Évangile selon Luc – Chapitre 6

1 480 vue(s)

Ce texte est tiré du Nouveau Testament publié dans la collection La Bibliothèque de la Pléiade des éditions NRF Gallimard.
Introduction de Jean Grosjean, textes traduits, présentés et annotés par Jean Grosjean et Michel Léturmy avec la collaboration de Paul Gros.
Afin de respecter le droit d’auteur, l’introduction, les présentations et les annotations ne sont pas reproduites. Je vous invite donc à vous procurer ce livre pour bénéficier pleinement de la grande qualité de cet ouvrage.

ÉVANGILE SELON LUC

Chapitre VI

1 – Un jour de sabbat, comme il passait parmi les blés, ses disciples cueillaient des épis et les mangeaient en les froissant dans leurs mains.
2 – Quelques pharisiens dirent : Pourquoi faites-vous ce qu’on n’a pas le droit de faire un jour de sabbat ?
3 – Jésus leur répondit : N’avez-vous donc pas lu ce qu’a fait David quand lui et ses hommes ont eu faim,
4 – comment il est entré dans la maison de Dieu, a pris les pains de proposition, en a mangé et en a donné à ses hommes quand seuls les prêtres ont le droit d’en manger ?
5 – Et il leur disait : Le fils de l’homme est seigneur du sabbat.
6 – Un autre jour de sabbat, qu’il était entré enseigner dans la synagogue, se trouva là un homme dont la main droite était sèche.
7 – Les scribes et les pharisiens épiaient s’il le soignerait un jour de sabbat, pour trouver à l’accuser.
8 – Mais lui connaissait leurs raisonnements, il dit à l’homme à la main sèche : Lève-toi et tiens-toi là au milieu. L’autre se mit debout.
9 – Jésus leur dit : Je vous demande si on a le droit, un jour de sabbat, de bien faire ou de mal faire, de sauver une vie ou de la perdre ?
10 – Il les dévisagea tous et dit à l’homme : Tends ta main. Il le fit, et sa main fut rétablie,
11 – Mais eux, remplis de déraison, se concertaient sur ce qu’on ferait de Jésus.

Mon analyse :
Jésus met en défaut la loi mosaïque et montre qu’elle porte en elle les motifs de sa transgression. La loi d’amour, au contraire, par sa simplicité, n’a pas d’argument à être transgressée si l’on est honnête et croyant.

12 – Ces jours-là, il sortit prier dans la montagne. Il passa la nuit à prier Dieu
13 – et, quand vint le jour, il interpella ses disciples et en choisit douze, qu’il nomma apôtres :
14 – Simon, qu’il nomma Pierre, André son frère, Jacques, Jean, Philippe, Barthélémy,
15 – Matthieu, Thomas, Jacques fils d’Alphée, Simon appelé le Zélé,
16 – Jude frère de Jacques, et Judas Iscarioth, qui devint un traître.
17 – Comme il descendait avec eux, il s’arrêta sur un terre-plein et une grosse foule de ses disciples, une grosse multitude de peuple de toute la Judée, de Jérusalem et du littoral de Tyr et de Sidon,
18 – vinrent l’entendre et se faire guérir de leurs maladies ; ceux qui étaient harcelés d’esprits impurs étaient soignés,
19 – et toute la foule cherchait à le toucher parce qu’une force sortait de lui et les guérissait tous.
20 – Alors, les yeux levés sur ses disciples, il dit : Magnifiques les pauvres, car le règne de Dieu est à vous ;
21 – magnifiques, vous qui avez faim maintenant, car on vous rassasiera ; magnifiques, vous qui pleurez maintenant, car vous rirez.
22 – Vous serez magnifiques quand les hommes vous détesteront, quand ils vous excluront, qu’ils injurieront et rejetteront votre nom comme mauvais, à cause du fils de l’homme.
23 – Ce jour-là, sautez de joie, car voilà pour vous un bon salaire dans le ciel. Car c’est ainsi que leurs pères traitaient les prophètes.
24 – Mais malheur à vous, riches, car vous avez reçu votre consolation.
25 – Malheur à vous qui êtes rassasiés maintenant, car vous aurez faim. Malheur si vous riez maintenant, car vous ferez deuil et pleurerez.
26 – Malheur, quand tous les hommes diront du bien de vous ; car c’est ainsi que leurs pères traitaient les faux prophètes.

Mon analyse :
Dans ce monde malin ce sont ceux qui sont maltraités et qui souffrent qui sont dans la voie de Dieu car les valeurs sont inversées.

27 – Mais je vous le dis, à vous qui m’écoutez : Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous détestent,
28 – bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous insultent.
29 – Celui qui te tape sur une joue, présente-lui aussi l’autre ; et celui qui te prend ton manteau, ne l’empêche pas non plus de prendre ta tunique.
30 – Donne à quiconque te demande, et ne redemande pas tes affaires à celui qui les prend.
31 – Ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le aussi pour eux.
32 – Si vous aimez ceux qui vous aiment, aurez-vous un merci ? Même les pécheurs aiment ceux qui les aiment.
33 – Et si vous faites du bien à ceux qui vous font du bien, aurez-vous un merci ? Les pécheurs le font aussi.
34 – Si vous prêtez à ceux dont vous espérez recevoir, aurez-vous un merci ? Des pécheurs prêtent aussi à des pécheurs pour en recevoir autant.
35 – Au contraire, aimez vos ennemis, faites du bien et prêtez sans rien espérer en retour, et vous aurez un bon salaire ; et vous serez les fils du Très-Haut, car il est prévenant envers les ingrats et les mauvais.
36 – Soyez compatissants comme votre père est compatissant.
37 – Et ne jugez pas, vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas et vous ne serez pas condamnés ; tenez quitte et on vous tiendra quittes ;
38 – donnez et on vous donnera ; on vous donnera, plein vos poches, une bonne mesure tassée, secouée, débordante ; car on vous fera mesure avec la mesure dont vous mesurez.

Mon analyse :
Jésus donne les éléments qui découlent de son enseignement d’amour. Cela semble contradictoire avec la nature du monde et même vis-à-vis de la loi positive de la Torah.

39 – Et il leur dit aussi une parabole : Un aveugle peut-il conduire un aveugle ? Ne vont-ils pas tous deux tomber dans un trou ?
40 – Le disciple n’est pas au-dessus du maître ; une fois formé, chacun sera comme son maître.
41 – Quoi ! tu regardes le fétu qui est dans l’œil de ton frère, mais tu ne considères pas la poutre qui est dans ton œil ?
42 – Comment peux-tu dire à ton frère : Mon frère, laisse que je retire ce fétu de ton œil, quand toi-même tu ne regardes pas la poutre de ton œil ? Comédien ! retire d’abord de ton œil la poutre ; après, tu y verras pour retirer le fétu de l’œil de ton frère.
43 – Car il n’y a pas de bel arbre qui fasse du fruit pourri, ni non plus d’arbre pourri qui fasse de beau fruit.
44 – On reconnaît chaque arbre à son fruit : on ne récolte pas de figues sur des épines et on ne vendange pas de raisin sur un buisson.
45 – L’homme bon, du bon trésor de son cœur, tire du bon ; et le mauvais, d’un mauvais, tire du mauvais ; car ce que dit sa bouche vient du trop-plein de son cœur.
46 – Pourquoi m’appelez-vous : Seigneur, Seigneur, et ne faites-vous pas ce que je dis ?
47 – Quiconque vient à moi et écoute mes paroles et les pratique, je vais vous montrer à qui il est pareil :
48 – il est pareil à un homme qui, bâtissant une maison, a bêché, fouillé et en a posé les fondations sur de la roche ; il y a eu inondation, le torrent s’est rué contre cette maison, et il n’a pas pu l’ébranler, parce qu’elle était bien bâtie.
49 – Quant à celui qui écoute mais ne met pas en pratique, il est pareil à un homme qui a bâti une maison à même la terre, sans fondations ; le torrent s’est rué contre elle et elle s’est aussitôt écroulée ; et la ruine de cette maison a été grande.

Mon analyse :
Enfin, Jésus termine son propos en demandant à ses disciples de l’humilité, de la cohérence et de la constance.

Revenir au sommaire

Faites connaître cet article à vos amis !

Information

Contenu soumis aux droits d'auteur.

0