Évangile selon Luc – Chapitre 10

1 472 vue(s)

Ce texte est tiré du Nouveau Testament publié dans la collection La Bibliothèque de la Pléiade des éditions NRF Gallimard.
Introduction de Jean Grosjean, textes traduits, présentés et annotés par Jean Grosjean et Michel Léturmy avec la collaboration de Paul Gros.
Afin de respecter le droit d’auteur, l’introduction, les présentations et les annotations ne sont pas reproduites. Je vous invite donc à vous procurer ce livre pour bénéficier pleinement de la grande qualité de cet ouvrage.

ÉVANGILE SELON LUC

Chapitre 10

1 – Après cela, le Seigneur en désigna encore soixante-dix autres et les envoya par deux devant sa face dans toute ville et lieu où lui-même devait venir.
2 – Et il leur disait : Quelle moisson et si peu d’ouvriers ! Demandez donc au seigneur de la moisson qu’il pousse des ouvriers vers sa moisson.
3 – Allez. Voilà que je vous envoie comme des agneaux au milieu de loups.
4 – Ne portez pas de bourse ni de besace ni de chaussures ; et ne saluez personne en chemin.
5 – En quelque maison que vous entriez, dites d’abord : Paix à cette maison.
6 – Et s’il y a là un fils de la paix, votre paix se reposera sur lui ; sinon, elle retournera sur vous.
7 – Demeurez dans la même maison, à manger et boire ce qu’ils ont, car l’ouvrier est digne de son salaire. N’allez pas de maison en maison.
8 – Et en toute ville où vous entrerez et où on vous accueillera, mangez ce qu’on vous proposera,
9 – soignez les malades, dites : le règne de Dieu approche.
10 – Et en toute ville où vous entrerez et où on ne vous accueillera pas, sortez dans les rues et dites :
11 – Même la poussière de votre ville qui s’est attachée à nos pieds, nous vous la laissons ; sachez pourtant ceci : le règne de Dieu approche.
12 – Je vous le dis, ce jour-là sera plus supportable pour Sodome que pour cette ville.

Mon analyse :
On observe la mise en place d’une mission apostolique qui n’est pas du prosélytisme puisque c’est Dieu qui est prié de fournir les adeptes. On retrouve les éléments classique qu’observaient les cathares : deux prédicateurs, pauvreté choisie, gagner sa vie et détermination dans la mission. Le message est délivré à tous mais ceux qui le rejettent sont abandonnés à leur sort.

13 – Malheur à toi, Chorazîn ! Malheur à toi, Bethsaïde ! parce que si les miracles qui ont été faits chez vous l’avaient été dans Tyr et Sidon, voilà longtemps qu’elles se seraient converties, assises sous le sac et la cendre.
14 – Mais le jugement sera plus supportable pour Tyr et Sidon que pour vous.
15 – Et toi, Capharnaùm, te hausserais-tu jusqu’au ciel, on te fera descendre jusqu’à l’Hadès.
16 – Qui vous écoute m’écoute et qui vous rejette me rejette ; mais qui me rejette rejette celui qui m’a envoyé.

Mon analyse :
Les villes juives les plus orthodoxes sont déclarées plus imperméables au message, donc au salut.

17 – Les soixante-dix revinrent tout joyeux, ils disaient : Seigneur, même les démons nous sont soumis par ton nom.
18 – Il leur dit : Je voyais le Satan tomber du ciel comme un éclair.
19 – Voilà que je vous ai donné le pouvoir de fouler les serpents, les scorpions et toute la puissance de l’ennemi ; et rien ne vous nuira.
20 – Pourtant ne vous réjouissez pas de ce que les esprits vous sont soumis ; réjouissez-vous que vos noms soient inscrits dans les cieux.
21 – Alors il exulta par l’Esprit saint, et dit : Je te l’avoue, Père, seigneur du ciel et de la terre, tu as caché cela aux sages et aux prudents et tu l’as dévoilé aux enfants ; oui, Père, tel a été ton bon plaisir.
22 – Tout m’a été livré par mon père, et personne ne sait qui est le Fils, sinon le Père, ni qui est le Père, sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le dévoiler.
23 – Puis il se retourna vers les disciples et leur dit à l’écart : Magnifiques les yeux qui regardent ce que vous regardez !
24 – Car je vous le dis, beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous regardez et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu.

Mon analyse :
Aux disciples qui s’émerveillent du pouvoir dont ils disposent, Jésus rappelle que le plus important c’est le salut de chacun.

25 – Et voilà qu’un légiste se leva et lui dit pour le mettre à l’épreuve : Maître, que dois-je faire pour hériter de la vie éternelle ?
26 – Il lui dit : Qu’est-il écrit dans la Loi ? Qu’y lis-tu ?
27 – Il répondit : Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ta vie, de toute ta force et de tout ton esprit, et ton proche comme toi-même.
28 – Il lui dit : Bien répondu ! fais-le et tu vivras.
29 – Mais il voulut se justifier et dit à Jésus : Et qui est mon proche ?
30 – Jésus reprit : Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il est tombé au milieu de bandits qui, après l’avoir dévêtu et couvert de plaies, s’en sont allés en le laissant à demi mort.
31 – Un prêtre qui par hasard descendait par ce chemin-là l’a vu et s’est écarté.
32 – Et pareillement un lévite en arrivant près du lieu l’a vu et s’est écarté.
33 – Mais un Samaritain qui était en voyage est arrivé près de lui, l’a vu et s’en est ému ;
34 il s’en est approché et a bandé ses blessures en y versant de l’huile et du vin ; il l’a fait monter sur sa bête, l’a mené à l’hôtel et a pris soin de lui.
35 – Et le lendemain il a tiré deux deniers et les a donnés à l’hôtelier en disant : Prends soin de lui et, ce que tu dépenseras de plus, je te le rendrai à mon retour.
36 – Qui de ces trois te semble avoir été le proche pour la victime des bandits ?
37 – Il dit : Celui qui a pratiqué la miséricorde envers lui. Et Jésus lui dit : Va et fais pareil.

Mon analyse :
Jésus profite de cette occasion pour montrer que la loi juive n’est plus garante du salut et que l’alliance que les Juifs croient avoir souscrite avec Dieu n’est pas valide puisque même un Samaritain peut être meilleur qu’eux.

38 – Chemin faisant il entra dans un bourg, et une femme appelée Marthe l’accueillit dans sa maison.
39 – Elle avait une sœur appelée Marie et qui, assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole.
40 – Et Marthe était distraite par tout un service, elle survint et dit : Seigneur, tu ne te soucies pas que ma sœur me laisse seule faire le service ? dis-lui donc de m’aider.
41 – Et le Seigneur lui répondit : Marthe, Marthe, tu t’inquiètes, tu fais beaucoup de bruit,
42 – alors qu’il y a besoin de peu de choses, ou d’une seule ! en effet, Marie a choisi la bonne part et on ne la lui arrachera pas.

Mon analyse :
Jésus montre que celui qui est dans la voie qu’il montre ne s’inquiète pas du quotidien mais se concentre sur ce qui relève de la foi.

Revenir au sommaire

Faites connaître cet article à vos amis !

Information

Contenu soumis aux droits d'auteur.

0