Lettre de Paul aux Hébreux – 8

1 637 vue(s)

Ce texte est tiré du Nouveau Testament publié dans la collection La Bibliothèque de la Pléiade des éditions NRF Gallimard.
Introduction de Jean Grosjean, textes traduits, présentés et annotés par Jean Grosjean et Michel Léturmy avec la collaboration de Paul Gros.
Afin de respecter le droit d’auteur, l’introduction, les présentations et les annotations ne sont pas reproduites. Je vous invite donc à vous procurer ce livre pour bénéficier pleinement de la grande qualité de cet ouvrage.

Lettre aux Hébreux

Chapitre 8

1 – Dans ce qui vient d’être dit, le point capital est que nous avons un tel grand prêtre qui s’est assis à la droite du trône de majesté dans les cieux
2 – et qui officie dans le sanctuaire, dans l’abri véritable qu’érigea le Seigneur et non l’homme.

Mon analyse :
La supériorité de Christ en tant que grand prêtre de Dieu est qu’il vient des cieux et qu’il est désormais à la droite de Dieu. C’est une vision typiquement judéo-chrétienne.

3 – Or tout grand prêtre est établi pour offrir des oblations et des sacrifices. D’où la nécessité que celui-ci aussi ait quelque chose à offrir.
4 – Il ne serait pas prêtre s’il était sur la terre où d’autres offrent les oblations légales,
5 – ceux dont le service est comme la figure et l’ombre de ce qui est céleste. Et Moïse en fut averti quand il allait achever l’abri : Attention, lui fut-il dit, fais tout selon le modèle qui t’a été montré sur la montagne.

Mon analyse :
Mais Christ n’était comme les autres grands prêtres qui offrent des oblations car ils servent une alliance incomplète et même Moïse n’a agit que sur ordre supérieur faute d’être suffisamment grand.

6 – Mais maintenant notre grand prêtre a obtenu une fonction d’autant plus haute qu’il est médiateur d’une meilleure alliance établie sur de meilleures promesses.
7 – Si la première était irréprochable, il n’y avait pas lieu d’en chercher une deuxième.
8 – Or c’est avec blâme qu’il est dit : Voici que des jours viennent, dit le Seigneur, où je conclurai avec la maison d’Israël et avec la maison de Juda une alliance nouvelle,
9 – non comme l’alliance que j’ai faite avec leurs pères le jour où je les ai pris par la main pour les faire sortir de la terre d’Égypte. Ils ne sont pas demeurés dans mon alliance et moi, je les ai négligés, dit le Seigneur.
10 – Voici l’alliance que je conclurai avec la maison d’Israël après ces jours-là, dit le Seigneur. Je mettrai mes lois dans leur pensée, je les inscrirai dans leur cœur, je serai leur Dieu et ils seront mon peuple.
11 – Et personne n’enseignera son voisin ni personne son frère en disant : Connais le Seigneur. Car ils me connaîtront tous du plus petit au plus grand.
12 – Car je serai indulgent pour leurs injustices et ne me souviendrai plus de leurs péchés.
13 – En parlant d’une alliance nouvelle, il vieillit la première. Or ce qui est vieilli et vétuste est près de disparaître.

Mon analyse :
Là nous avons quelque chose de nouveau. Christ n’est pas venu accomplir l’alliance ancienne, au sens de la renforcer, comme disent les judéo-chrétiens pour justifier leur adhésion à l’Ancien Testament. Il est venu la disqualifier et en proposer une meilleure. Nous sommes donc face à un dissident judéo-chrétien qui s’appuie sur les codes juifs pour mieux les récuser.

Revenir au sommaire

Faites connaître cet article à vos amis !

Information

Contenu soumis aux droits d'auteur.

0