Historiens, théologiens et polémistes de l’histoire du catharisme

Informations du site

74 vue(s)

Les historiens, théologiens et polémistes de l’histoire du catharisme

C’est personnages ont participé à la construction de l’histoire du catharisme, même s’ils ne sont les mieux connus aujourd’hui. Il semble important de les connaître afin de comprendre comment leur témoignage a pu être inspiré par leur parcours personnel et par leur époque.

XIXe siècle

Charles Schmidt (alsacien)

Publications : Histoire et doctrine de la secte des cathares ou albigeois (1848)

Opinions : Ne remet pas en cause le contenu dualiste et refuse la filiation directe des cathares avec les manichéens anciens. Refuse aussi tout lien entre catharisme et les dualismes qui l’ont précédé.

Personnalité : Théologien luthérien.

J. Hefele (allemand)

Publications : Conciliengeschichte (1863)

Opinions : Les cathares ne se situaient pas sur le terrain du christianisme, seule l’apparence était chrétienne pas le contenu, ni les idées.

Johan Josef Ignaz von Döllinger (allemand)

Publications : Contribution à l’histoire des sectes du Moyen Âge (1889)

Opinions : Comptabilise les cathares parmi les sectes gnostico-manichéennes. Les cathares mitigés seraient d’inspiration gnostique et les cathares absolus d’inspiration manichéenne. Ces derniers seraient étrangers au christianisme.

Personnalité : Historien des religions et prêtre catholique, il fut excommunié en 1870 par refus de se plier à certains dogmes (Immaculée conception, infaillibilité papale) et aux décisions du Concile Vatican I. Ayant refusé de devenir l’évêque de l’Église vieille-catholique des Pays-Bas, il consacre la fin de sa vie à tenter de réconcilier cette dernière avec l’Église anglicane et certaines églises orientales.

XXe siècle

Paul Alphandéry (français)

Publications : Les idées morales chez les hétérodoxes latins au début du XIIIe siècle. (1903)

Opinions : La doctrine cathare est une « foi philosophique » dont les origines seraient plus gnostiques — marcionites — que manichéennes sans pour autant admettre la survivance du gnosticisme et du manichéisme.

Personnalité : Historien des religions.

 

Herbert Grundmann (allemand)

Publications : Mouvements religieux du Moyen Âge (1935)

Opinions : La fracture entre orthodoxie et hétérodoxie au Moyen Âge disposait de frontières floues.

Arno Borst (allemand)

Publications :Die Katharer (1953)

Opinions : Les cathares sont-ils chrétiens ou gnostiques, hérétiques ou païens ? Ils ne sont rien de tout ça car ils tirent leurs origines de toutes ces formes de pensée et voulaient en faire la synthèse.

Gottfried Koch (allemand)

Publications : Frauebfrage und Ketzrtum im Mittelalter. Die Frauenbewegung im Rahme, des Katarismus und des Waldensertums und ihre sozialen Wurzeln (1962)

Opinions : Le catharisme fut un échec à cause du désaccord entre situation de classe et idéologie appropriée, qui détermina aussi l’éviction de la femme hors du catharisme.

Personnalité : historien marxiste.

Ernst Werner – Martin Erbstösser (allemands)

Publications : Kleriker, Mönches, Ketzer — Das religiöse Leben in Hochmittlealter (1992)

Opinions : Le catharisme eut un rôle historique de progrès. Dans le domaine idéologique il contribua à aiguiser l’opposition entre l’Église féodale et les intérêts citadins-bourgeois.

Gerhard Rottenwörher (allemand)

Publications : Der Katarismus (1993)

Opinions : vol. IV : Le catharisme n’est pas chrétien, ce n’est pas une hétérodoxie chrétienne, et les éléments chrétiens qu’il comporte ne sont pas suffisant à le rattacher au christianisme.
Vol. III : En se détachant des bogomiles via un alignement sur le Nouveau Testament, les cathares ont fondé une hétérodoxie plus chrétienne.

Faites connaître cet article à vos amis !

Informations du site

Contenu soumis aux droits d'auteur.