Évangile selon Luc – Chapitre 24

1 642 vue(s)

Ce texte est tiré du Nouveau Testament publié dans la collection La Bibliothèque de la Pléiade des éditions NRF Gallimard.
Introduction de Jean Grosjean, textes traduits, présentés et annotés par Jean Grosjean et Michel Léturmy avec la collaboration de Paul Gros.
Afin de respecter le droit d’auteur, l’introduction, les présentations et les annotations ne sont pas reproduites. Je vous invite donc à vous procurer ce livre pour bénéficier pleinement de la grande qualité de cet ouvrage.

ÉVANGILE SELON LUC

Chapitre 24

1 – De grand matin, le premier jour de la semaine, elles vinrent apporter au tombeau les aromates qu’elles avaient apprêtés.
2 – Elles trouvèrent que la pierre avait été roulée de devant le tombeau ;
3 – elles entrèrent et ne trouvèrent pas le corps du seigneur Jésus.
4 – Elles en étaient désemparées quand voilà que deux hommes en habit éblouissant furent près d’elles.
5 – Comme elles étaient effrayées et la face baissée à terre, ils leur dirent : Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui est vivant ?
6 – Il n’est pas ici ; il s’est relevé. Souvenez-vous de ce qu’il vous a dit, quand il était encore en Galilée :
7 – il a dit que le fils de l’homme devait être livré aux mains d’hommes pécheurs, être crucifié et, le troisième jour, ressusciter.
8 – Elles se souvinrent de ses paroles
9 – et s’en revinrent du tombeau annoncer tout cela aux onze et à tous les autres.
10 – C’étaient Marie Madeleine, Jeanne et Marie, mère de Jacques. Et les autres femmes, qui étaient avec elles, en disaient autant aux apôtres.
11 – Ces paroles leur parurent une sorte de radotage et ils s’en méfiaient.
12 – Pierre pourtant se leva et courut au tombeau. Il se pencha, ne vit que les bandelettes et s’en alla chez lui, étonné de ce qui était arrivé.

Mon analyse :
Rien de bien nouveau dans cette version, si ce n’est la présence d’une femme moins connue, Jeanne, ainsi que la participation d’autres femmes non précisées. La réaction de Pierre à la découverte du tombeau est étonnante ; il se met à l’écart au lieu d’aller confirmer le fait aux autres disciples.

13 – Le même jour, voilà que deux d’entre eux se rendaient à un bourg appelé Emmaüs, à soixante stades de Jérusalem;
14 – ils s’entretenaient de tout ce qui était arrivé ;
15 – et pendant qu’ils s’entretenaient et discutaient, Jésus lui-même s’approcha et alla avec eux,
16 – Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.
17 – Il leur dit : Quelles sont ces paroles que vous échangez en marchant ? Ils s’arrêtèrent, sombres.
18 – Et l’un d’eux, appelé Cléopas, lui répondit : Tu es bien le seul, de passage à Jérusalem, à ne pas savoir ce qui s’y est passé ces jours-ci !
19 – Il leur dit : Quoi ? Ils lui dirent : Au sujet de Jésus de Nazareth, cet homme qui a été un prophète, puissant en œuvre et en parole devant Dieu et devant tout le peuple,
20 – et comment nos grands prêtres et nos chefs l’ont livré pour le faire condamner à mort et crucifier.
21 – Nous espérions que ce serait lui qui rachèterait Israël ; mais avec tout cela voilà le troisième jour depuis ce qui s’est passé.
22 – Il est vrai que quelques-unes de nos femmes nous ont mis hors de nous : elles étaient de grand matin au tombeau
23 – et, ne trouvant pas son corps, elles sont venues dire qu’elles avaient même vu en vision des anges qui le disent vivant.
24 – Quelques-uns des nôtres sont allés au tombeau et ont bien trouvé les choses comme les femmes avaient dit, mais lui, ils ne l’ont pas vu.
25 – Et il leur dit : ô cœurs insensés et lents à croire tout ce qu’ont dit les prophètes !
26 – N’est-ce pas là ce que le christ devait souffrir pour entrer dans sa gloire ?
27 – Et à partir de tous les prophètes, à commencer par Moïse, il leur interpréta tout ce qui était écrit de lui.
28 – Et comme ils approchaient du bourg où ils se rendaient, il feignit d’aller plus loin.
29 – Mais ils l’en empêchèrent et dirent : Demeure avec nous, car le soir vient et déjà le jour baisse. Et il entra demeurer avec eux.

Mon analyse :
Cet épisode, spécifique à Luc, veut renforcer le caractère incroyable de la résurrection et, par là, son importance une fois admise. Les deux apôtres nous disent que l’événement est connu de tous à Jérusalem. Pourtant les écrits contemporains n’en font pas mention en dehors du cercle chrétien. Malgré les explications de Jésus les deux apôtres ne comprennent pas la situation.

30 – Il était étendu avec eux quand, prenant le pain, il le bénit, le rompit et le leur donna.
31 – Leurs yeux s’ouvrirent et ils le reconnurent ; mais il devint invisible.
32 – Et ils se dirent l’un à l’autre : N’avions-nous pas le cœur ardent, quand il nous parlait, en chemin, et qu’il nous ouvrait les écritures ?
33 – Ils se levèrent à l’heure même, retournèrent à Jérusalem et trouvèrent réunis les onze et leurs compagnons,
34 – qui disaient que le Seigneur s’était vraiment relevé et que Simon l’avait vu.
35 – Eux aussi racontèrent ce qui leur était arrivé en chemin et comment il s’était fait reconnaître en rompant le pain.
36 – Comme ils disaient cela, lui-même se tint au milieu d’eux.
37 – Affolés, effrayés, il leur semblait contempler un esprit.
38 – Il leur dit : De quoi êtes-vous troublés ? et pourquoi des raisonnements vous montent-ils au cœur ?
39 – Voyez mes mains et mes pieds ; c’est bien moi ! Tâtez-moi ; vous voyez bien qu’un esprit n’a ni chair ni os comme vous remarquez que j’en ai.
40 – Et ce disant il leur montra ses mains et ses pieds.
41 – Et comme, dans leur joie, ils se méfiaient encore et s’étonnaient, il leur dit : Avez-vous à manger, ici ?
42 – Ils lui donnèrent une part de poisson grillé.
43 – Il la prit et mangea devant eux.
44 – Et il leur dit : C’est bien ce que je vous disais quand j’étais encore avec vous : il faut que s’accomplisse tout ce qui est écrit de moi dans la Loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes.
45 – Alors il ouvrit leur intelligence pour qu’ils comprennent les écritures
46 – et leur dit : Ainsi il était écrit que le christ souffrirait et que le troisième jour il ressusciterait d’entre les morts,
47 – et que la conversion pour la rémission des péchés serait, en son nom, proclamée à toutes les nations, à commencer par Jérusalem.
48 – Vous en êtes les témoins.

Mon analyse :
C’est la réalisation des gestes de la cène qui ouvre les yeux des apôtres. De même à Jérusalem, l’apparition de Jésus trouble les témoins qui ne peuvent admettre la résurrection sans preuve matérielle. Nous pouvons dépasser ce stade car la résurrection n’est pas pour nous une démonstration mais juste une étape visant à nous montrer le chemin vers le retour à notre état désincarné. Le verset 45 semble sous entendre que les disciples deviennent plus perméables à l’enseignement qui leur est donné. Il était temps !

49 – Et moi voilà que je renvoie sur vous la promesse de mon père ; restez donc dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus de la puissance d’en haut.
50 – Et il les emmena jusque vers Béthanie et, levant les mains, il les bénit.
51 – Et comme il les bénissait, il se sépara d’eux et fut emporté au ciel.
52 – Et eux se prosternèrent devant lui et retournèrent en grande joie à Jérusalem.
53 – Et ils étaient continuellement dans le temple, à bénir Dieu.

Mon analyse :
Jésus annonce aux apôtres le baptême d’esprit qu’ils vont recevoir après son départ. La bénédiction ne peut donc pas être considérée comme un baptême.

Revenir au sommaire

Faites connaître cet article à vos amis !

Information

Contenu soumis aux droits d'auteur.

0