Évangile selon Luc – Chapitre 1

1 512 vue(s)

Ce texte est tiré du Nouveau Testament publié dans la collection La Bibliothèque de la Pléiade des éditions NRF Gallimard.
Introduction de Jean Grosjean, textes traduits, présentés et annotés par Jean Grosjean et Michel Léturmy avec la collaboration de Paul Gros.
Afin de respecter le droit d’auteur, l’introduction, les présentations et les annotations ne sont pas reproduites. Je vous invite donc à vous procurer ce livre pour bénéficier pleinement de la grande qualité de cet ouvrage.

ÉVANGILE SELON LUC

Chapitre Premier

Evangile Luc1 – Puisque beaucoup ont entrepris de raconter l’histoire des faits dont nous avons la certitude
2 – et que nous ont transmis les témoins initiaux qui sont au service de la parole,
3 – j’ai voulu tout reprendre avec exactitude depuis le début et te l’écrire en ordre, noble Théophyle,
4 – pour que tu reconnaisses la solidité de ce qu’on t’a appris.

Mon analyse :
Les chercheurs et philologues nous ont appris que ce chapitre n’est pas d’origine et fut rajouté tardivement. Son entame cherche pourtant à nous faire croire à son authenticité. La forme verbale directe et la dénomination du destinataire donnent vie à ce texte. C’est pourquoi d’ailleurs beaucoup l’attribue à Paul. Marcion de Sinope s’est probablement basé sur ce texte pour rétablir l’Évangile de Paul dont l’apôtre parle dans ses lettres. Mais son évangile n’est pas synoptique comme Matthieu, Marc et Luc et il n’est pas philosophique comme Jean. Il semble être plutôt spirituel.

5 – Il y eut, aux jours d’Hérode, roi de Judée, un prêtre appelé Zacharie, du groupe d’Abia, et dont la femme, appelée Élisabeth, était une des filles d’Aaron.
6 – Tous deux, devant Dieu, étaient justes et suivaient, irréprochables, tous les commandements et jugements du Seigneur.
7 – Ils n’avaient pas d’enfants, parce qu’Élisabeth était stérile, et tous deux étaient d’âge avancé.
8 – Comme c’était au tour de son groupe d’être de service devant Dieu,
9 – il fut tiré au sort, selon l’usage du clergé, pour entrer brûler de l’encens dans le sanctuaire du Seigneur,
10 – et toute la multitude du peuple était en prière, dehors, à l’heure de l’encens.
11 – Et il vit un ange du Seigneur, debout à droite de l’autel de l’encens.
12 – À cette vue, Zacharie fut troublé et une crainte tomba sur lui.
13 – L’ange lui dit : Ne crains pas, Zacharie, car ta demande a été exaucée. Ta femme Élisabeth t’enfantera un fils et tu l’appelleras Jean.
14 – Il fera ta joie et ton allégresse et beaucoup se réjouiront de sa naissance.
15 – Car il sera grand devant le Seigneur, il ne boira ni vin ni rien de fermenté, il sera rempli de l’Esprit saint dès le ventre de sa mère,
16 – et il retournera beaucoup de fils d’Israël vers le Seigneur leur Dieu.
17 – Lui-même le précédera avec l’esprit et la puissance d’Élie pour retourner le cœur des pères vers les enfants, les indociles, vers le bon sens des justes, et pour apprêter au Seigneur un peuple préparé,
18 – Zacharie dit à l’ange : À quoi m’y reconnaître ? Car je suis vieux, moi, et ma femme est d’âge avancé.
19 – L’ange lui répondit : Moi je suis Gabriel et je me tiens devant Dieu ; et j’ai été envoyé pour te parler et t’annoncer cela.
20 – Voilà : tu vas te taire et tu ne pourras plus parler jusqu’au jour où ces choses arriveront, parce que tu ne t’es pas fié à mes paroles, qui s’accompliront en leur temps.
21 – Et le peuple attendait Zacharie, on s’étonnait qu’il s’attarde dans le sanctuaire.
22 – Quand il sortit il ne pouvait pas leur parler, et ils reconnurent qu’il avait eu une vision dans le sanctuaire. Lui-même leur faisait des signes, et il demeura muet.
23 – Et quand furent passés ses jours de service, il s’en alla dans sa maison.
24 – Après ces jours-là, sa femme Élisabeth conçut et elle se cacha cinq mois, elle disait :
24 – Voilà donc ce que le Seigneur a fait pour moi le jour où il s’est avisé d’arracher mon opprobre chez les hommes.
26 – Le sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé de Dieu dans une ville de Galilée appelée Nazareth,
27 – à une vierge fiancée à un homme appelé Joseph, de la maison de David, et la vierge s’appelait Marie.
28 – Il entra chez elle et dit : Réjouis-toi, gracieuse, le Seigneur est avec toi.
29 – À cette parole elle se troubla, elle se demandait quelle était cette salutation.
30 – L’ange lui dit : Ne crains pas, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.
31 – Voilà que tu vas concevoir et enfanter un fils. Tu l’appelleras Jésus.
32 – Il sera grand et on l’appellera fils du Très-Haut. Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père.
33 – Il régnera au long des âges sur la maison de Jacob et son règne n’aura pas de fin.
34 – Marie dit à l’ange : Comment ce sera-t-il, puisque je ne connais pas d’homme ?
35 – L’ange lui répondit : L’Esprit saint surviendra sur toi, la puissance du Très-Haut te couvrira : c’est pourquoi l’enfant sera saint et on l’appellera fils de Dieu.
36 – Et voilà qu’Élisabeth ta parente a aussi conçu un fils dans sa vieillesse, et ce mois est le sixième de celle qu’on appelait stérile ;
37 – car rien n’est impossible à Dieu.
38 – Et Marie dit : Voici l’esclave du Seigneur. Qu’il en soit de moi comme tu dis, Et l’ange la quitta.
39 – Ces jours-là, Marie se leva, se rendit à la montagne avec empressement, vers une ville de Juda,
40 – et, entrée dans la maison de Zacharie, elle salua Élisabeth.
41 – Quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressauta dans son ventre, et Élisabeth fut remplie de l’Esprit saint,
42 – elle poussa un grand cri et dit : ô bénie entre les femmes ; et béni, le fruit de ton ventre !
43 – D’où me vient que la mère de mon Seigneur vienne vers moi ?
44 – Quand la voix de ta salutation m’est arrivée aux oreilles voilà que l’enfant dans mon ventre a sauté d’allégresse.
45 – Magnifique celle qui a eu foi ! car ce qui lui a été dit je la part du Seigneur s’accomplira.
46 – Et Marie dit : Mon âme célèbre le Seigneur
47 – et mon esprit exulte en Dieu mon sauveur
48 – parce qu’il a regardé l’humilité de son esclave ; car voilà que désormais toutes les générations me diront magnifique
49 – parce que le Puissant a fait pour moi de grandes choses et son nom est saint
50 – et sa miséricorde va de génération en génération à ceux qui le craignent.
51 – Il a dominé à la force de son bras, dispersé les hommes au cœur outrecuidant,
52 – détrôné les souverains, haussé les humbles,
53 – rassasié de biens les affamés et renvoyé sans rien les riches.
54 – Il a secouru Israël son serviteur en souvenir de cette miséricorde,
55 – dont il parlait à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa semence au long des âges.
56 – Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois et s’en retourna dans sa maison.
57 – Quand ce fut pour Élisabeth le temps d’enfanter, elle donna naissance à un fils.
58 – Ses voisins et ses parents apprirent que le Seigneur avait redoublé de miséricorde à son égard et ils se réjouissaient avec elle.
59 – Le huitième jour ils vinrent pour circoncire l’enfant et ils l’appelaient Zacharie, du nom de son père.
60 – Sa mère répondit : Non ! il s’appellera Jean.
61 – Ils lui dirent ; Il n’y a personne dans ta parenté qui soit appelé de ce nom !
62 – Ils demandaient par signes à son père comment il voulait qu’on l’appelle.
63 – Il demanda une tablette et écrivit : Son nom est Jean. Et ils turent tous étonnés.
64 – Mais tout de suite sa bouche s’ouvrit, sa langue se délia, il parlait et bénissait Dieu.
65 – La crainte fut sur tout le voisinage, toutes ces paroles étaient commentées dans toute la montagne de Judée,
66 – et tous ceux qui les entendaient les mirent dans leurs cœurs, ils disaient : Que sera donc cet enfant ? Car la main du Seigneur était avec lui.
67 – Et Zacharie son père fut rempli de l’Esprit saint, il prophétisa et dit :
68 – Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël parce qu’il a visité et racheté son peuple
69 – et suscité pour nous une corne de salut dans la maison de David son serviteur,
70 – comme il le disait, du fond des âges, par la bouche de ses saints prophètes,
71 – pour nous sauver de nos ennemis et de la main de tous ceux qui nous détestent,
72 – et pour faire miséricorde a nos pères en souvenir de son alliance sainte,
73 – et du serment juré à Abraham notre père qu’il nous donnerait
74 – de le servir, sans crainte et délivrés de la main de nos ennemis,
75 – avec piété et justice devant lui durant tous nos jours.
76 – Et toi, enfant, on t’appellera prophète du Très-Haut, car tu marcheras devant la face du Seigneur pour apprêter ses chemins
77 – et donner à son peuple connaissance d’un salut par la rémission de leurs péchés.
78 – Ô entrailles de miséricorde de notre Dieu par qui va nous visiter d’en haut un Levant
79 – qui éclairera ceux qui sont assis dans les ténèbres à l’ombre de la mort et dirigera nos pas vers un chemin de paix !
80 – Et l’enfant croissait, son esprit se fortifiait ; il fut dans les déserts jusqu’au jour où il se présenta à Israël.

Mon analyse :
Le détail des scènes qui précèdent vise à leur conférer un parfum d’authenticité et donc à nous convaincre de la réalité de la naissance de Jésus. Bien entendu, le rattachement à la tradition judaïque y est affirmé afin de faire taire la voix de Paul qui remettait en doute ce rattachement.

Revenir au sommaire

Faites connaître cet article à vos amis !

Information

Contenu soumis aux droits d'auteur.

0