Apocalypse de Jean – Chapitre 4

1 480 vue(s)

Ce texte est tiré du Nouveau Testament publié dans la collection La Bibliothèque de la Pléiade des éditions NRF Gallimard.
Introduction de Jean Grosjean, textes traduits, présentés et annotés par Jean Grosjean et Michel Léturmy avec la collaboration de Paul Gros.
Afin de respecter le droit d’auteur, l’introduction, les présentations et les annotations ne sont pas reproduites. Je vous invite donc à vous procurer ce livre pour bénéficier pleinement de la grande qualité de cet ouvrage.

Apocalypse de Jean

Chapitre 4

1 – Après quoi j’ai vu, et voici une porte ouverte dans le ciel. Et la première voix, comme de trompette, qui m’avait parlé m’a dit : Monte ici que je te montre ce qui doit être après.

Mon analyse :
Après avoir observé les événements sur terre, Jean monte au ciel pour y découvrir la révélation divine.

2 – Aussitôt j’ai été en esprit et voici, un trône était dans le ciel et quelqu’un assis sur le trône.
3 – Celui qui était assis était pareil à une vision de jaspe et de sardoine avec autour du trône un arc-en-ciel pareil à une vision d’émeraude.
4 – Et autour du trône vingt-quatre trônes et, assis sur les trônes, vingt-quatre anciens vêtus de vêtements blancs avec sur leurs têtes des couronnes d’or.
5 – Du trône sortent des éclairs, des voix et des tonnerres. Il y a devant le trône sept torches de feu ardent qui sont les sept esprits de Dieu.
6 – Et devant le trône il y a comme une mer vitrifiée pareille à du cristal. Et au milieu du trône et autour du trône, quatre animaux pleins d’yeux par-devant et par-derrière :
7 – le premier animal pareil à un lion, le deuxième pareil à un taurillon, le troisième avec une sorte de face d’homme et le quatrième pareil à un aigle qui vole.
8 – Ces quatre animaux ont chacun six ailes, ils sont pleins d’yeux tout autour et au-dedans, et jour et nuit ils ne cessent de dire : Saint, saint, saint, le Seigneur Dieu, le tout-puissant qui était, qui est et qui vient.
9 – Et chaque fois que les animaux rendent gloire, honneur et grâces à celui qui est sur le trône et qui est vivant
dans les âges des âges,
10 – les vingt-quatre anciens tombent devant celui qui est sur le trône, se prosternent devant celui qui est vivant dans les âges des âges et jettent leurs couronnes devant le trône en disant :
11 – Tu es digne, notre Seigneur et Dieu, de recevoir la gloire, l’honneur et la puissance parce que c’est toi qui as créé l’univers et c’est par ta volonté qu’il existe et qu’il a été créé.

Mon analyse :
Par de nombreuses références à la Torah Jean révèle les essences ce Dieu, sans jamais le décrire afin de préserver sa transcendance. L’usage des références aux pierres précieuses traduit sa gloire et sa puissance à la fois action et paix (vert pour la paix, action et violence pour le rouge), les animaux aux yeux multiples, l’omniscience, les vingt-quatre anciens représentent deux fois les douze tribus qui étaient considérées comme la totalité du peuple de Dieu ; ils sont donc symbole d’unanimité et de témoignage puisqu’ils sont tous en adoration. Les sept esprits évoquent la plénitude comme en 1, 4. Il est à noter que c’est à partir de cet épisode que les Pères de l’Église attribueront à chacun des évangélistes un symbole : la figure humaine pour Matthieu, le lion pour Marc, le taureau pour Luc et l’aigle pour Jean.

Revenir au sommaire

Faites connaître cet article à vos amis !

Information

Contenu soumis aux droits d'auteur.

0