Actes des apôtres – Chapitre 7

1 557 vue(s)

Ce texte est tiré du Nouveau Testament publié dans la collection La Bibliothèque de la Pléiade des éditions NRF Gallimard.
Introduction de Jean Grosjean, textes traduits, présentés et annotés par Jean Grosjean et Michel Léturmy avec la collaboration de Paul Gros.
Afin de respecter le droit d’auteur, l’introduction, les présentations et les annotations ne sont pas reproduites. Je vous invite donc à vous procurer ce livre pour bénéficier pleinement de la grande qualité de cet ouvrage.

Actes des apôtres

Chapitre 7

1 – Le grand prêtre dit : En est-il bien ainsi ?
2 – Il dit : Frères, pères, écoutez. Le Dieu de la gloire a apparu à notre père Abraham quand il était en Mésopotamie et avant qu’il habite à Harran,
3 – et il lui a dit : Sors de ta terre et de ta parenté et va là-bas, vers la terre que je te montrerai.
4 – Alors il est sorti de la terre des Chaldéens pour habiter à Harran. De là, après la mort de son père, Dieu l’a déporté vers cette terre où maintenant vous habitez ;
5 – et il ne lui a pas donné là d’héritage, pas la moindre enjambée ; mais il lui a promis de la lui donner en possession et, après lui, à sa semence, à lui qui n’avait pas d’enfant.
6 – Et ainsi, Dieu lui a dit que sa semence séjournerait sur une terre étrangère, qu’elle y serait asservie et maltraitée quatre cents ans ;
7 – mais la nation qui les aura asservis, moi je la jugerai, dit Dieu, et après cela, ils sortiront et me serviront en ce lieu-ci.
8 – Et il lui a donné l’alliance de la circoncision ; de sorte qu’Abraham, après avoir engendré Isaac, l’a circoncis, le huitième jour et Isaac, Jacob et Jacob, les douze patriarches.
9 – Puis les patriarches ont été jaloux de Joseph et l’ont vendu à l’Égypte; mais Dieu était avec lui ;
10 – il l’a arraché de toutes ses afflictions et lui a donné grâce et sagesse devant Pharaon, roi d’Égypte, qui l’a établi chef sur l’Égypte et sur toute sa maison.
11 – Mais une famine est venue sur toute l’Égypte et sur Canaan, et une grande affliction, et nos pères ne trouvaient rien à manger.
12 – Jacob a entendu qu’il y avait du blé en Égypte et il y a envoyé nos pères une première fois.
13 – La seconde fois, Joseph s’est fait reconnaître de ses frères, et Pharaon a su manifestement de quelle race était Joseph.
14 – Joseph a donc fait venir Jacob son père, et toute sa parenté : soixante-quinze âmes.
15 – Et Jacob est descendu en Égypte, où il est mort, ainsi que nos pères ;
16 – ils ont été transférés à Sichem et déposés dans le tombeau qu’Abraham avait acheté à prix d’argent aux fils d’Emmôr à Sichem.
17 – Comme approchait le temps de la promesse que Dieu avait jurée à Abraham, le peuple, en Égypte, s’est accru et amplifié
18 – jusqu’au jour où s’est levé sur l’Égypte un autre roi, qui n’avait pas connu Joseph
19 – et qui a dupé notre race et maltraité nos pères au point de leur faire exposer leurs enfants pour qu’ils ne restent pas en vie.
20 – Moïse est né à ce moment-là. Il était agréable à Dieu et a été élevé trois mois dans la maison paternelle ;
21 – et comme on l’avait exposé, la fille de Pharaon l’a enlevé et l’a élevé comme son propre fils.
22 – Moïse a été formé à toute la sagesse des Égyptiens, et il était puissant dans ses paroles et ses œuvres.
23 – Quand il a atteint la quarantaine, le désir lui est monté au cœur de visiter ses frères, les fils d’Israël.
24 – Il en a vu un à qui on faisait du tort ; il a été au secours de l’opprimé et l’a vengé en frappant l’Égyptien.
25 – Il croyait que ses frères comprendraient que Dieu allait les sauver par sa main ; mais ils n’ont pas compris.
26 – Le lendemain il en a vu qui se disputaient. Il leur a dit de faire la paix : Hommes, vous êtes frères ! Pourquoi vous faire tort l’un à l’autre ?
27 – Mais celui qui faisait du tort à son proche l’a rejeté : Qui t’a établi chef et juge sur nous ?
28 – Veux-tu me supprimer de la même manière que tu as supprimé l’Égyptien d’hier ?
29 – À cette parole, Moïse s’est enfui. Il a séjourné en terre de Madian où il a engendré deux fils.
30 – Au bout de quarante ans il a vu, au désert du mont Sinaï, un ange dans la flamme d’un buisson de feu.
31 – Cette vision a étonné Moïse et, comme il s’approchait pour regarder, il y a eu une voix du Seigneur :
32 – Je suis le Dieu de tes pères, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Moïse, devenu tout tremblant, n’osait pas regarder.
33 – Et le Seigneur lui a dit : Défais la chaussure de tes pieds, car le lieu où tu te tiens est une terre sainte.
34 – J’ai vu, j’ai vu le malheur de mon peuple qui est en Égypte, j’ai entendu son gémissement, et je suis descendu les en arracher. Et maintenant, ici ! que je t’envoie en Égypte.
35 – Et ce Moïse qu’ils avaient renié en lui disant : Qui t’a établi chef et juge ? c’est lui que Dieu a envoyé comme chef et racheteur, par la main de l’ange qu’il avait vu dans le buisson.
36 – C’est lui qui les a fait sortir en faisant des prodiges et des signes en terre d’Égypte, à la mer Rouge et dans le désert pendant quarante ans.
37 – C’est lui, Moïse, qui a dit aux fils d’Israël : Dieu suscitera pour vous, d’entre vos frères, un prophète comme moi.
38 – C’est lui qui, dans l’église du désert, était avec nos pères et avec l’ange qui lui parlait sur le mont Sinaï, lui qui a accueilli de vivantes paroles pour nous les donner.
39 – C’est à lui que nos pères n’ont pas voulu obéir, ils l’ont rejeté, au contraire et, se retournant de cœur vers l’Égypte,
40 – ils ont dit à Aaron : Fais-nous des dieux qui marchent devant nous ! car ce Moïse qui nous a fait sortir de la terre d’Égypte, nous ne savons pas ce qui lui est arrivé.
41 – Et ils ont fabriqué un veau, en ces jours-là, et offert un sacrifice à l’idole ; et ils étaient contents des œuvres de leurs mains.
42 – Mais Dieu s’est retourné et les a livrés au service de l’armée du ciel, comme il est écrit au livre des Prophètes : Est-ce que vous m’avez présenté des victimes et des sacrifices pendant quarante ans au désert, maison d’Israël ?
43 – Vous avez porté l’abri de Moloch et l’astre du dieu Rompha, ces modèles que vous aviez faits pour vous prosterner devant eux ! Je vous déporterai au-delà de Babylone.
44 – Nos pères, au désert, avaient l’abri du Témoignage, comme l’avait prescrit celui qui avait dit à Moïse de le faire d’après le modèle qu’il avait vu ;
45 – et nos pères, après ravoir reçu, l’ont fait entrer, à la suite de Josué, sur les possessions des nations que Dieu chassait de devant la face de nos pères; jusqu’aux jours de David,
46 – qui a trouvé grâce devant Dieu et qui a demandé de trouver de quoi abriter la maison de Jacob.
47 – Et c’est Salomon qui lui a bâti une maison.

Mon analyse :
Dans ce long monologue Étienne relate l’histoire du peuple Hébreu, y compris sa captivité en Égypte. L’objectif est clairement de montrer que la foi d’Étienne est liée intimement à Iahvé. Il est amusant de constater une incohérence entre Dieu qui s’exprime dans le buisson alors que la présence dans le buisson est appelée l’ange.

48 – Mais le Très-Haut n’habite pas dans ce qui est fait à la main ; comme le dit le prophète :
49 – Le ciel est mon trône et la terre, le marchepied de mes pieds ; quelle maison me bâtirez-vous ? dit le Seigneur; ou quel sera mon lieu de repos ?
50 – Est-ce que ma main n’a pas tout fait ?
51 – Nuques raides ! incirconcis de cœur et d’oreilles ! vous n’arrêtez pas de contrer l’Esprit saint. Vous êtes bien comme vos pères !
52 – Quel est le prophète que vos pères n’ont pas poursuivi ? Ils ont tué ceux qui annonçaient d’avance la venue de ce Juste dont, de nos jours, vous vous êtes fait traîtres et meurtriers,
53 – vous qui avez reçu la Loi par le ministère des anges et ne l’avez pas gardée.
54 – À ces paroles, ils enrageaient dans leurs cœurs, et grinçaient des dents contre Étienne.

Mon analyse :
Là Étienne accuse les Juifs ne plus être dans la ligne de Iahvé et d’avoir tué ses prophètes, dont Jésus bien entendu, même s’il ne le cite pas.

55 – Mais lui, plein de l’Esprit saint et les yeux fixés vers le ciel, vit la gloire de Dieu et Jésus debout à la droite de Dieu,
56 – et il dit : Voilà que je contemple les cieux ouverts et le fils de l’homme debout à la droite de Dieu.
57 – Ils crièrent à grande voix en se bouchant les oreilles et, à l’unanimité, s’élancèrent sur lui,
58 – le chassèrent de la ville et le lapidèrent. Les témoins jetaient leurs vêtements aux pieds d’un jeune homme appelé Saul.
59 – Et Étienne, pendant qu’on le lapidait, priait et disait : Seigneur Jésus, accueille mon esprit.
60 – Il se mit à genoux et cria à grande voix : Seigneur, ne leur compte pas ce péché ! Et ce disant il s’endormit.

Mon analyse :
Le blasphème d’Étienne est présenté comme une vérité dans le judaïsme grâce à sa longue présentation. Ainsi, les Juifs se retrouvent en position d’accusés de rejeter le Dieu de leurs pères. Ce qui n’est que justice pour la loi juive est présenté comme injustice par l’auteur. L’auteur en profite pour implique Paul qu’il appelle Saul qu’il intègre ainsi dans le groupe des assassins. Étienne meurt en martyr et est assimilé à Jésus par la demande de grâce envers ses tortionnaires. On note que pour le même crime que Jésus, Étienne est lapidé quand Jésus fut crucifié.

Revenir au sommaire

Faites connaître cet article à vos amis !

Information

Contenu soumis aux droits d'auteur.

0