Apocalypse de Jean – Chapitre 5

1 574 vue(s)

Ce texte est tiré du Nouveau Testament publié dans la collection La Bibliothèque de la Pléiade des éditions NRF Gallimard.
Introduction de Jean Grosjean, textes traduits, présentés et annotés par Jean Grosjean et Michel Léturmy avec la collaboration de Paul Gros.
Afin de respecter le droit d’auteur, l’introduction, les présentations et les annotations ne sont pas reproduites. Je vous invite donc à vous procurer ce livre pour bénéficier pleinement de la grande qualité de cet ouvrage.

Apocalypse de Jean

Chapitre 5

1 – Et j’ai vu dans la droite de celui qui est sur le trône un livre écrit au-dedans et au dos et scellé de sept sceaux.
2 – Et j’ai vu un ange vigoureux proclamer à grande voix : Qui est digne d’ouvrir le livre et d’en rompre les sceaux ?
3 – Et personne dans le ciel ni sur la terre ni sous la terre ne pouvait ouvrir le livre et le regarder.
4 – Et je pleurais beaucoup parce que personne n’était trouvé digne d’ouvrir le livre et de le regarder.
5 – Un des anciens me dit : Ne pleure pas, voici, il est vainqueur le lion de la tribu de Juda, le surgeon de David, pour ouvrir le livre et ses sept sceaux.

Mon analyse :
La lecture superficielle montre un lien direct avec le judaïsme puisque l’élu n’est cité qu’en référence avec les personnages de l’Ancien Testament ; une lecture plus attentive nous révèle la possible origine d’une mythologie cathare concernant l’envoi de Christ vers les hommes. Là aussi il y avait un livre contenant le détail de la mission, personne ne pouvait se résoudre à l’accepter et celui qui l’accepta se mit également à pleurer.

6 – Et j’ai vu, au milieu du trône et des quatre animaux et au milieu des anciens, un agneau debout comme égorgé. Il avait sept cornes et sept yeux qui sont les sept esprits de Dieu envoyés à toute la terre.
7 – Et il est venu prendre dans la droite de celui qui est sur le trône.
8 – Quand il a pris le livre, les quatre animaux et les
vingt-quatre anciens sont tombés devant l’agneau avec
chacun une cithare et des bols d’or pleins de parfums qui
sont les prières des saints.
9 – Ils chantent un chant nouveau, ils disent : Tu es
digne de prendre le livre et d’en ouvrir les sceaux car tu
as été égorgé et avec ton sang tu as acheté pour Dieu,
parmi toute tribu, langue, peuple et nation,
10 – ceux dont tu as fait un règne et des prêtres pour notre Dieu et ils régneront sur la terre.

Mon analyse :
Christ est représenté comme un agneau sacrificiel mais disposant d’une omnipotence (sept cornes) et d’une omniscience (sept yeux). Il est un avec Dieu puisque sortant de son trône mais néanmoins soumis car à droite de Dieu. Il et seul à pouvoir prendre le livre et, dès qu’il le fait, tous les louent. Nous sommes en plein judaïsme chrétien, à l’opposé quasiment de Jean l’évangéliste.

11 – Et j’ai vu et entendu, autour du trône et des animaux et des anciens, la voix de beaucoup d’anges. Ils étaient des milliers de milliers et des myriades de myriades
12 – qui disaient à grande voix : Digne est l’agneau égorgé de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l’honneur, la gloire et la bénédiction.
13 – Et toute créature qui est dans le ciel, sur la terre, sous la terre et sur la mer, tous les êtres qui y sont, je les ai entendus qui disaient : À celui qui est sur le trône et à l’agneau, bénédiction, honneur, gloire et domination dans les âges des âges.
14 – Et les quatre animaux disaient : Amen. Et les anciens tombaient prosternés.

Mon analyse :
Désormais c’est toute la création divine qui valide la capacité de Christ à révéler le destin du monde.

Revenir au sommaire

Faites connaître cet article à vos amis !

Information

Contenu soumis aux droits d'auteur.

0