Deuxième lettre de Paul aux Corinthiens – 11

1 434 vue(s)

Ce texte est tiré du Nouveau Testament publié dans la collection La Bibliothèque de la Pléiade des éditions NRF Gallimard.
Introduction de Jean Grosjean, textes traduits, présentés et annotés par Jean Grosjean et Michel Léturmy avec la collaboration de Paul Gros.
Afin de respecter le droit d’auteur, l’introduction, les présentations et les annotations ne sont pas reproduites. Je vous invite donc à vous procurer ce livre pour bénéficier pleinement de la grande qualité de cet ouvrage.

Lettre aux Corinthiens

Chapitre 11

1 – Si seulement vous supportiez de moi un peu de sottise ! Mais bien sûr que vous me supportez.
2 – Eh bien, je suis jaloux de vous d’une jalousie de Dieu, car je vous ai accordés à un seul homme comme une vierge pure à présenter au Christ.
3 – Mais je crains que comme Ève séduite par la fourberie du serpent, vous ne détruisiez votre intelligence et ne sortiez de la générosité et de la pureté envers le Christ.

Mon analyse :
Le ton et l’objet de la lettre changent et l’on revient aux thèmes précédents, ce qui montre qu’il ne s’agit pas de la même lettre qu’au dernier chapitre. Paul rappelle qu’il a mené les corinthiens à Dieu comme on mène la promise au fiancé. Mais cette dernière est en situation de se détourner de ce chemin.

4 – Et en effet, qu’on vienne vous prêcher un Jésus que nous n’avons pas prêché, que vous receviez un esprit que vous n’aviez pas reçu ou un évangile que vous n’aviez pas accueilli, vous le supportez très bien.
5 – Je compte pourtant n’avoir été en rien inférieur à ces grands apôtres.
6 – Même si ma parole est banale, ma science ne l’est pas, nous vous l’avons partout et toujours manifesté.
7 – Est-ce un péché de m’être abaissé pour vous hausser et de vous avoir annoncé gratuitement l’évangile de Dieu ?
8 – J’ai dépouillé d’autres églises et reçu d’elles un salaire, pour vous servir ;
9 – chez vous je me suis privé pour n’être à charge à personne et les frères venus de Macédoine ont pourvu à ce qui me manquait. Je me suis gardé en tout de vous être un fardeau et je m’en garderai.
10 – Par la vérité du Christ en moi, cette vanterie ne me sera pas interdite sous les climats de l’Achaïe.
11 – Pourquoi ? Parce que je ne vous aime pas ? Dieu sait !

Mon analyse :
En effet, la communauté de Corinthe se laisse facilement séduire par des discours différents, voire opposés à ceux de Paul. Il rappelle la qualité de ses paroles malgré ses faiblesses personnelles ; la gratuité de son action, préférant même rester à charge d’autres communautés pour ne pas l’être à celle des corinthiens. Et s’il l’a fait c’est par amour.

12 – Ce que je fais, je le ferai encore, pour ôter à ceux qui se voudraient comme nous, cette occasion de se vanter qu’ils cherchent.
13 – Car ce sont de faux apôtres, des ouvriers rusés, déguisés en apôtres du Christ.
14 – Et quoi d’étonnant ? Satan lui-même se déguise en ange de lumière.
15 – Ses, serviteurs n’ont guère à faire pour se déguiser en serviteurs de la justice. Leur fin sera selon leurs œuvres.
16 – Je le dis encore, qu’on ne me prenne pas pour un sot. Ou alors, mettons que je sois un sot et que je me vante un peu.
17 – Je le dis, je ne le dis pas selon le Seigneur, mais comme un sot qui a de quoi se vanter.
18 – Puisque beaucoup se vantent selon la chair, je vais me vanter aussi.
19 – Vous prenez plaisir à supporter les sots, vous qui êtes sensés !
20 – Vous supportez qu’on vous réduise en esclavage, qu’on vous dévore, qu’on vous pille, qu’on vous domine, qu’on vous frappe la face.
21 – Je le dis à ma honte, nous avons été faibles. Mais ce qu’on peut oser, je dis une sottise, je l’ose moi aussi.
22 – Ils sont hébreux ? moi aussi. Ils sont israélites ? moi aussi. Ils sont de la race d’Abraham ? moi aussi.
23 – Ils sont serviteurs du Christ ? je déraisonne, mais je le suis davantage par plus de labeurs, plus d’emprisonnements, bien plus de plaies et de fréquents dangers de mort.
24 – Cinq fois j’ai reçu les quarante coups moins un des Juifs
25 – et trois fois des coups de trique ; une fois j’ai été lapidé ; trois fois j’ai fait naufrage ; j’ai passé un jour et une nuit dans l’abîme.
26 – Fréquents voyages, périls des fleuves, périls des bandits, périls de la part des gens de ma race, périls de la part des nations, périls en ville, périls au désert, périls en mer, périls parmi les faux frères,
27 – fatigue et peine avec les veilles fréquentes, avec la faim et la soif, avec les jeûnes fréquents, avec le froid et la nudité ;
28 – sans compter le reste, ma préoccupation de chaque jour, le tracas de toutes les églises.

Mon analyse :
Ceux qui viennent parler aux corinthiens, Paul ne leur retire pas le titre d’apôtres — sans doute parce qu’il ne le peut pas — mais il voit en eux de la fourberie et une mauvaise prédication. Ils viennent donc d’autres communautés. On aurait pu penser à Apollos ou à ses envoyés mais le fait qu’ils soient hébreux contredit cette hypothèse. Il s’agit donc de judéo-chrétiens. Ces apôtres se glorifient selon la chair. Cela peut vouloir dire qu’ils parlent en tant que disciples de Jésus ou envoyés par des disciples qui auraient connu Jésus en chair. Paul réplique par les souffrances qu’il a enduré dans sa chair, lui qui ne peut prétendre avoir connu Jésus directement.

29 – Qui est faible sans que je sois faible ? Qui est scandalisé sans que je brûle ?
30 – S’il faut se vanter, c’est de ma faiblesse que je me vanterai.
31 – Le Dieu et père du seigneur Jésus, qui est béni dans les   âges, sait que je ne mens pas.
32 – À Damas, l’ethnarque du roi Arétas faisait garder la ville des Damascéniens pour me prendre.
33 – On m’a descendu par une fenêtre, dans un panier, le long de la muraille, et je lui ai échappé des mains.

Mon analyse :
Paul fait l’éloge de la faiblesse qui est la preuve de son humilité. Or, l’humilité est la qualité du vrai chrétien. Il n’hésite pas à rappeler un épisode humiliant ou, à Damas, lors de son premier contact avec une communauté chrétienne, il fut si ardent dans ses prêches que l’on dû le faire fuir en le descendant dans un panier. Cela veut montrer que dès le premier jour il était devenu un vrai chrétien ardent et efficace.

Revenir au sommaire

Faites connaître cet article à vos amis !

Information

Contenu soumis aux droits d'auteur.

0