Le baptême du Seigneur

Information

2 457 vue(s)

Lecture des textes de la liturgie catholique

Comme chaque Dimanche et pour les principales fêtes catholiques, je reprends la tradition cathare qui consistait en l’analyse des textes de la messe catholique et leur compréhension du point de vue cathare. Il n’y a là nulle intention malveillante mais un simple exercice de style visant à montrer que la compréhension des textes est aussi affaire de doctrine.

Messe du baptême du Seigneur

1re lecture :

Le livre d’Isaïe : 40, 1-5. 9-11

1 – Réconfortez, réconfortez mon peuple, dit votre dieu,
2 – parlez au cœur de Jérusalem et proclamez-lui que son service est achevé, que sa faute est payée, qu’elle a reçu de la main de Iahvé le double pour tous ses péchés.
3 – une voix clame : « Frayez dans le désert la route de Iahvé ! Tracez dans la steppe une chaussée pour notre Dieu !
4 – Que tout vallon soit élevé ! Que toute montagne et toute colline soient abaissées ! Que le saillant devienne uni et que les mamelons deviennent une vallée !
5 – La gloire de Iahvé se révèlera et tout chair à la fois verra, car la bouche de Iahvé a parlé. »
9 – Monte sur une haute montagne, messagère de Sion ! Élève avec force ta voix, messagère de Jérusalem, élève la voix, ne crains pas ! Dis aux villes de Juda : « Voici votre Dieu,
10 – voici Adonaï Iahvé : il vient, dans sa force, et son bras lui assure la souveraineté. Voici avec lui son salaire et devant lui sa récompense.
11 – Comme un pasteur, il fait paître son troupeau ; de son bras il rassemble, sur son sein il porte les agneaux, il mène celles qui allaitent. »

Mon commentaire :
On sait d’où Jean le baptiste tire son exclamation. Ce qui est notable c’est la supériorité que s’arroge Israël sur les autres contrées, notamment Juda. Cela montre que ce texte est postérieur à la révolte contre les Assyriens et date donc de l’emprisonnement à Babylone. En effet, avant cette période, Israël, comme Juda étaient de petits royaumes des montagnes sans importance. D’ailleurs le rappel de la supériorité des bergers nous renseigne aussi sur le mépris envers les cultivateurs des plaines littorales, les Cananéens, cause de la révolte dramatique. Si les cultivateurs sont dévalorisés par rapport aux pasteurs (voir Caïn et Abel), c’est que les peuples des montagnes sont des bergers qui naviguent en fonction des saisons entre la montagne et la plaine de l’est, ouverte vers l’Égypte au Sud et Sumer à l’Est.

Psaume 104 (Vulgate 103) : 1c-3a, 3bc-4, 24-25, 27-28, 29-30

Hymne à la gloire du créateur
1 – […] tu es revêtu d’honneur et de majesté,
2 – enveloppé de lumière comme d’un manteau, étendant les cieux comme une tenture,
3 – édifiant sur les eaux tes étages, prenant les nuées pour ton char, cheminant sur les ailes des vents,
4 – faisant des vents tes messagers, du feu dévorant tes ministres !
24 – Quelles sont nombreuses tes œuvres, Iahvé ! Toutes, tu les as faites avec sagesse, la terre est remplie de tes créatures !
25 – Voici la mer, grande et vaste en tous sens : il y a là un grouillement innombrable d’animaux petits et grands.
27 – Tous ces êtres attendent de toi que tu leur donnes la nourriture, en son temps :
28 – tu la leur donnes, ils la recueillent, tu ouvres ta main, ils se rassasient de ce qui est bon ;
29 – tu caches ta face, ils sont anéantis, tu leur retires le souffle, ils expirent et à leur poussière ils retournent !
30 – Tu envoies ton souffle, ils sont créés et tu renouvelles la face du sol.

Mon commentaire :
Ce psaume, notamment dans ce découpage précis, montre la totale soumission à un démiurge dont le moindre geste provoque la destruction ou la création. Ce n’est donc pas une pieuse soumission reconnaissant la supériorité spirituelle du Dieu, mais la soumission de la terreur devant la toute-puissance destructrice du manipulateur.

Évangile selon Luc : 3, 15-16. 21-22

15 – Comme le peuple était en attente et que tous se demandaient dans leurs cœurs si Jean lui-même n’était pas le christ,
16 – Jean répondait à tous : Moi, je vous immerge dans l’eau, mais il en vient un plus fort que moi et je ne suis pas digne de délier le lacet de ses chaussures ; lui vous immergera dans l’Esprit saint et le feu ;
21 – Comme tout le peuple se faisait immerger et que Jésus, immergé lui aussi, priait, voilà que le ciel s’ouvrit,
22 – l’Esprit saint descendit sur lui sous un aspect corporel comme de colombe, et une voix vint du ciel : Tu es mon fils, l’aimé dont je suis content.

Mon commentaire :
L’idée est de relier Jean qui est le représentant du judaïsme légaliste à Jésus, afin d’en faire le descendant légitime de la tradition juive et ainsi de ne pas être rejeté comme hérétique.

 Voici comment je reçois ces textes.

Guilhem de Carcassonne.

Faites connaître cet article à vos amis !

Contenu soumis aux droits d'auteur.

0