Deuxième lettre de Paul aux Corinthiens – 6

1 573 vue(s)

Ce texte est tiré du Nouveau Testament publié dans la collection La Bibliothèque de la Pléiade des éditions NRF Gallimard.
Introduction de Jean Grosjean, textes traduits, présentés et annotés par Jean Grosjean et Michel Léturmy avec la collaboration de Paul Gros.
Afin de respecter le droit d’auteur, l’introduction, les présentations et les annotations ne sont pas reproduites. Je vous invite donc à vous procurer ce livre pour bénéficier pleinement de la grande qualité de cet ouvrage.

Lettre aux Corinthiens

Chapitre 6

1 – Puisque nous travaillons avec lui, nous vous exhortons à ne pas accueillir en vain la grâce de Dieu,
2 – car il est dit : Je t’ai exaucé au moment favorable, et au jour du salut je t’ai secouru. Le voici le moment favorable, le voici le jour du salut.
3 – Nous ne donnons à personne le moindre sujet d’achoppement de peur que notre service soit critiqué.
4 – Au contraire, en tout, nous nous montrons serviteurs de Dieu par beaucoup de résistance, par des afflictions, des nécessités, des angoisses,
5 – des plaies, des emprisonnements, des troubles, des labeurs, des veilles, des jeûnes,
6 – par la pureté, la science, la générosité, la prévenance, par un esprit de sainteté, une charité sans comédie,
7 – par la parole de vérité, par la puissance de Dieu, avec les armes offensives et défensives de la justice,
8 – dans la gloire et le mépris, dans la mauvaise et la bonne renommée, comme des égareurs et pourtant véridiques,
9 – comme ignorés et pourtant bien connus, comme mourants et voici que nous vivons, comme bien corrigés mais pas morts,
10 – comme attristés mais toujours joyeux, comme pauvres, nous qui faisons tant de riches, comme n’ayant rien et possédant tout.

Mon analyse :
Je doute fortement que ce début de chapitre soit de Paul. En effet, outre son caractère sacrificiel qui transparaît notamment dans les versets 4 à 10, il fait référence à Isaïe.

11 – Corinthiens, je m’adresse à vous à cœur ouvert.
12 – Vous êtes à l’aise avec nous, mais vous ne l’êtes pas avec vous-mêmes.
13 – Vous aussi, pour la peine (je vous parle comme à des enfants), ouvrez votre cœur.
14 – Ne vous mettez pas sous le même joug que les mécréants. Quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité ? Quelle société entre la lumière et les ténèbres ?
15 – Quelle entente entre le Christ et Béliar ? Ou quelle part a le fidèle avec le mécréant ?
16 – Et quel accord y a-t-il entre le sanctuaire de Dieu et les idoles ? Car nous sommes le sanctuaire du Dieu vivant selon que Dieu a dit : J’habiterai et je marcherai parmi eux, je serai leur Dieu et ils seront mon peuple.
17 – Sortez donc du milieu des autres, séparez-vous, dit le Seigneur. Ne touchez à rien d’impur et moi je vous accueillerai,
18 – je serai pour vous un père, et vous serez pour moi des fils et des filles, dit le Seigneur tout-puissant.

Mon analyse :
Les versets 14 et 16 pourraient être inspirés du Deutéronome, mais on retrouve à la fin du 14 l’allusion aux armes de la lumière qui figure dans la Lettre aux Romains (13). Soit le scribe a emprunté à Paul pour donner le change, soit Paul a utilisé des références scripturaires à l’appui de sa pensée. Cette partie est en effet compatible avec lui.

Revenir au sommaire

Faites connaître cet article à vos amis !

Information

Contenu soumis aux droits d'auteur.

0