Lettre de Paul aux Hébreux – 3

1 662 vue(s)

Ce texte est tiré du Nouveau Testament publié dans la collection La Bibliothèque de la Pléiade des éditions NRF Gallimard.
Introduction de Jean Grosjean, textes traduits, présentés et annotés par Jean Grosjean et Michel Léturmy avec la collaboration de Paul Gros.
Afin de respecter le droit d’auteur, l’introduction, les présentations et les annotations ne sont pas reproduites. Je vous invite donc à vous procurer ce livre pour bénéficier pleinement de la grande qualité de cet ouvrage.

Lettre aux Hébreux

Chapitre 3

1 – Par conséquent, frères saints, vous qui avez part à l’appel céleste, considérez l’apôtre et grand prêtre que nous avouons, Jésus.
2 – Il est fidèle à celui qui l’a établi comme fut fidèle Moïse dans toute la maison.
3 – Et il a été digne de plus de gloire que Moïse, autant que le constructeur d’une maison a plus d’honneur qu’elle,
4 – car toute maison est construite par quelqu’un, mais Dieu est le constructeur de tout.
5 – Moïse a été fidèle dans toute la maison comme serviteur pour témoigner de ce qui allait être dit,
6 – mais le Christ est fidèle sur sa maison comme fils. Et nous sommes sa maison si nous gardons ferme jusqu’à la fin notre franchise et la fierté de notre espérance.

Mon analyse :
Jésus est plus grand que Moïse par nature et nous sommes comme Moïse, son œuvre. On retrouve ici l’idée que Christ est à la fois le messager et le message quand Moïse n’était qu’un messager.

7 – C’est pourquoi, comme dit l’Esprit saint : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix,
8 – n’endurcissez pas vos cœurs comme lors de l’exaspération, le jour de l’épreuve dans le désert.
9 – Vos pères m’y éprouvèrent de tentation et me virent à l’œuvre quarante ans.
10 – C’est pourquoi j’ai été dégoûté de cette génération et j’ai dit : Leur cœur s’égare toujours, ils ne connaissent pas mes chemins.
11 – Je l’ai donc juré dans ma colère : Ils n’entreront pas dans mon repos.
12 – Frères, attention que l’un de vous n’ait un mauvais cœur assez infidèle pour quitter le Dieu vivant.
13 – Exhortez-vous entre vous chaque jour aussi longtemps qu’on dira : aujourd’hui, pour que personne de vous ne s’endurcisse, leurré par le péché.
14 – Car nous avons part au Christ mais à condition de garder ferme jusqu’à la fin le principe de base.
15 – Quand il est dit : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs comme lors de l’exaspération,
16 – qui sont donc ceux qui, après l’avoir entendu, l’exaspérèrent ? Ne sont-ce pas tous ceux que Moïse avait fait sortir d’Égypte ?
17 – Et de qui fut-il dégoûté quarante ans ? N’est-ce pas de ceux qui péchèrent et dont les corps sont tombés dans le désert ?
18 – Et à qui a-t-il juré qu’ils n’entreraient pas dans son repos, sinon aux indociles ?
19 – Attention, ce fut par manque de foi qu’ils ne purent y entrer.

Mon analyse :
Ce passage, nettement judéo-chrétien, fait douter de la paternité d’Apollos sur ce texte. La référence vétéro-testamentaire veut justifier la leçon d’obéissance à Dieu. Cependant, elle fait de lui un vindicatif et un coléreux. C’est totalement impensable pour celui qui voyait dans l’interlocuteur de Moïse un mauvais ange et ne l’aurait donc pas établi au rang de Dieu. Ici la menace est claire, ne seront sauvés que les dociles et la foi est considérée comme secondaire.

Revenir au sommaire

Faites connaître cet article à vos amis !

Information

Contenu soumis aux droits d'auteur.

0