Fête de la Toussaint

Lecture des textes de la liturgie catholique

Comme chaque Dimanche et pour les principales fêtes catholiques, je reprends la tradition cathare qui consistait en l’analyse des textes de la messe catholique et leur compréhension du point de vue cathare. Il n’y a là nulle intention malveillante mais un simple exercice de style visant à montrer que la compréhension des textes est aussi affaire de doctrine.

Fête de la Toussaint

Des fêtes honorant les martyrs existaient dès le 4e siècle, mais elles se situaient le dimanche après la Pentecôte. Au 5e siècle une fête identique fut instituée à Rome à la même date. Au 7e siècle, la transformation du Panthéon de Rome en lieu consacré, sous le nom de l’église Sainte-Marie-et-des-martyrs, eut lieu à la même date et venait ainsi remplace le culte païen des Lemuria qui permettait de conjurer les spectres malveillants.
Le choix du 1er novembre est spécifique à l’Occident, les Églises orthodoxes ont conservé la date initiale, et date du 8e siècle. La fête des morts qui est fixée au lendemain, 2 novembre, pourrait avoir été instituée pour faire concurrence à la fête celte de Samain.

La Toussaint ne repose sur aucun texte biblique avéré.

1re lecture :

Apocalypse de Jean : 7, 2-4. 9-14

2 – Et j’ai vu un autre ange monter du soleil levant avec le sceau du Dieu vivant. Il criait à grande voix aux quatre anges à qui on a donné de nuire à la terre et à la mer :
3 – Ne nuisez pas à la terre ni à la mer ni aux arbres tant que nous n’aurons pas scellé au front les esclaves de notre Dieu.

Mon analyse :
Conformément à l’approche juive, les anges — qui représentent certainement les quatre cavaliers de l’apocalypse — sont retenus afin de déterminer qui peut tenir debout face à eux. Ici, Jean transfère le signe évoqué dans Ezéchiel des justes Juifs aux Chrétiens. Ce sceau pourrait être le baptême.

4 – J’ai entendu le nombre de ceux qui sont scellés. Cent quarante-quatre mille de toutes les tribus d’Israël sont scellés :

Mon analyse :
Pour exprimer l’idée de multitude, Jean utilise la grandeur mathématique du carré de 12 (les tribus d’Israël) multiplié par mille. Ces élus sont destinés à devenir l’armée divine sur terre.

9 – Après quoi j’ai vu, et voici une grosse foule que personne ne pouvait dénombrer, de toutes nations, tribus, peuples et langues, debout devant le trône et devant l’agneau, vêtus d’habits blancs, avec des palmes à la main.
10 – Ils crient à grande voix : Le salut est à notre Dieu qui est sur le trône et à l’agneau.
11 – Et tous les anges qui se tenaient autour du trône et des anciens et des quatre animaux sont tombés sur leur face devant le trône, prosternés devant Dieu
12 – en disant : Amen, la bénédiction, la gloire, la sagesse, l’action de grâces, l’honneur, la puissance et la force à notre Dieu dans les âges des âges. Amen.
13 – Un des anciens m’a demandé : Ceux-ci vêtus d’habits blancs, qui sont-ils et d’où sont-ils venus ?
14 – Je lui ai dit : Monseigneur, tu le sais. Il m’a dit : Ce sont ceux qui viennent de la grande affliction. Ils ont lavé leurs habits et les ont blanchis dans le sang de l’agneau,

Mon analyse :
Cette fois ce sont ceux qui ont gagné leur combat pour le salut et qui sont innombrables qui apparaissent. Comme le veulent les prophètes, ils se consacrent désormais à louer Dieu et Christ alors que les anges, les anciens et les animaux ne se prosternent que devant Dieu.

Psaumes : 24 (Vulgate 23), 1-2, 3-4ab, 5-6

1 – Psaume de David. À Iahvé appartient la terre et ce qui l’emplit, le monde et ceux qui l’habitent,
2 – car c’est lui qui l’a fondée sur les mers et qui l’a fixée sur les fleuves.
3 – Qui montera à la montagne de Iahvé ? Qui se lèvera en son lieu saint ?
4 – Celui dont les mains sont innocentes et le cœur pur, qui ne se livre pas au mensonge, et ne jure pas pour tromper.
5 – Il obtiendra la bénédiction de Iahvé et la justification de la part du Dieu de son salut.
6 – Telle est la génération de ceux qui le cherchent, qui recherchent ta face, [Dieu] de Jacob !

Mon analyse :
Ici on voit la description de celui qui est prêt à se sacrifier pour son Dieu. Même parmi les Juifs, tous ne sont pas éligibles à cet honneur. Les Judéo-chrétiens reprendront à leur compte ce concept et feront ainsi des sacrifiés sur l’autel du martyre imposé par Rome, les référents par excellence pour ceux qui n’ont pu accéder au martyre, sans doute en raison de leur impureté. C’est ainsi que les martyrs, qui sont célébrés aujourd’hui, serviront d’intercesseurs auprès de Dieu pour les autres. Quand cesseront les persécutions, les Judéo-chrétiens devront trouver d’autres intermédiaires : ce seront les moines anachorètes exilés volontaires dans le désert égyptien, les Pères du désert du 5e siècle.

2e lecture :

Première lettre de Jean : 3, 1-3

1 – Voyez quel amour le Père nous a donné, pour qu’on nous appelle enfants de Dieu ! et nous le sommes. Le monde ne nous connaît pas parce qu’il ne l’a pas connu.
2 – Chers, maintenant nous sommes enfants de Dieu, et ce que nous serons n’est pas encore manifesté, mais nous savons, quand ce sera manifesté, que nous lui serons pareils parce que nous le verrons comme il est.
3 – Et quiconque espère cela de lui se purifie comme est pur celui-là.

Mon analyse :
Les trois premiers versets sont excellents car ils voient les choses clairement. C’est l’amour qui fait de nous des enfants de Dieu. Dieu est inconnu du monde comme le sont ses enfants. L’Église catholique s’arrête là, mais les versets suivants sont clairement de la main d’un scribe catholique. En effet, ils mettent en avant l’aspect sacrificiel typiquement judéo-chrétien et totalement en résonnance avec cette fête.

Évangile selon Matthieu : 5, 1-12a

1 – Voyant les foules il monta sur la montagne et, quand il fut assis, ses disciples s’approchèrent de lui.
2 – Alors, il ouvrit la bouche pour les enseigner, il dit :
3 – Magnifiques les pauvres par esprit car le règne des cieux est à eux.
4 – Magnifiques les endeuillés car on les consolera.
5 – Magnifiques les doux car ils hériteront de la terre.
6 – Magnifiques les affamés et assoiffés de justice car on les rassasiera.
7 – Magnifiques les miséricordieux car on leur fera miséricorde.
8 – Magnifiques les cœurs purs car ils verront Dieu.
9 – Magnifiques la pacifiques car ils verront Dieu.
10 – Magnifiques les poursuivis pour cause de justice car le règne des cieux est à eux.
11 – Magnifiques, vous autres quand on vous injuriera et poursuivra, qu’on dira de vous, à tort, toute sorte de mal à cause de moi.
12 – Réjouissez-vous, exultez ; car vous avez un bon salaire dans les cieux. Car c’est ainsi qu’on a poursuivi les prophètes avant vous.

Mon analyse :
Ce premier sermon, dit sur la montagne, est un enseignement complet. D’abord il met en valeur l’état d’être que chacun doit rechercher : l’humilité (pauvreté par esprit), les repentants qui seront alors accessibles à la consolation, les non-violents qui n’auront personne pour les combattre, ceux qui voudront toujours mieux pour tous, ceux qui n’auront rien à reprocher à quiconque, ceux qui auront su laisser leur esprit se libérer de sa gangue mondaine, ceux qui seront hors d’atteinte de la sensualité, ceux qui auront à subir, mais jamais à accuser et ceux qui suivront la voie de Christ quelles qu’en soient les conséquences.

Voici comment je reçois ces textes.