Évangile selon Marc – Chapitre 2

1 646 vue(s)

Ce texte est tiré du Nouveau Testament publié dans la collection La Bibliothèque de la Pléiade des éditions NRF Gallimard.
Introduction de Jean Grosjean, textes traduits, présentés et annotés par Jean Grosjean et Michel Léturmy avec la collaboration de Paul Gros.
Afin de respecter le droit d’auteur, l’introduction, les présentations et les annotations ne sont pas reproduites. Je vous invite donc à vous procurer ce livre pour bénéficier pleinement de la grande qualité de cet ouvrage.

ÉVANGILE SELON MARC

Chapitre deux

1 – Quelques jours plus tard, comme il rentrait à Capharnaüm, on apprit qu’il était à la maison.
2 – Beaucoup s’y rassemblèrent, de sorte qu’on ne trouvait plus de place même devant la porte. Et il leur disait la parole.
3 – Mais en voici qui lui apportent un paralytique porté à quatre.
4 – Comme ils ne peuvent pas le lui présenter, à cause de la foule, ils découvrent le toit au-dessus de lui, ils font un trou et descendent le lit où le paralytique était couché.
5 – Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique : Fils, tes péchés te sont remis.
6 – Or il y avait là assis des scribes et ils raisonnaient en leurs cœurs :
7 – Pourquoi celui-là parle-t-il ainsi ? Il blasphème ! Qui peut remettre les péchés sinon Dieu seul ?
8 – Aussitôt Jésus connut en son esprit qu’ils raisonnaient ainsi en eux-mêmes et il leur dit : Pourquoi ces raisonnements dans vos cœurs ?
9 – Quel est le plus facile de dire au paralytique : Tes péchés te sont remis, ou de dire : Lève-toi, enlève ton lit et marche ?
10 – Mais pour que vous sachiez que le fils de l’homme a pouvoir, sur la terre, de remettre les péchés, il dit au paralytique :
11 – Je te le dis, lève-toi, enlève ton lit et va dans ta maison.
12 – II se leva, enleva aussitôt son lit et sortit devant tous, de sorte que tous, hors d’eux-mêmes, glorifiaient Dieu et disaient qu’on n’avait jamais vu cela.

Mon analyse :
Cet épisode montre bien l’analogie entre être pécheur et être malade. Cela nous permet de penser que les miracles, liés à des guérisons ou à des exorcismes, sont en réalité des conversions à la foi que Jésus cherche à éveiller chez ses auditeurs. La phrase : « …tes péchés te sont remis. » semble claire à ce propos.

13 – II sortit encore le long de la mer. Toute la foule venait à lui et il les enseignait.
14 – En passant il vit Lévi, fils d’Alphée, assis à la perception. Il lui dit : Suis-moi. Il se leva et le suivit.
15 – Et voilà Jésus à table dans sa maison, et beaucoup de percepteurs et de pécheurs attablés avec lui et ses disciples ; car ils étaient beaucoup à le suivre.
16 – Et les scribes des pharisiens, en le voyant manger avec les pécheurs et les percepteurs, disaient à ses disciples : Pourquoi mange-t-il avec les percepteurs et les pécheurs ?
17 – Et Jésus qui a entendu leur dit : Ce ne sont pas les vigoureux qui ont besoin de médecin, mais les mal-portants ; je ne suis pas venu appeler des justes mais des pécheurs.

Mon analyse :
Jésus annonce l’objet de sa mission, ce qui revient à refuser le statut de messie davidique. Il n’est pas venu pour imposer la force mais pour soutenir la faiblesse.

18 – Les disciples de Jean et les pharisiens étaient de jeûne. Ils viennent et lui disent : Pourquoi les disciples de Jean et les disciples des pharisiens jeûnent-ils, et que tes disciples ne jeûnent pas ?
19 – Et Jésus leur dit : Les garçons de noce peuvent-ils jeûner pendant que l’époux est avec eux ? Tout le temps qu’ils ont l’époux avec eux ils ne peuvent pas jeûner.
20 – Des jours viendront où l’époux leur sera pris ; alors ce jour-là ils jeûneront.

Mon analyse :
Jésus annonce sa passion et lui donne la priorité sur les rites imposés par la loi mosaïque.

21 – Personne ne raccommode un vieux manteau avec une pièce de drap écru, sinon la pièce neuve enlève un bout du vieux tissu, et la déchirure est pire.
22 – Et personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres ; sinon le vin crève les outres et le vin est perdu et les outres aussi. À vin nouveau outres neuves.

Mon analyse :
Jésus annonce la nouvelle alliance entre Dieu et ceux qui veulent suivre sa voie. Avec le manteau et les outres il dénonce également l’obsolescence de la Loi de Moïse.

23 – Or, un jour de sabbat, il passait parmi les blés, et ses disciples, chemin faisant, commencèrent à cueillir des épis.
24 – Les pharisiens lui dirent : Vois! pourquoi font-ils ce qu’on n’a pas le droit de faire un jour de sabbat ?
25 – Et il leur dit : Vous n’avez jamais lu ce qu’a fait David, quand il a été dans le besoin et qu’il a eu faim, lui et les siens ?
26 – comment il est entré dans la maison de Dieu, du temps du grand prêtre Abiathar, et a mangé les pains de proposition, que seuls les prêtres ont le droit de manger et il en a même donné à ceux qui étaient avec lui ?
27 – Et il leur disait : Le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat ;
28 – de sorte que le fils de l’homme est seigneur aussi du sabbat.

Mon analyse :
Là il montre que le respect de la loi positive n’est pas inébranlable, mais que la loi vient de l’homme alors qu’elle devrait découler de son esprit.

Revenir au sommaire

Faites connaître cet article à vos amis !

Information

Contenu soumis aux droits d'auteur.

0