Genèse – 4

28 vue(s)

La Torah – Pentateuque[1]

Ce texte est tiré de l’Ancien Testament publié dans la collection La Bibliothèque de la Pléiade des éditions NRF Gallimard.
Introduction par Édouard Dhorme, textes traduits, présentés et annotés par Édouard Dhorme.
Afin de respecter le droit d’auteur, l’introduction, les présentations et les annotations ne sont pas reproduites. Je vous invite donc à vous procurer ce livre pour bénéficier pleinement de la grande qualité de cet ouvrage.

Genèse

Chapitre 4

1 – L’homme connut Ève, sa femme, elle conçut et enfanta Caïn, elle dit : « J’ai acquis un homme grâce à Iahvé. »
2 – Elle enfanta ensuite son frère Abel. Abel fut pasteur de petit bétail et Caïn cultivateur du sol.
3 – Il advint au bout d’un certain temps, que Caïn apporta des fruits du sol en oblation à Iahvé.
4 – Abel, de son côté, apporta les premiers-nés de son petit bétail, avec leur graisse. Or Iahvé eut égard à Abel et à son oblation,
5 – mais à Caïn et à son oblation il n’eut pas égard. Caïn en éprouva une grande colère et son visage fut abattu.

Mon commentaire :
Ce récit, bâti de toute pièce lors de l’esclavage à Babylone vers 600 a.è.c[2], est l’œuvre de scribes issus des peuples de la montagne et des contreforts de l’est de la Palestine, appelés de façon méprisante, Hébreux[3], par ceux des plaines côtières de l’ouest. Les Hébreux étaient des pasteurs, alors que les autres étaient des cultivateurs et des commerçants. Par souci de se venger de ceux à qui ils attribuaient leur captivité, il n’est pas étonnant que le beau rôle fût attribué au pasteur et le mauvais au cultivateur.

6 – Alors Iahvé dit à Caïn : « Pourquoi éprouves-tu de la colère et pourquoi ton visage est-il abattu ?
7 – Si tu agis bien, ne te relèveras-tu pas. Que si tu n’agis pas bien, le Péché est tapi à la porte : son élan est vers toi, mais, toi, domine-le ! »

Mon commentaire :
Iahvé semble faire preuve d’une grande malignité en moquant ainsi Caïn qu’il a rejeté et en supputant qu’il aurait peut-être mal agi. Il crée ainsi les conditions du péché qui va suivre.

8 – Caïn dit à Abel, son frère : « Allons aux champs ! » et, comme ils étaient aux champs, Caïn se leva contre Abel, son frère, et le tua.
9 – Iahvé dit à Caïn : « Où est Abel, ton frère ? » Il dit : « Je ne sais ! Suis-je le gardien de mon frère ? »
10 – Il dit : « Qu’as-tu fait ? La voix du sang de ton frère crie du sol vers moi.
11 – Maintenant donc maudit sois-tu de par le sol qui a ouvert sa bouche pour prendre de ta main le sang de ton frère !
12 – Quand tu cultiveras le sol, celui-ci ne continuera plus de te donner sa force. Tu seras fugitif et fuyard sur la terre. »

Mon commentaire :
Iahvé fait de Caïn un réprouvé à vie, c’est-à-dire qu’il lui retire tout espoir d’amendement et de rédemption. Aucun tribunal digne de ce nom n’oserait faire cela de nos jours.

13 – Caïn dit à Iahvé : « Ma faute est trop grande pour que je la porte !
14 – Voici que tu m’as chassé aujourd’hui de la surface du sol et je me cacherai de devant toi. Je serai fugitif et fuyard sur la terre et il arrivera que quiconque me rencontrera me tuera. »
15 – Iahvé lui dit : « Eh bien ! Quiconque tuera Caïn, Caïn en sera vengé sept fois. » Alors Iahvé mit un signe à Caïn pour que ne le frappe pas quiconque le rencontre.

Mon commentaire :
Pour ajouter à son abjection et assouvir sa vengeance, Iahvé annonce une protection sur Caïn destinée à lui faire souffrir sa peine aussi longtemps que possible.

16 – Puis Caïn sortit de devant Iahvé et il habita au pays de Nod, à l’orient d’Éden.
17 – Caïn connut sa femme, elle conçut et enfanta Hénoch. Comme il bâtissait une ville, il appela la ville du nom de son fils, Hénoch.
18 – À Hénoch naquit Irad. Irad engendra Mehouyaël et Mehouyaël engendra Methoushaël. Methoushaël engendra Lamech.
19 – Lamech prit pour lui deux femmes. Le nom de la première était Adah, le nom de la deuxième Sillah.
20 – Adah enfanta Yabal : celui-ci fut le père de ceux qui habitent sous la tente et ont des troupeaux.
21 – Le nom de son frère était Youbal : celui-ci fut le père de tous ceux qui manient la lyre et la flûte.
22 – Sillah, de son côté, enfanta Tubal-Caïn, qui aiguise tout taillant de cuivre et de fer. La sœur de Tubal-Caïn était Naamah.
23 – Lamech dit à ses femmes : Adah et Sillah, entendez ma voix, femmes de Lamech, prêtez l’oreille à ma parole, car j’ai tué un homme pour ma blessure et un enfant pour ma plaie :
24 – c’est que Caïn sera vengé sept fois et Lamech soixante-dix et sept fois !
25 – Adam connut encore sa femme et elle enfanta un fils. Elle l’appela du nom de Seth : « Car Élohim m’a accordé un autre rejeton à la place d’Abel, puisque Caïn l’a tué ! »
26 – À Seth, lui aussi, il naquit un fils. Il l’appela du nom d’Énosh. Alors on commença d’invoquer le nom de Iahvé.

Mon commentaire :
Voici que commence la généalogie qui, nous le verrons ne correspond à aucune de celles figurant dans le Nouveau Testament.

Guilhem de Carcassonne.


[1] La Torah est la loi que Iahvé a demandé à Moïse d’écrire. Il s’agit donc de la loi mosaïque qui contient les règles que fixe Iahvé à son peuple. Les judéo-chrétiens l’appellent Pentateuque qui veut dire cinq rouleaux, car elle contient les cinq premiers livres de la Bible : Genèse, Exode, Lévitique, Livre des nombres et Deutéronome. Elle se différencie de la loi orale, Mischna, qui est d’origine rabbinique et qui est complétée par les Talmuds. La seule loi d’origine divine est donc la Torah, le reste étant des interprétations essentiellement pharisiennes.

[2] Par convention et pour faciliter la compréhension des textes issus de toutes cultures, il a été convenu par les historiens de remplacer « avant J. C. » ou « avant notre ère » par « a.è.c. » qui signifie avant l’ère commune.

[3] Ce terme, issu selon les sources, de la racine avar qui signifie : passant ou de celle, akkadienne habiru qui signifie : vagabond, errant, désignait les habitants des montagnes de Palestine, notamment des petits royaumes de Juda et d’Israël, qui descendait dans les plaines de l’est pour faire paître leurs troupeaux.

Faites connaître cet article à vos amis !

Information

Contenu soumis aux droits d'auteur.

0