Évangile selon Matthieu – Chapitre 19

1 522 vue(s)

Ce texte est tiré du Nouveau Testament publié dans la collection La Bibliothèque de la Pléiade des éditions NRF Gallimard.
Introduction de Jean Grosjean, textes traduits, présentés et annotés par Jean Grosjean et Michel Léturmy avec la collaboration de Paul Gros.
Afin de respecter le droit d’auteur, l’introduction, les présentations et les annotations ne sont pas reproduites. Je vous invite donc à vous procurer ce livre pour bénéficier pleinement de la grande qualité de cet ouvrage.

ÉVANGILE SELON MATTHIEU

Chapitre dix-neuf

1 – Quand il eut fini ce discours, Jésus partit de Galilée et vint vers le territoire de la Judée au-delà du Jourdain.
2 – De grosses foules le suivirent, et là il les soigna.
3 – Des pharisiens s’approchèrent et lui dirent, pour le mettre à l’épreuve : A-t-on le droit de renvoyer sa femme pour n’importe quel motif ?
4 – II répondit : N’avez-vous pas lu que le créateur, au commencement, les a faits mâle et femelle,
5 – et qu’il a dit : C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme, et les deux seront une seule chair ?
6 – Ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare donc pas.
7 – Ils lui disent : Pourquoi Moïse commande-t-il donc de donner une lettre de répudiation avant de renvoyer ?
8 – Il leur dit : Moïse, à cause de votre dureté, vous a permis de renvoyer vos femmes, mais au commencement il n’en a pas été ainsi.
9 – Je vous dis que quiconque renvoie sa femme, sauf cas de prostitution, et se marie avec une autre est adultère.

Mon analyse :
Jésus établit le principe de la stricte égalité entre l’homme et la femme. On peut même s’intéresser à la tournure de phrase : « Dieu… les a fait mâle et femelle ». En effet, cette présentation donne à penser qu’il y avait un autre état avant cette distribution divine. Cela rejoint le point de vue cathare qui veut que le démiurge se soit emparé des esprits saints tombés du monde spirituel et les a introduits dans des corps de boue afin de leur ôter tout souvenir de leur état antérieur. Il indique que toute modification de l’état d’union entre l’homme et la femme est une invention humaine et non une disposition de la Torah. Ainsi, il met en porte à faux Moïse et la Loi, montrant que les adaptations de la Loi sont sans valeur réelle. C’est le problème des lois positives ; elles portent en elles les motivations de leurs transgressions.

10 – Les disciples lui disent : Si telle est la condition de l’homme avec sa femme, il vaut mieux ne pas se marier.
11 – Il leur dit : Tous ne comprennent pas cette parole, mais ceux à qui c’est donné.
12 – Car il est des eunuques qui sont nés tels du ventre de leur mère, il est des eunuques qui ont été fait eunuques par les hommes, et il est des eunuques qui se sont eux-mêmes fait eunuques à cause du règne des cieux. Comprenne qui peut comprendre !

Mon analyse :
Jésus en vient au point principal de son sujet : l’homme et la femme étant des inventions du démiurge, la notion de couple est strictement mondaine. Soit on veut respecter la Loi mosaïque et l’on doit le faire correctement, c’est-à-dire ne s’attacher qu’à une seule personne, soit on comprend que cette loi n’est pas de Dieu et on ne s’attache à personne. Il valorise alors l’état de célibataire abstinent en distinguant ceux qui sont abstinents par nécessité physiologique ou suite à une accident et ceux qui le sont par rejet de leur mondanité et en vue de leur avancement spirituel.

13 – Alors on lui présenta des enfants pour qu’il pose les mains sur eux et prie, mais les disciples les tançaient ;
14 – Jésus leur dit : Laissez les enfants, ne les empêchez pas de venir à moi, car le règne des cieux est à leurs pareils.
15 – Il posa les mains sur eux et s’en alla.

Mon analyse :
Jésus reprend son thème antérieur selon lequel il faut retrouver notre âme d’enfant pour pouvoir progresser dans notre cheminement.

16 – Et voilà que quelqu’un s’approcha et lui dit : Maître, qu’est-ce que je peux faire de bon pour avoir la vie éternelle ?
17 – Il lui répondit : Pourquoi me demandes-tu ce qui est bon ? Un seul est bon. Si tu veux entrer dans la vie, garde les commandements.
18 – Il dit : Lesquels ? Jésus lui dit : Tu ne tueras pas ; tu ne seras pas adultère ; tu ne voleras pas ; tu ne témoigneras pas à faux ;
19 – honore ton père et ta mère ; et : tu aimeras ton proche comme toi-même.
20 – Le jeune homme lui dit : J’ai gardé tout cela. Que me manque-t-il encore ?
21 – Jésus lui dit : Si tu veux être parfait, va-t’en, vends tes biens et donnes-en le prix aux pauvres, tu auras un trésor dans les cieux. Et viens ici, suis-moi.
22 – Quand le jeune homme entendit cette parole il s’en alla tout triste, car il avait de grosses propriétés.
23 – Et Jésus dit à ses disciples : Oui je vous le dis, un riche entre difficilement dans le règne des cieux.
24 – Je vous le dis encore, il est plus facile à un chameau d’entrer par un trou d’aiguille, qu’à un riche d’entrer dans le règne de Dieu.
25 – Les disciples furent très frappés d’entendre cela, ils dirent : Qui peut donc être sauvé ?
26 – Jésus les regarda et leur dit : Aux hommes c’est impossible, mais à Dieu tout est possible.

Mon analyse :
Ce point est capital ; pour les Juifs de l’époque, suivre les commandements de Iahvé assurait le salut. Pour cet homme, il semble avoir compris qu’il lui manque quand même quelque chose. Jésus lui confirme qu’il lui manque l’essentiel : le détachement, le lâcher-prise. Mais cela demande un tel renoncement que seuls ceux qui s’y sont préparés peuvent y parvenir. Jésus précise que cela implique également une aide divine que l’on pourrait assimiler à un renforcement de l’éveil.

27 – Pierre alors lui dit à part : Voilà, nous avons tout laissé et nous t’avons suivi, qu’y aura-t-il donc pour nous ?
28 – Jésus leur dit : Oui je vous le dis à vous qui m’avez suivi : lors de la régénération, quand le fils de l’homme s’assoira sur son trône de gloire, vous vous assoirez vous aussi sur douze trônes pour juger les douze tribus d’Israël.
29 – Et quiconque a laissé maisons, frères, sœurs, père, mère, femme, enfants ou champs à cause de mon nom, il recevra plusieurs fois autant et héritera de la vie éternelle.
30 – Beaucoup de premiers seront derniers, et de derniers, premiers !

Mon analyse :
Comme d’habitude, Pierre vient se rassurer discrètement et Jésus abonde dans son sens en employant une présentation typiquement juive, à savoir une valorisation et un rôle de domination dont rêvent tous les disciples englués dans leur mondanité. Mais il ajoute aussi une pensée plus générale et plus cohérente avec une vision totalement égalitaire. N’importe qui ayant fait le choix de rejeter sa dépouille mondaine en retirera sa récompense et cela inversera les normes, car en ce monde, les plus riches matériellement sont les mieux considérés alors que pour suivre Jésus, il est plus aisé de le faire quand on a peu à perdre en ce monde.

Revenir au sommaire

Faites connaître cet article à vos amis !

Information

Contenu soumis aux droits d'auteur.

0