari d’une seule femme, et sobre, plein de bon sens, décent, hospitalier, capable d’enseigner,
3 – pas buveur, ni batailleur, mais modéré, accommodant, désintéressé,
4 – menant bien sa maison et tenant ses enfants dans la soumission en toute gravité,
5 – car si on ne sait pas mener sa maison, comment prendra-t-on soin de l’église de Dieu ?
6 – Et que ce ne soit pas un néophyte, de peur qu’obnubilé il ne tombe dans la condamnation du diable.
7 – Il doit aussi avoir un bon témoignage de la part de ceux du dehors, de peur qu’il ne tombe dans l’opprobre et le filet du diable.

Mon analyse :
Après avoir décrit l’organisation de la famille, voici celle de l’église. Les surveillants sont les évêques. La rigueur demandée porte sur le fait de n’être pas divorcé, d’être tempérant et compétent, mais aussi d’avoir eu le temps d’apprendre des anciens et d’être de bonne réputation.

8 – Que, de même, les servants soient graves et n’aient pas deux paroles ; qu’ils ne soient pas trop adonnés au vin ni intéressés ;
9 – qu’ils tiennent le mystère de la foi dans une conscience pure.
10 – Mais qu’on les essaie d’abord, et qu’ils servent
ensuite, s’ils sont irréprochables.
11 – Que, de même, les femmes soient graves, sans dénigrement, sobres, fidèles en tout.
12 – Que les servants n’aient qu’une femme et mènent bien leurs enfants et leur maison ;
13 – car ceux qui ont bien servi acquièrent un bon grade et beaucoup de franchise dans la foi au christ Jésus.

Mon analyse :
Les servants sont les diacres. On remarque que des femmes peuvent tenir cet emploi, ce qui remet en question les remarques misogynes du chapitre précédent. Les mêmes qualités que celles requises pour les évêques sont demandées. Une période probatoire est prévue.

14 – Je t’écris cela, tout en espérant venir vite près de toi,
15 – pour que si je tarde, tu saches comment on doit se comporter dans la maison de Dieu, qui est l’église du Dieu vivant, la colonne, l’assise de la vérité.
16 – Il faut avouer que ce mystère de la piété est grand, qui a été : manifesté dans la chair, justifié dans l’Esprit, vu par les anges, prêché dans les nations, cru dans le monde, enlevé dans la gloire.

Mon analyse :
Pour dater cette lettre, l’auteur fait référence à la période où Paul n’est pas encore emprisonné en lui faisant dire qu’il espère rejoindre Timothée.

Revenir au sommaire

Faites connaître cet article à vos amis !

Information

Contenu soumis aux droits d'auteur.

0