Nativité de la vierge Marie

Information

1 489 vue(s)

Lecture des textes de la liturgie catholique

Comme chaque Dimanche et pour les principales fêtes catholiques, je reprends la tradition cathare qui consistait en l’analyse des textes de la messe catholique et leur compréhension du point de vue cathare. Il n’y a là nulle intention malveillante mais un simple exercice de style visant à montrer que la compréhension des textes est aussi affaire de doctrine.

Messe de la Nativité de la vierge Marie

Le Nouveau Testament ne dit rien du lieu ni de la date de naissance de Marie, mère de Jésus. Il ne dit rien non plus des parents de Marie, ni des circonstances de sa naissance.
Très proche des deux textes apocryphes — le Protévangile de Jacques et l’Évangile de la nativité de Marie—, un troisième, intitulé Évangile de la Nativité de Marie et de l’enfance du Sauveur, reprend la même histoire avec quelques variantes : Joachim et Anne, les parents de Marie, sont tous deux de la tribu de Juda et de la race de David. Anne est stérile. Un ange apparaît à Joachim dans son sommeil et lui dit : « il vous a été donné un rejeton, tel que jamais, ni les prophètes, ni les saints, n’en ont eu depuis le commencement, et tel qu’ils n’en auront jamais. » (chapitre 3). Ces trois textes sont cités dans la traduction de Gustave Brumet.
Dans Marie des apocryphes, Enrico Norelli souligne l’importance qu’ont prise dans l’imaginaire chrétien, au sein même de l’Église, des éléments contenus dans un évangile apocryphe comme le Protévangile de Jacques, réécrit à plusieurs reprises au cours des siècles, comme les noms des parents de Marie, (Joachim et Anne, canonisés au XVIe siècle) ou la stérilité d’Anne ; « alors que d’un côté les autorités ecclésiales rejetaient fermement les apocryphes, de l’autre elles en prélevaient des éléments, passant sous silence leur origine ou les « blanchissant » via une nouvelle légitimation du récit ». (source Wikipédia)

On le comprend, la nativité de Marie est une fable destinée à justifier, a posteriori, la prétention davidique prêtée à Jésus. Les textes qui suivent s’inscrivent dans cet objectif.

1re lecture

Michée : 5, 1-4a

1 – Quant à toi, Bethléem, Éphratah, bien que tu sois petite parmi le clan de Juda, de toi sortira pour moi, celui qui doit être dominateur en Israël et dont les origines sont de toute antiquité, depuis les jours d’antan !
2 – C’est pourquoi [Dieu] les abandonnera jusqu’au temps où enfantera celle qui doit enfanter, alors le reste de ses frères reviendra vers les fils d’Israël.
3 – Il sera debout et fera paître par la puissance de Iahvé, par la gloire du Nom de Iahvé, son Dieu, ils seront stables, alors qu’il grandira jusqu’aux confins de la terre, et c’est lui qui sera la Paix !
4 – Quand Assur entrera dans notre pays et quand il foulera aux pieds notre sol…

Mon analyse :
Ce texte issu d’un prophète contemporain d’Isaïe, donc de la déchéance d’Israël face au Assyriens qui vont emmener en esclavage une grande partie des hébreux, montre où les judéo-chrétiens ont puisé leur inspiration pour créer de toute pièce une fable, dont la supercherie fragilise encore plus la potentielle existence humaine de Jésus.

Lettre de Paul aux Romains : 8, 28-30

28 – Or nous savons que Dieu fait concourir tout au bien de ceux qui l’aiment, de ceux qui sont appelés à dessein,
29 – car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi déterminés d’avance, conformés à l’image de son fils pour que celui-ci soit le premier né de beaucoup de frères
30 – et ceux qu’il a déterminés d’avance il les a appelés et ceux qu’il a appelés il les a justifiés et ceux qu’il a justifiés il les a glorifiés.

Mon analyse :
La citation d’une partie, probablement authentique, de cette lettre est amusante, car elle vise à justifier l’existence de Marie comme voulue par dessein pour servir la mission de Jésus. Or, c’est exactement ce que disaient les cathares : Marie et Jean l’évangéliste étaient des anges envoyés par Dieu pour préparer et servir la mission de Christ. Cela ne corrobore donc en rien une existence physique, et encore moins la naissance de Marie.

Psaumes : 13 (Vulgate 12), 6ab, 6cd

6 – Quant à moi, j’ai confiance en ta grâce : que mon cœur jubile en ton salut, que je chante à Iahvé, puisqu’il m’a fait du bien, (que je psalmodie le nom de Iahvé, le Très-Haut !)

Mon analyse :
Ce psaume nous montre où fut copié le texte que Marie prononce lors de l’annonce de son enfantement par l’ange. Encore une copie qui fragilise la thèse de l’existence de ces personnages.

Évangile selon Matthieu : 1, 1-16. 18-23 (brève : 18-23)

1 – Livre des origines de Jésus Christ fils de David fils d’Abraham.
2 – Abraham engendra Isaac, Isaac engendra Jacob, Jacob engendra Juda et ses frères,
3 – Juda engendra Pharès et Zara de Thamar, Pharès engendra Hesrôm, Hesrôm engendra Aram,
4 – Aram engendra Aminadab, Aminandab engendra Naasôn, Naasôn engendra Salmôn,
5 – Salmôn engendra Booz de Rahab, Booz engendra Jobed de Ruth, Jobed engendra Jessé,
6 – Jessé engendra le roi David, David engendra Salomon de la femme d’Urie,
7 – Salomon engendra Roboam, Roboam engendra Abia, Abia engendra Asaph,
8 – Asaph engendra Josaphat, Josaphat engendra Joram, Joram engendra Ozias,
9 – Ozias engendra Joatham, Joatham engendra Achaz, Achaz engendra Ezchias,
10 – Ezéchias engendra Manassé, Manassé engendra Amos, Amos engendra Osias,
11 – Josias engendra Jéchonias et ses frères, lors de la déportation de Babylone.
12 – Après la déportation de Babylone, Jéchonias engendra Salathiel, Salathiel engendra Zorobabel,
13 – Zorobabel engendra Abioud, Abioud engendra Eliakim, Eliakim engendra Azôr,
14 – Azôr engendra Sadôc, Cadôc engendra Akhim, Akhim engendra Elioud,
15 – Elioud engendra Eléazar, Eléazar engendra Matthan, Matthan engendra Jacob,
16 – Jacob engendra Joseph, époux de Marie, de laquelle naquit Jésus appelé le Christ.

Mon analyse :
Cet évangile est celui du courant de pensée juif chrétien, incarné par Jacques frère de Jésus. Logiquement, il tente de rattacher Jésus à la tradition juive. On note que l’origine est fixée à Abraham alors que dans Luc elle remonte à Adam, ce qui tend à confirmer que les premiers chapitres de Luc sont des faux outranciers. De même, l’énumération marque clairement la période de l’exil à Babylone mais pas un mot sur celui en Égypte. Nous en connaissons la raison. Comme nous l’indique Finkelstein, l’histoire du peuple Juif commence en 600 avant notre ère, pendant l’exil à Babylone et tout ce qui précède sera une construction magnifiée pour accorder un statut de nation à ce qui n’était que des tribus dispersées. Ce que montre également la construction, est le souhait d’établir une symétrie entre les grandes périodes en y incluant quatorze générations.

18 – Et voici les origines de Jésus Christ. Marie sa mère était fiancée à Joseph ; avant qu’ils soient ensemble, elle se trouva enceinte par l’Esprit saint.
19 – Joseph son époux, qui était juste et ne voulait pas la diffamer, décida de la renvoyer en secret.
20 – Comme il y pensait, voilà qu’un ange du Seigneur lui apparut en songe et dit : Joseph fils de David, ne craint pas de prendre Marie ta femme, car ce qu’elle a conçut est de l’Esprit saint.
21 – Elle enfantera un fils et tu l’appelleras Jésus car il sauvera son peuple de leurs péchés.
22 – Tout cela arriva pour remplir cette parole du Seigneur qui dit par le prophète :
23 – Voici, la vierge sera enceinte et enfantera un fils, et lui, on l’appellera Emmanuel, ce qui veut dire : Dieu avec nous.

Mon analyse :
Le fait pour une femme mariée, mais également pour une fiancée, de se retrouver enceinte, était considéré comme un adultère. Si donc Joseph avait été juste, il l’aurait dénoncée et elle aurait été lapidée. De même, dire qu’elle était enceinte sans qu’il y fut pour quelque chose n’aurait pas été de la diffamation. Cependant la décision de renvoyer sa promise dans sa famille provoque la réaction de Dieu qui envoie un ange. En fait cette construction vise à attacher solidement la tradition christique à la tradition juive, comme en atteste la suite où l’on utilise une prophétie sans tenir compte de la divergence des prénoms.

Voici comment je reçois ces textes.

Guilhem de Carcassonne.

Faites connaître cet article à vos amis !

Contenu soumis aux droits d'auteur.

0