Le Nouveau Testament

3 471 vue(s)

Le Nouveau Testament judéo-chrétien

Le Nouveau Testament (Nouvelle alliance), est un recueil de textes — 27 pour les judéo-chrétiens et 28 pour les cathares — composé de textes biographiques de la vie de Jésus, d’un texte historique, d’une apocalypse, de sept lettres d’auteurs catholiques et de treize (quatorze pour les cathares) lettres attribuées à Paul.

Il fut composé par Athanase d’Alexandrie, en 367, même si lui-même reconnaissait que bien d’autres textes existaient dans les communautés chrétiennes. Dès lors on distinguera les livres validés par la règle du canon des communautés catholiques (canonisés) de ceux qui ne le sont pas (apocryphes).

Les Cathares se référaient sans cesse à cet ensemble de textes, ce qui ne veut pas dire qu’il le lisaient comme les Catholiques ni qu’ils accordaient la même importance aux mêmes textes.
Vous trouverez ici les liens vers tous les textes que j’ai étudiés dans l’ordre du Nouveau Testament cathare (cf article en bas de page), conformément à l’exemplaire conservé à la Bibliothèque municipale de Lyon.

Dans le classement cathare, comme dans celui des judéo-chrétiens, la série des évangiles met Jean en dernier. En effet, c’est le seul à ne pas être synoptique (qui raconte une histoire) mais plutôt philosophique. Pour les Cathares, c’est une évidence de le mettre à cette place, car il doit être celui qui reste en mémoire.

Dans le classement judéo-chrétien, ces textes encadrent les textes épistolaires. Le premier, ouvertement anti-paulinien précède les lettres catholiques et le dernier, moins marqué mais fortement judéo-chrétien, arrive après la correspondance attribuée à Paul et conclut l’ouvrage.

Le classement des livres du Nouveau Testament

On pensait tout savoir sur le Nouveau Testament, mais à la lumière de l’étude que nous permet à ce jour le Nouveau Testament occitan conservé à la Bibliothèque municipale de Lyon sous la côte PA 36, il faut constater plusieurs anomalies.

Voici donc le sommaire de cet ouvrage, dans sa version judéo-chrétienne et celle du NT de Lyon.

Nouveau Testament judéo-chrétien

Les quatre évangiles canoniques

Évangile selon Matthieu
Évangile selon Marc
Évangile selon Luc
Évangile selon Jean

Actes des apôtres

Lettres (Épitres) de Paul

Aux Romains
Première aux Corinthiens
Seconde aux Corinthiens
Aux Galates
Aux Éphésiens
Aux Philippiens
Aux Colossiens*
Première aux Thessaloniciens
Seconde aux Thessaloniciens
Première à Timothée
Seconde à Timothée
À Tite
À Philémon

Lettres dites catholiques (universelles)

Aux Hébreux[1]
De Jacques
Première de Pierre
Seconde de Pierre
Première de Jean
Deuxième de Jean
Troisième de Jean
De Jude

Apocalypse de Jean

Nouveau Testament occitan

Les quatre évangiles canoniques

Évangile selon Matthieu
Évangile selon Marc
Évangile selon Luc
Évangile selon Jean

Actes des apôtres

Apocalypse de Jean

Lettres dites catholiques (universelles)

De Jacques
Première de Pierre
Seconde de Pierre
Première de Jean
Deuxième de Jean
Troisième de Jean
De Jude

Lettres (Épitres) de Paul

Aux Romains
Première aux Corinthiens
Seconde aux Corinthiens
Aux Galates
Aux Éphésiens
Aux Philippiens
Première aux Thessaloniciens
Seconde aux Thessaloniciens
Aux Colossiens*
Aux Laodicéens
Première à Timothée
Seconde à Timothée
À Tite
À Philémon
Aux Hébreux

Nous pouvons constater que les NT judéo-chrétiens sont tous identiques quelle que soit l’obédience (catholique, protestant, etc.). Il apparaît également clairement qu’ils encadrent — dans tous les sens du terme — les écrits pauliniens par des écrits judéo-chrétiens, lesquels terminent fort à propos le document, comme si la volonté était que le lecteur reste bien dans la ligne de pensée judéo-chrétienne.
La version cathare, fait remonter l’Apocalypse derrière les Actes, pour regrouper les textes épistolaires catholiques. Viennent enfin les lettres de Paul. Dans cette approche il semble clair que la volonté soit de mettre l’accent sur la prédication paulinienne, d’autant plus qu’y apparaît une lettre, absente du corpus judéo-chrétien, adressée aux Laodicéens.
Cette présentation est conforme à l’ordre des textes qui prévalait avant le Moyen Âge, ce qui conforte le caractère authentique du Catharisme.

Éric Delmas, 21 février 2018.


[1] Initialement attribuée à Paul, elle est aujourd’hui retirée de ses œuvres tant il est clair qu’elle est d’un auteur authentiquement judéo-chrétien. À l’époque du NT cathare elle était dans le corpus paulinien.

Faites connaître cet article à vos amis !

Information

Contenu soumis aux droits d'auteur.

0