Évangile selon Luc – Chapitre 4

1 543 vue(s)

Ce texte est tiré du Nouveau Testament publié dans la collection La Bibliothèque de la Pléiade des éditions NRF Gallimard.
Introduction de Jean Grosjean, textes traduits, présentés et annotés par Jean Grosjean et Michel Léturmy avec la collaboration de Paul Gros.
Afin de respecter le droit d’auteur, l’introduction, les présentations et les annotations ne sont pas reproduites. Je vous invite donc à vous procurer ce livre pour bénéficier pleinement de la grande qualité de cet ouvrage.

ÉVANGILE SELON LUC

Chapitre IV

1 – Jésus, plein de l’Esprit saint, s’en retourna du Jourdain et, mené par l’Esprit à travers le désert,
2 – il y fut mis à l’épreuve du diable pendant quarante jours. Il ne mangea rien pendant ces jours-là et, quand ce fut fini, il eut faim.
3 – Et le diable lui dit : Si tu es fils de Dieu, dis à cette pierre de devenir du pain.
4 – Jésus lui répondit : Il est écrit : L’homme ne vit pas que de pain.
5 – Le diable l’emmena, lui montra en un instant tous les règnes du monde
6 – et lui dit : Je te donnerai tout ce pouvoir et la gloire de ces règnes, car elle m’a été livrée et je la donne à qui je veux ;
7 – si donc tu te prosternes devant moi, elle sera toute à toi.
8 – Et Jésus lui répondit : Il est écrit : Tu te prosterneras devant le Seigneur ton Dieu et le serviras lui seul.
9 – Il le mena à Jérusalem, le plaça sur le pignon du temple et lui dit : Si tu es fils de Dieu, jette-toi d’ici en bas,
10 – car il est écrit : Il donnera pour toi à ses anges ordre de te garder ;
11 – et : Ils t’élèveront sur leurs mains, de peur que tu heurtes ton pied à une pierre.
12 – Et Jésus lui répondit : Il est dit : Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu.
13 – À bout d’épreuve, le diable s’éloigna de lui pour le moment.

Mon analyse :
Comme dans le même chapitre de Matthieu, Jésus, après son baptême, entre en carême. Cela nous rappelle les trois jours de jeûne qui suivaient obligatoirement la Consolation, y compris quand elle était donnée aux mourants, ce qui a fait naître la légende de l’endura. Les versets 5 à 7, encore une fois, sont explicites. Le diable affirme qu’il est maître du monde et qu’il peut en disposer. Certes il parle des règnes et de la gloire du monde et non de la réalité physique du monde, mais si Dieu était le créateur du monde cela reviendrait à dire qu’il en a perdu le pouvoir au profit du diable, donc qu’il n’est pas omnipotent, ce qui impliquerait qu’il n’est pas Dieu.

14 – Jésus s’en retourna en Galilée, par la puissance de l’Esprit, et sa renommée se répandit dans toute la contrée.
15 – Il enseignait dans leurs synagogues et tous le glorifiaient.
16 – Puis il vint à Nazareth, où il avait été nourri ; il entra dans la synagogue comme il en avait coutume le jour du sabbat et se leva pour lire.
17 – On lui donna le Livre du prophète Isaïe. Il ouvrit le livre et trouva le lieu où il était écrit :
18 – L’esprit du Seigneur est sur moi, à cause qu’il m’a oint pour évangéliser les pauvres, il m’a envoyé proclamer aux prisonniers la délivrance et aux aveugles, la lumière, renvoyer libres les opprimés
19 – et proclamer l’année jubilaire du Seigneur.
20 – Il ferma le livre, le rendit au gardien et s’assit. Tous les yeux dans la synagogue étaient fixés sur lui.
21 – Alors il commença par leur dire : Aujourd’hui vous entendez cette écriture s’accomplir.
22 – Et tous témoignaient de lui, ils s’étonnaient des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche, ils disaient : N’est-ce pas le fils de Joseph ?
23 – Il leur dit : Évidemment, vous allez me dire le proverbe : Médecin, soigne-toi toi-même ; tout ce qui, soi-disant, s’est passé à Capharnaüm, fais-le donc ici, dans ta patrie.
24 – Et il dit : Oui je vous le dis, aucun prophète n’est accueilli par sa patrie.
25 – Je vous le dis en vérité, il y avait beaucoup de veuves en Israël, aux jours d’Élie, quand le ciel a été fermé trois ans et six mois et qu’il y a eu une grande famine sur toute la terre,
26 – et Élie n’a été envoyé à aucune d’elles, mais bien à une veuve de Sarepta de Sidon.
27 – Et il y avait beaucoup de lépreux en Israël, au temps du prophète Elisée, et aucun d’entre eux n’a été purifié, mais bien Naaman, le Syrien.
28 – À ces paroles, tous dans la synagogue furent remplis de fureur,
29 – ils se levèrent, le chassèrent de la ville et le menèrent à un à-pic de cette montagne où était bâtie leur ville, pour le précipiter;
30 – mais il passa au milieu d’eux et s’en alla.

Mon analyse :
Après nous avoir montré le succès de l’évangélisation de Jésus un peu partout, le voici revenu dans sa ville natale où il provoque la fureur en annonçant être l’accomplissement de l’écriture (versets 18 et 19). On le mène alors sur un lieu d’exécution par défénestration et il échappe à la foule simplement comme s’il n’était pas de chair. Voilà encore un argument pour l’hypothèse d’une Jésus d’apparence humaine comme dit Marcion. Dans l’Évangélion, la relation est un peu différente :

1 – Monté à Beth-Saïda,
2 – Christ n’y prêcha rien de nouveau.
3 – Alors, des gens lui opposèrent le dicton : Médecin, guéris-toi toi-même
4 – Cependant, des démons sortaient des malades auxquels il imposait les mains,
5 – vociférant : « Tu es le fils de Dieu. »
6 – Mais ils furent rabroués et reçurent l’ordre de se taire.
7 – Christ s’étant dirigé vers le désert, il fut retenu par la foule.
8 – Mais, passant au milieu d’eux, il s’échappa,
9 – disant : « Il faut que j’annonce à d’autres villes encore le royaume de Dieu. »

31 – Il descendit à Capharnaüm, ville de Galilée. Il les enseignait, le jour du sabbat ;
32 – et ils étaient frappés de son enseignement à cause du pouvoir qu’avait sa parole.
33 – Il y avait dans la synagogue un homme qui avait un esprit de démon impur, et il hurla à grande voix
34 – Eh là ! Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu nous perdre ? Je sais qui tu es : le saint de Dieu.
35 – Jésus le tança et dit : Assez ! sors de lui. Le démon le rejeta là au milieu et sortit de lui sans le gêner du tout.
36 – Un saisissement les prit tous et ils se disaient entre eux : Quelle parole ! Il commande avec pouvoir et puissance aux esprits impurs et ils sortent !

Mon analyse :
Ce passage, répété dans plusieurs textes montre non seulement la puissance de Jésus contre les démons mais le fait qu’ils le reconnaissent pour qui il est. Chez Marcion, ce texte apparaît avec en final le fameux Vade retro Sathanas !

6 – Tous étaient frappés par son enseignement, car sa parole avait de la puissance
7 – Mais un démon l’interpella :
8 – « Qu’as-tu à faire avec nous, Jésus ? Tu es venu pour nous perdre ?
9 – Je sais qui tu es : le Saint de Dieu. »
10 – Christ le réprimanda :
37 Et il était bruit de lui partout dans la contrée.

38 – Il se leva donc de la synagogue et entra dans la maison de Simon. Or la belle-mère de Simon était oppressée par une forte fièvre. On le sollicita pour elle
39 – et, se penchant sur elle, il tança la fièvre et la fièvre laissa la malade qui se leva tout de suite, et elle les servait.
40 – Au coucher du soleil, tous ceux qui avaient des malades aux maladies diverses les lui amenaient. Il posait les mains sur chacun d’eux et les soignait.
41 – Beaucoup de démons aussi sortaient en criant : Tu es le fils de Dieu. Mais il les tançait et ne les laissait pas parler, car eux savaient qu’il était le christ.
42 – Le jour venu, il sortit et se rendit en un lieu désert. Les foules le recherchaient, elles vinrent jusqu’à lui et elles le retenaient pour qu’il ne s’en aille plus.
43 – Il leur dit : Il faut que j’annonce le règne de Dieu aux autres villes aussi ; car c’est pour cela que j’ai été envoyé.
44 – Et il prêchait dans les synagogues de Judée.

Mon analyse :
Jésus semble être seul dans sa démarche de prédication. Pourtant il connaît Pierre.

Revenir au sommaire

Faites connaître cet article à vos amis !

Information

Contenu soumis aux droits d'auteur.

0