Lettre de Paul aux Hébreux – 9

1 631 vue(s)

Ce texte est tiré du Nouveau Testament publié dans la collection La Bibliothèque de la Pléiade des éditions NRF Gallimard.
Introduction de Jean Grosjean, textes traduits, présentés et annotés par Jean Grosjean et Michel Léturmy avec la collaboration de Paul Gros.
Afin de respecter le droit d’auteur, l’introduction, les présentations et les annotations ne sont pas reproduites. Je vous invite donc à vous procurer ce livre pour bénéficier pleinement de la grande qualité de cet ouvrage.

Lettre aux Hébreux

Chapitre 9

1 – La première avait ses règlements cultuels et son sanctuaire terrestre.
2 – On avait construit un premier abri appelé le Saint où il y avait le lampadaire, la table et les pains proposés
3 – et, après le deuxième rideau, un abri appelé le Saint des saints.
4 – Ce dernier renfermait la cassolette d’or et l’arche d’alliance toute revêtue d’or où il y avait la manne dans la cruche d’or, le bâton fleuri d’Aaron et les tablettes de l’alliance
5 – et, au-dessus, les kéroubim de gloire ombrageant le propitiatoire. Mais nous n’avons pas ici à parler en détail de tout cela.
6 – Les choses étant ainsi disposées, les prêtres entrent constamment assurer le service dans le premier abri.
7 – Au contraire, dans le deuxième, n’entre que le grand prêtre, une seule fois l’an, avec le sang qu’il offre pour lui et pour les fautes du peuple.
8 – L’Esprit saint indique, par là, que le chemin du sanctuaire n’est pas manifesté tant qu’est debout le premier abri.
9 – C’est une parabole pour le temps présent que d’offrir des oblations et des sacrifices incapables de parfaire la conscience des assistants.
10 – Ce sont des règlements charnels sur des aliments, sur des boissons et sur diverses immersions imposées jusqu’à l’heure du redressement.

Mon analyse :
L’auteur, qui s’adresse à des Juifs, explique que tout ce qui fonde le Judaïsme est basé sur une organisation et des règles mondaines et n’est pas l’aboutissement de l’alliance de Dieu et des hommes.

11 – Mais, grand prêtre des biens à venir, le Christ est venu à travers un plus grand et plus parfait abri qui n’est pas fait à la main, c’est-à-dire qui n’est pas de cette création.
12 – Il est entré dans le sanctuaire une fois pour toutes
et non avec le sang des boucs et des taurillons, mais
avec son propre sang pour nous obtenir un éternel rachat.
13 – Car si le sang desboucs et des taureaux et la cendre
de génisse dont on asperge les profanés, sanctifient pour
une pureté charnelle,
14 – combien le sang du Christ qui, par l’Esprit éternel, s’est offert irréprochable à Dieu, purifie-t-il mieux d’œuvres mortes notre conscience pour servir le Dieu vivant !
15 – C’est pourquoi il est médiateur d’une alliance nouvelle. Sa mort a ainsi racheté les transgressions de la première alliance et les appelés recevront l’héritage éternel promis.
16 – Quand il y a testament, il faut que soit mort le testateur,
17 – car un testament n’entre en vigueur qu’après le décès et reste sans force tant que vit le testateur.
18 – La première alliance a donc été inaugurée dans du sang.
19 – En effet, quand Moïse eut proclamé à tout le peuple
chaque commandement selon la loi, il prit le sang des
taurillons et des boucs avec de l’eau, de la laine écarlate
et de l’hysope et aspergea le livre et tout le peuple
20 – en disant : C’est là le sang de l’alliance prescrite par Dieu.
21 – De même il aspergea de sang l’abri et tous les ustensiles officiels.
22 – Et, selon la loi, presque tout est purifié par le sang, il n’y a pas de rémission sans effusion de sang.
23 – Il fallait que les figures de ce qui est au ciel soient purifiées de cette façon, mais que ce qui est céleste le soit par des sacrifices meilleurs.
24 – Le Christ n’est pas entré dans un sanctuaire fait à la main, réplique du véritable, mais dans le ciel même afin de paraître maintenant, pour nous, devant la face de Dieu.
25 – Il n’est pas entré s’offrir maintes fois comme fait le grand prêtre chaque année dans le sanctuaire avec du sang d’emprunt.
26 – Sinon il aurait dû souffrir maintes fois depuis la fondation du monde. Mais maintenant, à la fin des temps, il s’est manifesté une fois pour toutes afin d’abolir les péchés par son sacrifice.
27 – Et comme les hommes ne meurent qu’une fois, après quoi il y a le jugement,
28 – le Christ aussi qui ne s’est offert qu’une fois pour porter les péchés de beaucoup, reparaîtra sans péché pour sauver ceux qui l’attendent.

Mon analyse :
Christ lui est porteur d’une meilleure alliance car, s’il semble imiter ce que fait le grand prêtre dans le temple, il le fait sur des bases divines et non mondaines. De même, il ne sacrifie pas des animaux mais lui même. On est dans une démonstration judéo-chrétienne et qui commence à justifier la déchéance du peuple élu pour annoncer un nouveau peuple élu les Chrétiens. On comprend alors comment cette approche à pu dériver ensuite en antisémitisme.

Revenir au sommaire

Faites connaître cet article à vos amis !

Information

Contenu soumis aux droits d'auteur.

0