Lettre de Jacques – Chapitre 5

1 616 vue(s)

Ce texte est tiré du Nouveau Testament publié dans la collection La Bibliothèque de la Pléiade des éditions NRF Gallimard.
Introduction de Jean Grosjean, textes traduits, présentés et annotés par Jean Grosjean et Michel Léturmy avec la collaboration de Paul Gros.
Afin de respecter le droit d’auteur, l’introduction, les présentations et les annotations ne sont pas reproduites. Je vous invite donc à vous procurer ce livre pour bénéficier pleinement de la grande qualité de cet ouvrage.

Lettre de Jacques

Chapitre 5

1 – À vous maintenant les riches : déplorez à grands cris les misères qui viennent sur vous.
2 – Votre richesse s’est pourrie, vos vêtements ont été mangés aux vers,
3 – votre or et votre argent se sont rouillés et leur rouille va témoigner contre vous et dévorer vos chairs comme un feu. Vous avez amassé dans les derniers jours.
4 – Le salaire dont vous avez frustré les ouvriers qui fauchaient vos champs, le voici qui crie et les clameurs des moissonneurs sont parvenues aux oreilles du Seigneur sabaoth.
5 – Vous étiez dans les délices sur la terre, vous viviez
de raffinements, vous nourrissiez vos cœurs le jour du
carnage.
6 – Vous condamniez le juste et le mettiez à mort sans qu’il s’y oppose.

Mon analyse :
Jacques rappelle à ceux qui s’attachent aux valeurs de ce monde que celles-ci sont passagères et que leur recherche conduit à l’injustice envers nos frères en esprit. Agir ainsi à l’approche de la fin des temps revient à se condamner définitivement.

7 – Frères, patientez donc jusqu’à l’avènement du Seigneur. Voyez, le paysan attend le précieux fruit de la terre avec patience jusqu’aux pluies précoces ou tardives.
8 – Patientez, vous aussi, affermissez vos cœurs, car l’avènement du Seigneur est proche.
9 – Frères, ne gémissez pas les uns contre les autres, vous seriez jugés. Voyez, le juge se tient devant la porte.
10 – Frères, prenez pour exemples de souffrance et de patience les prophètes qui ont parlé au nom du Seigneur.
11 – Voyez, nous proclamons magnifiques les résistants. Vous avez entendu la résistance de Job et vu le Seigneur l’en payer, car le Seigneur est miséricordieux et compatissant.

Mon analyse :
Au contraire, il exhorte les hommes à faire preuve de patience dans un monde impatient et à persévérer dans la foi en Dieu sans jamais se plaindre.

12 – Surtout, mes frères, ne jurez ni par le ciel ni par la terre ni par aucun autre serment. Que votre oui soit oui, que votre non soit non, afin de ne pas passer en jugement.
13 – L’un de vous souffre-t-il ? qu’il prie. Est-il rassuré ? qu’il psalmodie.
14 – L’un de vous est-il malade ? qu’il appelle les anciens de l’église pour prier sur lui et l’oindre d’huile au nom du Seigneur.
15 – La prière de la foi sauvera le malade, le Seigneur le relèvera et les péchés qu’il aurait faits lui seront remis.
16 – Avouez-vous donc entre vous vos péchés et priez les uns pour les autres afin d’être guéris. L’active prière du juste a beaucoup de force.
17 – Élie n’était qu’un homme comme nous ; il pria, pria contre la pluie et il n’y eut plus de pluie sur terre pendant trois ans et six mois.
18 – Puis il pria encore et le ciel donna de la pluie et la terre produisit son fruit.
19 Mes frères, si l’un de vous s’écarte de la vérité et qu’un autre l’y ramène,
20 – sachez que celui qui ramène un pécheur d’un chemin égaré sauvera de la mort cette âme et voilera nombre de péchés.

Mon analyse :
Il insiste aussi sur l’importance d’un comportement juste et compatissant. Ne pas se plaindre mais prier, ne pas abandonner son frère dans l’épreuve mais l’aider par la prière. La solidarité et l’honnêteté sont montrées comme essentielles.

Revenir au sommaire

Faites connaître cet article à vos amis !

Information

Contenu soumis aux droits d'auteur.

0