Évangile selon Matthieu – Chapitre 4

1 772 vue(s)

Ce texte est tiré du Nouveau Testament publié dans la collection La Bibliothèque de la Pléiade des éditions NRF Gallimard.
Introduction de Jean Grosjean, textes traduits, présentés et annotés par Jean Grosjean et Michel Léturmy avec la collaboration de Paul Gros.
Afin de respecter le droit d’auteur, l’introduction, les présentations et les annotations ne sont pas reproduites. Je vous invite donc à vous procurer ce livre pour bénéficier pleinement de la grande qualité de cet ouvrage.

ÉVANGILE SELON MATTHIEU

Chapitre quatre

1 – Alors Jésus fut emmené au désert par l’Esprit pour être mis à l’épreuve du diable.
2 – Et après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim.
3 – Le tentateur s’approcha et lui dit : Si tu es fils de Dieu, dis que ces pierres soient des pains.
4 – Et lui de répondre : il est écrit : L’homme ne vit pas que de pain mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.
5 – Alors le diable l’emmène dans la ville sainte, le place sur le pignon du temple
6 – et lui dit : Si tu es fils de Dieu jette-toi en bas ; cr il est écrit : Il donnera des ordres pour toi à ses anges, et ils t’élèveront sur leurs mains de peur que tu heurtes ton pied à une pierre.
7 – Jésus lui dit : Il est encore écrit : Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu.
8 – Le diable l’emmène encore sur une montagne fort haute, lui montre tous les règnes du monde et leur gloire
9 – et lui dit : Je te donnerai tout cela si tu tombe prosterné devant moi.
10 – Alors Jésus lui dit : Vas-t’en, Satan, car il est écrit : Tu te prosterneras devant le Seigneur ton Dieu et le serviras lui seul.
11 – Alors le diable le laisse ; et voilà que des anges s’approchèrent à son service.

Mon analyse :
L’ascèse et le jeûne sont montrés comme une faiblesse, vu de l’extérieur mais comme une force pour celui qui les pratique. Après quarante jours de jeûne le diable pense pouvoir intervenir efficacement. Il se révèle petit à petit, par des demandes de plus en plus importantes : transformer des pierres en pains, tenter de se suicider et enfin, l’adorer comme un Dieu. Ce qui importe est de constater la totale liberté d’action du diable en ce monde : il se déplace et déplace Jésus à sa guise ; et sa totale maîtrise du monde : il est capable d’offrir le monde et tout ce qu’il contient de puissance et de gloire à Jésus sans que ce dernier ne remette en question ce pouvoir. C’est donc bien que l’un comme l’autre considèrent ce monde comme au pouvoir du diable.

12 – En entendant que Jean avait été livré, il se retira en Galilée ;
13 – puis il quitta Nazareth et vint habiter à Capharnaüm au bord de la mer, aux confins de Zabulon et de Nephtali,
14 – pour remplir cette parole du prophète Isaïe qui dit :
15 – Terre de Zabulon et terre de Nephtali, chemin de la mer et l’au-delà du Jourdain, Galilée des nations,
16 – le peuple assis dans les ténèbres a vu une grande lumière, et ceux qui sont assis dans le pays à l’ombre de la mort, une lumière s’est levée pour eux.
17 – Dès lors, Jésus commença à proclamer : Convertissez-vous, le règne des cieux approche.

Mon analyse :
Cet évangile recours sans cesse et à tout propos aux citations de la Torah ce qui confirme son caractère juif primordial. Rien de ce qui est dit ne peut l’être sans s’appuyer sur une autorité scripturaire mosaïque. De même, Jésus et Jean y sont montrés comme les deux faces de la même médaille, pensant et agissant de même. Pour les cathares il n’en est rien. Jean était effectivement le reflet de l’humanité inféodée au Dieu de Moïse, alors que Jésus est l’initiateur d’un nouveau message bienveillant — sens véritable du mot évangile — venu d’un Dieu qui n’a rien à voir avec le démiurge et son maître, principe du Mal.

18 – Comme il marchait le long de la mer de Galilée il vit deux frères, Simon appelé Pierre, et son frère André qui jetaient un filet dans la mer, car ils étaient pêcheurs.
19 – Il leur dit : Ici, derrière moi, que je vous fasse pêcheurs d’hommes.
20 – Aussitôt ils laissèrent les filets et le suivirent.
21 Plus loin il vit deux autres frères, Jacques fils de Zébédée et son frère Jean, dans le bateau avec Zébédée peur père, en train d’arranger leurs filets. Il les appela.
22 – Aussitôt laissant le bateau et leur père ils le suivirent.
23 – Et il parcourait toute la Galilée, enseignait dans leurs synagogues, proclamait l’évangile du Règne et soignait toute maladie et toute langueur parmi le peuple.
24 – Sa renommée se répandit dans toute la Syrie ; on lui présenta tous les mal-portants oppressés de maladies et tourments divers, démoniaques, épileptiques, paralytiques, et il les soigna.
25 – De grosses foules le suivirent de la Galilée, de la Décapole, De Jérusalem, de Judée et d’au-delà du Jourdain.

Mon analyse :
Là encore on voit la prégnance vétéo-testamentaire. Jésus y est présenté comme un prophète inspiré, proclamant son message et apaisant les souffrances mondaines. Cela fit dire à certains qu’il agissant comme un membre de la secte juive des Thérapeutes. Cela vise à lui donner un caractère supérieur qui justifiera la supériorité de son message sans jamais remettre en cause l’origine de ce message.

Revenir au sommaire

Faites connaître cet article à vos amis !

Information

Contenu soumis aux droits d'auteur.

0