sympathisant

Mettre le pied à l’étrier

8-4-ecf- cultes publics
9 vue(s)

Mettre le pied à l’étrier

Souvent j’entends parler de l’excellence et de la difficulté d’être chrétien cathare consolé. Sans fausse modestie, je suis en totale contradiction avec cette conception. Le consolé atteint un niveau d’avancement qui est le résultat d’une série d’événements et d’épreuves qui sont derrière lui et le dernier palier qu’il a franchi n’est que la suite logique de l’engagement qu’il a pris bien longtemps auparavant.

Si l’on prenait comme exemple un cavalier. Je dirais que l’effort fourni par l’athlète de parcours complet est le résultat d’un travail assidu qui concerne une personne hautement motivée pour cet objectif. Mais cet effort n’aurait jamais pu se produire si quelque chose était venu bloquer celui ou celle qu’il était le jour où il a décidé de mettre le pied à l’étrier pour la première fois et de se lancer dans l’aventure de l’équitation. Car il sait à ce moment que cela le forcera à maîtriser les bases de ce sport, ce qui lui demandera de lourds efforts. Ce n’est pas pour rien que l’on emploie cette locution : « mettre le pied à l’étrier » dans de nombreux domaines.

Les stades de l’avancement en catharisme

Tout le monde connaît cette expression et en comprend le sens : on ne peut pas maîtriser une pratique si l’on n’a pas pris la peine de faire les choses dans un ordre logique d’apprentissage.

Or, je dois dire que, concernant le catharisme, c’est exactement le contraire que je constate. Nombreux sont ceux qui veulent manifester un savoir qu’ils n’ont pas pris la peine d’acquérir et une compétence en matière de religion sans n’avoir jamais manifesté le moindre avancement spirituel personnel en la matière.

De curieux à sympathisant

Dans le catharisme, le premier pas est celui qui consiste à passer du statut de curieux à celui de sympathisant. Ce passage est entièrement lié à l’acquisition du savoir. Le curieux découvre le catharisme, mais n’en connaît pas grand-chose. La plupart du temps, cet intérêt sera de courte durée et se basera sur des informations incomplètes, voire erronées.

Cependant, il peut arriver qu’il ressente l’utilité de mieux connaître le sujet. Alors il se met à étudier les historiens et les philosophes, les anthropologues et les théologiens. Le but étant d’accumuler du savoir sur ce sujet.

Mais qu’est-ce que le savoir ? C’est un ensemble de données qui permettent de comprendre la façon dont les humains qui vivaient en ce lieu et à cette époque se sont comportés vis-à-vis des religieux cathares. Cela nécessite également d’acquérir des données sur les éléments doctrinaux et philosophiques de ces religieux cathares.

C’est un cheminement qui se fait sans carte ni boussole et qui demande des efforts, donc du temps, deux notions fortement dévalorisées à notre époque. Les nouvelles technologies donnent l’illusion que le savoir est à portée de clic alors qu’en fait tout ce que nous étudions est de main d’homme, donc orienté, voire falsifié. Pour acquérir un savoir de qualité, il faut donc multiplier les études, les croiser pour mettre au jour les erreurs, les altérations voire les forgeries destinées à orienter notre étude dans le sens que l’auteur désire. Plus on a de sources et plus on peut en retirer un savoir neutre dans lequel on trouvera les informations utiles à notre avancement.

Le principal danger à ce stade est soit de se décourager et d’abandonner ou de se contenter du peu déjà acquis en pensant que cela suffira. L’autre est de se perdre en route, attiré par un savoir qui résonne en nous et nous donne envie de suivre une voie plus facile que celle qu’impose la rigueur. J’avais parlé de cela dans un texte où je comparais le chercheur au marcheur du désert qui, dans l’hémisphère Nord, dérive toujours vers la gauche, car il est influencé à son insu par la force de Coriolis.

Accéder au savoir pour avancer est une démarche essentielle comme l’est le fait de commencer par construire des fondations pour élever un bâtiment, même si ces dernières seront invisibles ensuite.

De sympathisant à croyant

Une fois que l’on a décidé de mieux connaître le catharisme, il va falloir accepter que le savoir acquis de la façon la plus complète possible soit essentiel à ce cheminement. C’est cette démarche qui nous permettra d’emprunter la bonne route.

Quand j’étudiais les origines du catharisme au premier siècle, travail débuté à la suite d’un ami qui l’avait lui-même initié, j’ai compris que je ne devais faire aucune impasse, y compris quand le sujet qui se présentait à moi ne me passionnait pas outre mesure. Ce fut le cas des gnostiques. Je me suis donc imposé de lire tout ce que j’ai pu trouver sur le sujet, soit une quarantaine d’ouvrages issus d’une quinzaine d’auteurs, et cela m’a permis de trier entre des informations souvent contradictoires et confuses. J’en ai retiré un savoir utilisable que j’ai résumé ensuite pour le rendre accessible à mes lecteurs. En effet, mes années d’enseignement dans les domaines du secourisme et de la médecine d’urgence m’ont appris que l’enseignant doit en savoir dix fois plus que ce qu’il enseigne s’il veut pouvoir apporter à son auditoire la substantifique moelle nécessaire et répondre aux interrogations qu’il ne manquera pas de lui poser.

Ce travail de Romain se heurte à des obstacles, à commencer par la force de l’inertie individuelle qui nous retient de faire des efforts dont nous ne voyons pas clairement la finalité. Il faut aussi être intimement convaincu de l’importance du savoir, ce qui nous donnera la force de continuer nos efforts. Des obstacles vont perturber ce travail, à commencer par la logique imparable du christianisme qui, depuis deux mille ans, nous fait prendre des vessies pour des lanternes et qui fait tout ce qu’il peut pour nous empêcher de l’étudier et ainsi éviter que l’on découvre la supercherie. En effet, même si les textes, dits sacrés, sont en fait relativement incohérents, leur valeur pour les judéo-chrétiens tient à une interprétation très orientée qui apparaît de façon évidente lors d’une lecture libre. C’est sans aucun doute un des motifs qui a conduit l’Église catholique à interdire leur traduction en langue vulgaire, ce qu’ont pourtant fait les cathares pour donner à leurs prêches une valeur vérifiable pour tout un chacun.

J’espère vous avoir fait toucher du doigt la difficulté pour le sympathisant de se lancer dans les études approfondies qui lui donneront un accès large à un savoir étendu sur tous les plans relevant de ce monde et qui lui ouvriront les yeux sur une compréhension plus spirituelle susceptible de bouleverser ses croyances. En effet, comme certains appareils de sécurité sont calibrés pour déclencher une alerte à partir d’un certain niveau de danger (avertisseurs d’incendie par exemple), notre intellect dispose d’une marge de sécurité destinée à nous empêcher d’aller trop loin dans nos réflexions pour ne pas courir le risque de sortir la part spirituelle qu’il maintient sous contrôle pour l’empêcher de provoquer l’éveil de notre conscience.

Or, c’est justement ce que recherche le sympathisant quand il décide d’étudier la religion. En effet, quand ses études le mettront face à des situations complètement incompréhensibles dans la logique mondaine, il risque s’il persiste d’en arriver à la conclusion que la logique mondaine n’est pas logique. Dès lors il cherchera une autre logique et s’apercevra que les cathares en proposent une très attrayante. On le voit très bien dans l’étude de l’origine du Mal qui, chez les judéo-chrétiens, est liée au « péché originel » de l’homme au jardin d’Eden. Mais, comme je l’ai montré dans mon étude de ce sujet dans la Genèse, en fait cet épisode incohérent à la lumière de l’étude judéo-chrétienne, devient clair sous l’angle cathare.

Dès lors, ce hiatus insurmontable ne peut déboucher que sur deux hypothèses : l’abandon de la recherche de peur qu’elle détruise l’échelle de valeurs admise de tout temps ou la compréhension de la manipulation dont nous sommes les victimes et la recherche d’une autre voie. Grâce à ces études élargies, le sachant va pouvoir, en toute liberté, choisir la voie qui lui conviendra le mieux.

S’il pense intimement que seul le catharisme peut constituer sa voie de Salut et s’il décide d’avancer sur cette voie, il se révèlera être devenu un croyant cathare.

La suite du cheminement

J’ai déjà traité ailleurs les deux étapes suivantes, à savoir le passage de croyant à novice et de novice à Consolé.

Comme ce n’est pas le sujet de ce prêche, je n’y reviendrai pas.

Comment se lancer dans le catharisme ?

Contrairement à d’autres religions où l’on vous demande de croire sans comprendre, la fameuse foi du charbonnier des catholiques, le catharisme met l’acquisition du savoir avant la foi.

De ce fait, n’importe qui peut s’essayer à l’avancement cathare sans risque puisqu’il s’agit uniquement d’acquérir des savoirs qui, soit vous donneront envie d’aller plus loin, soit ne vous conviendront pas et vous conduiront à arrêter vos études, soit vous conduiront sur d’autres voies.

J’ai dans mes connaissances une personne que l’étude approfondie du catharisme depuis son plus jeune âge a finalement conduite à découvrir qu’elle est gnostique et non cathare. Une autre, très avancée dans le catharisme a finalement découvert une autre spiritualité qui l’a complètement éblouie et l’a poussée à nous quitter pour suivre cette nouvelle voie. Le cas qui m’a le plus marqué est celui d’une personne qui fut la première acheteuse par correspondance de mon livre. Après lecture elle m’a recontacté pour me dire merci, car grâce aux informations qu’elle avait trouvées dans mon livre elle en avait conclu que le catharisme n’était pas sa voie personnelle.

Cela est très important et très positif. Le catharisme n’a pas vocation à accumuler les foules, mais sa façon de procéder permet d’éviter que des gens se bloquent sur une spiritualité qui, au final, s’avèrera ne pas leur convenir. Il vaut mieux s’en rendre compte le plus tôt possible !

Acquérir des savoirs par les écrits

Ce qui différencie le curieux du sympathisant c’est l’appétence de ce dernier pour acquérir des savoirs via les publications traitant du catharisme. Ces publications sont tout ce qui nous reste de la mémoire de l’époque. Elles sont parfois des témoignages des cathares (sympathisants, croyants et consolés), plus souvent de leurs détracteurs et aussi de quelques témoins non impliqués directement. Ces documents ont été l’objet d’études dont les contenus sont très intéressants même s’il faut les considérer à l’aune de leurs auteurs. Au final, entre les témoignages directs influencés ou partiels et les analyses empreintes des sensibilités de leurs auteurs (athées et religieux divers) nous avons une matière difficile à travailler et qui sera imprégnée de nos propres prérequis. Mais il ne s’agit pas de faire œuvre d’objectivité — l’objectivité n’existe pas. Il s’agit d’acquérir des savoirs qui englobent toutes les sciences humaines (histoire, philosophie, sociologie, psychologie, etc.) et qui dépassent le strict cadre du catharisme pour s’étendre à l’ensemble du christianisme des origines à nos jours sans oublier les auteurs issus d’autres confessions qui ont eu à donner leur avis sur les cathares et leurs prédécesseurs.

Ces documents devront être étudiés pour en faire sortir l’authenticité que ceux qui les rapportent ont souvent masquée, voire falsifiée au moyen de la science qui, comme la philologie permet de retracer l’origine des textes et les moyens utilisés pour les falsifier ou les détourner de leur objet initial. Le croisement des textes issus de groupes divers permet de retrouver le fonds originel que même les opposants les plus violents n’ont pas cru possible de dissimuler.

Rechercher le message originel

Une fois ces savoirs acquis, ce qui demandera beaucoup de temps, il convient de mettre en exergue la pensée profonde des cathares. Cela revient à retrouver par leur intermédiaire le message christique originel et le faire sien afin de réaliser l’objectif que vise tout croyant sincère : tuer en nous l’Adam primordial pour permettre la résurrection du Christ que nous sommes. Ainsi s’ouvrira, pour celui qui devient ainsi un croyant cathare, la porte du cheminement qui mène au Salut. Ce chemin qui mène au mariage mystique entre la part spirituelle tombée en cet enfer et celle demeurée stable dans l’empyrée divin. Ou, comme disent les gnostiques : faire le deux un ! Cette étape constitue l’éveil tel que les cathares l’entendent. Elle est la base de la démarche qui conduira le croyant à rechercher les moyens de faire sa bonne fin.

Pour cela il va conduire deux actions parallèles : approfondir la doctrine cathare afin de la faire sienne et de l’appliquer au mieux dans sa vie quotidienne et participer de son mieux au développement de l’Église cathare puisque c’est en son sein qu’il cheminera et fera sa bonne fin.

La doctrine cathare ne peut être recherchée qu’à partir du message originel qui en est le fondement et en veillant qu’à chaque étape et pour chaque critère ce soit ce message originel qui soit mis en application. Nous appelons cela la Règle de justice et de vérité que nous avons reconstituée à partir de très nombreux documents dans lesquels transparaissent les éléments qui la constitue. Là encore, l’acquisition des savoirs préalable est essentielle à la construction de la spiritualité et de l’Église.

C’est pour cela que je considère que cette acquisition des savoirs est l’élément fondateur à une démarche chrétienne cathare ; elle permet de mettre le pied à l’étrier du sympathisant pour qu’il puisse aller plus loin si c’est son choix.

Guilhem de Carcassonne, le 14/04/2024

Les bornages du catharisme

1-Découvrir le catharisme
122 vue(s)

Les bornages du catharisme

Les bornages dans le monde

À tout moment dans la vie mondaine nous sommes soumis à des bornages. Ils sont pour la plupart du temps mis en place a posteriori et ont généralement un caractère de jugement et de comparaison.

Le but des bornages dans ce monde est de différencier les individus en valorisant les uns et en dévalorisant les autres. Même si nous ne savons plus les reconnaître, nous n’y échappons pas. Pour certains d’entre nous ils sont bénins et pour d’autres ils sont insurmontables. Cela commence dès la petite enfance :

  • À l’école, le passage de classe en classe dépend d’une évaluation de l’année précédente, voire d’un examen qui sanctionne un niveau d’étude ;
  • Pour conduite un véhicule à moteur, cyclomoteur ou voiture, une évaluation sanctionne un niveau de connaissance et de pratique ;
  • Bien entendu, pour accéder à de nombreux métiers, une formation est requise et est sanctionnée par des examens
  • Dans l’exercice professionnel il n’est pas rare de devoir, là aussi, subir des évaluations de la part de son encadrement, voire des examens et des formations validant.

Notre vie est bornée à posteriori, c’est-à-dire qu’un jugement est porté sur nous après une étape, pour décider de la possibilité de passer à une autre.

Certains bornages sont formels, mais nous en subissons d’autres qui sont plus discrets, voire pernicieux :

  • L’inclusion dans un groupe social (ami, relations, etc.) dépend souvent de critères précis ou intuitifs qui définissent la confiance qui nous sera accordée.
  • La relation de couple dépend aussi d’une période d’évaluation que notre partenaire potentiel mettra à profit pour savoir s’il est possible d’envisager une vie à deux ;
  • Nous sommes également portés à évaluer les autres avant de leur permettre d’accéder à des zones intimes.

Même si ces bornages sont réalisés a posteriori, rien ne garantit qu’ils soient infaillibles et il n’est pas rare qu’ils puissent être remis en cause, le plus souvent par les autres.

Il n’y a guère que dans le domaine intime que les bornages peuvent se faire éventuellement a priori en se basant généralement sur l’appartenance à un groupe social, familial, ethnique ou autre.

Ces bornages servent à valider des compétences et à organiser la société en plaçant chacun de ses membres à la place estimée la plus profitable au groupe. Le problème est qu’ils sont souvent basés sur des niveaux de compétences généraux et qu’ils ne peuvent donc pas vraiment prendre en compte les particularismes de chacun.

Ils créent aussi des jugements de valeur, donnant à chaque catégorie des qualités ou des défauts plus ou moins justement évalués. Ainsi on constate régulièrement qu’un des paramètres qualitatifs de classement est celui de l’argent. Que ce soit l’argent généré en positif, comme le salaire ou des revenus autres, mais que ce soit aussi de l’argent dépensé pour la catégorie, comme les coût des allocations diverses.

Si le prologue de la Constitution indique que : « Les hommes naissent libres et égaux en droit. », il semble bien que la société se chargent très tôt de détruire cette égalité au profit d’un classement qualitatif qui va créer des catégories difficiles à dépasser, malgré l’inscription de l’égalité dans notre devise nationale.

Ces bornages ne remplissent pas leur fonction d’utilité sociale, car nous voyons qu’ils ne conduisent pas à valoriser ce qui est le plus important pour le groupe : la situation des personnels de santé, entre autres, le montre malheureusement bien.

Ces bornages sont donc bien en phase avec ce monde imparfait et souvent malin, qui nuit plus qu’il ne sert l’humanité qui en subit les conséquences.

Comment le catharisme fonctionne-t-il de ce point de vue ?

La particularité du catharisme est qu’il n’a pas besoin de classer la population puisqu’il considère que chaque être humain est une parcelle de l’Esprit unique, émanation divine artificiellement divisée.

Par contre, ceux qui s’intéressent au catharisme et veulent progresser en son sein ressentent le besoin de se situer. Mais la doctrine cathare ne permet pas de juger, donc de séparer les hommes sur quelque critère que ce soit. La manifestation des choix doit donc obéir à une autre forme.

La désignation a posteriori est forcément basée sur le jugement puisqu’elle se sert de l’expérience accumulée pour évaluer la compétence et le niveau atteint. Elle est donc impossible dans le catharisme.

La désignation a priori rencontre le même problème. Dire d’une personne qu’elle est apte à ceci ou cela est un jugement et le fait qu’il ne s’appuie pas sur des éléments objectifs ne lui ôte pas cet aspect de jugement.

C’est pour cela que le catharisme a choisi de retirer à son système de bornage ce qui lui posait problème : l’estimation extérieure.

Mais il n’en reste pas moins qu’il y a des étapes dans l’avancement en catharisme et que ces étapes constituent un système de bornage de l’évolution au sein de cette spiritualité. Nous pouvons en définir trois de façon précise :

Tout d’abord, quand une personne découvre le catharisme, grâce à des apports de connaissance personnels (lecture, contact avec des croyants, etc.) elle peut, soit n’y voir qu’un sujet comme un autre et le laisser de côté une fois que sa curiosité aura été satisfaite. On peut dire sans exagérer que cela représente l’immense majorité des cas. Cependant, il arrive que cette personne ressente le désir d’aller plus loin dans sa connaissance, notamment dans le domaine spirituel, soit parce qu’elle n’est pas satisfaite de ce qu’elle a déjà appris, soit parce que cela éveille en elle des sentiments liés à d’autres connaissances qu’elle possède déjà. Le fait de vouloir approfondir ses connaissances, surtout s’il s’accompagne d’une empathie envers le catharisme, voire d’une sympathie plus profonde, marque le franchissement d’une borne entre le statut de curieux et celui de sympathisant.

Le sympathisant va poursuivre ses études et améliorer ses connaissances, ce qui lui permettra de faire un tri dans les données circulant sur le catharisme et qui sont, dans une grande majorité, erronées, voire pires. De ces études il retirera, soit une connaissance améliorée sans qu’elle n’éveille rien de particulier en lui, soit le sentiment que cette voie spirituelle semble être celle qui peut assurer le salut.

Si le sympathisant adhère à la doctrine cathare au point de considérer que c’est la meilleure voie possible pour atteindre le salut, il va continuer à l’étudier et, parallèlement il suivra l’enseignement des chrétiens cathares qui l’aideront à mieux appréhender le christianisme. Si cela l’imprègne réellement, il finira par atteindre l’éveil qui se manifestera pour lui par l’impérieux besoin d’aller au bout de ce cheminement pour faire sa bonne fin. Cela s’appelle l’éveil et fait de ce sympathisant un croyant cathare. Une fois qu’il l’aura compris, le croyant recherchera les chrétiens cathares consolés et leur manifestera son état en leur demandant leur aide pour son cheminement par le biais de l’Amélioration. Il marquera ainsi le bornage de son nouvel état.

On le voit dans ces deux cas, le bornage peut n’être visible que de l’intéressé ou bien se manifester ouvertement envers l’Église cathare. Il n’intervient que pour confirmer un état déjà acquis et n’est évalué que par l’intéressé. Pas de jugement, pas de sanction, pas de marque extérieure publique ; même l’Amélioration ne peut se faire qu’en comité restreint. De même, l’engagement pris est sans cesse remis en question et l’intéressé peut abandonner son cheminement s’il considère s’être trompé. Là encore, il est seul juge de son état réel.

Le croyant manifeste son état dans sa pratique intime et dans sa volonté de participer à la mise en place des conditions qui lui permettront d’assurer son salut, à savoir disposer en temps voulus d’une maison cathare où faire son noviciat et recevoir sa Consolation. En attendant d’en arriver là, surtout si des contraintes mondaines l’empêchent de se libérer, il va approfondir son cheminement par l’étude, par les pratiques spirituelles et par une adaptation de sa vie mondaine, afin de la rendre la plus compatible possible avec la règle de justice et de vérité. La préparation spirituelle peut se faire aider par un accompagnement dans l’étude des textes et dans les pratiques spirituelles. Aujourd’hui, plutôt que des participations à des prêches réguliers, qui n’est pas forcément facile étant donné l’éloignement entre les membres de l’Église, il peut entamer une préparation au noviciat.

Au cours de cette période de préparation, non seulement le croyant va améliorer ses capacités spirituelles et pratiques, mais il va également travailler aux conditions de règlement des contraintes qui le retiennent encore dans ce monde. Cela passe par des échanges avec les personnes qui lui sont attachées pour expliquer ses choix et son désir d’avancement. Cela permettra de voir si les autres sont encore dans une dépendance envers lui qui l’empêche de partir ou si ces personnes sont plus dans une démarche visant à le bloquer dans ses choix. Dans cette dernière hypothèse il est clair que ses engagements ne seront plus de même nature. De même, s’il a des enfants, il convient de voir selon leurs capacités à appréhender la situation, si des aménagements sont possibles (déménagement à proximité d’une maison cathare, séparation de corps avec le conjoint avec maintien d’un lien quotidien avec les enfants, etc.). En effet, la plasticité du catharisme permet bien des aménagements propres à favoriser l’entrée en noviciat sans nuire à l’entourage. Le choix d’entrée en noviciat va constituer un nouveau bornage dont le croyant seul peut définir le moment opportun.

Une fois entré en noviciat, le croyant va cheminer plus profondément dans sa foi au moyen de temps de pratiques et de spiritualités plus nombreux, même si des obligations mondaines demeurent. Plusieurs étapes viendront ponctuer son avancement au sein de la maison cathare et lui permettront de choisir une finalité strictement personnelle ou un parcours plus approfondi en vue de devenir prédicateur. Il va sans dire que de nos jours, les freins à l’accès à des fonctions de responsabilités que connaissaient les femmes cathares médiévales, n’ont plus aucune justification.

Ainsi, au terme d’une évaluation personnelle et d’un approfondissement de son état spirituel, il sera en mesure de ressentir le lien avec le Saint-Esprit consolateur qui lui confirmera la nouvelle étape atteinte. Dès lors, il pourra en parler avec les membres de la maison cathare afin de définir la date de sa Consolation. Ce bornage, considéré à tort par beaucoup comme une fin, lui ouvrira la porte d’un nouveau cheminement qui sera lui aussi ponctué de bornages, visibles ou non, qui le mèneront à terme à sa bonne fin.

Conclusion

On le voit mieux maintenant, le catharisme est lui aussi ponctués de moments-clés, mais ils prennent des formes particulières qui lui sont propres.

D’abord ils ne sont pas forcément formalisés de façon mondaine. Ils sont toujours à l’initiative de la personne concernée qui est la mieux placée pour évaluer son état. Elle peut s’appuyer sur l’avis de personnes plus avancées qu’elle, ce qui ne constitue pas un jugement. Quand une cérémonie ponctue ce bornage, elle peut survenir à distance du moment où le changement s’est opéré. Enfin, les bornages cathares sont systématiquement vécus a posteriori de ce qui les justifie, car le catharisme ne préjuge jamais d’un avenir qui n’est pas écrit dans ce monde.

Guilhem de Carcassonne – 23/11/2021

Contenu soumis aux droits d'auteur.