4e dimanche du temps ordinaire

Informations du site

2 731 vue(s)

Lecture des textes de la liturgie catholique

Comme chaque Dimanche et pour les principales fêtes catholiques, je reprends la tradition cathare qui consistait en l’analyse des textes de la messe catholique et leur compréhension du point de vue cathare. Il n’y a là nulle intention malveillante mais un simple exercice de style visant à montrer que la compréhension des textes est aussi affaire de doctrine.

Messe du 4e dimanche du temps ordinaire

1re lecture :

Deutéronome : 18, 15-20

15 – « Iahvé, ton Dieu, suscitera pour toi, du milieu de toi, d’entre tes frères, un prophète comme moi : c’est lui que vous écouterez !
16 – C’est tout ce que tu as demandé à Iahvé, ton Dieu, à Horeb, au jour de l’assemblée, en disant : « Je ne recommencerai pas à entendre la voix de Iahvé, mon Dieu, je ne reverrai plus ce grand feu, et ainsi je ne mourrai pas ! » ;
17 – alors Iahvé me dit : « Ils ont bien dit ce qu’ils ont dit ! »
18 – je leur susciterai du milieu de leurs frères un prophète comme toi et je mettrai mes paroles en sa bouche, il leur dira tout ce que je lui commanderai.
19 – Or l’homme qui n’écoutera pas mes paroles, celles qu’il dira en mon nom, je lui en demanderai compte.
20 – Mais le prophète qui aura la présomption de dire en mon nom une parole que je ne lui ai pas commandé de dire ou qui parlera d’autres dieux, ce prophète mourra !

Mon commentaire :
Iahvé utilise l’homme comme une marionnette et s’il ne suit pas à la lettre la volonté de Iahvé, ce dernier lui promet de lui en tenir rigueur. On est plus dans une vision esclavagiste que bienveillante. Ce Iahvé ne peut être Dieu.

Psaumes : 95 (Vulgate 94), 1-2, 6-7abc, 7d-9

Invitation à la louange de Dieu et à la crainte de sa colère
1 – Venez, poussons des cris de joie vers Iahvé, acclamons le rocher de notre salut,
2 – présentons-nous devant lui avec des actions de grâces, acclamons-le par des psaumes !
6 – Entrez, prosternons-nous, inclinons-nous, mettons-nous à genoux en présence de Iahvé qui nous a faits !
7 – Car il est notre Dieu et nous sommes le peuple qu’il fait paître, le troupeau sous sa main.
8 – n’endurcissez pas votre cœur comme à Meribah, comme au jour de Massah dans le désert,
9 – où m’ont tenté vos pères, où ils m’ont éprouvé, bien qu’ils aient vu mon œuvre !

Mon commentaire :
Ce psaume est en totale résonnance avec le chapitre 17 de l’Exode. Iahvé garde rancune aux Hébreux du comportement de leurs pères dans le désert, quand ils ont demandé de l’eau. Quelle haine tenace pour celui qui se veut le créateur et le père de ces hommes.

2e lecture :

Première lettre de Paul aux Corinthiens : 7, 32-35

32 – Je veux que vous soyez sans inquiétude. Le célibataire s’inquiète des affaires du Seigneur et comment plaire au Seigneur,
33 – mais l’homme marié s’inquiète des affaires du monde et comment plaire à sa femme,
34 – et il est partagé. De même la femme célibataire ou la vierge s’inquiète du Seigneur pour être sainte de corps et d’esprit ; mais celle qui est mariée s’inquiète des affaires du monde et comment plaire à son mari.
35 – Je le dis pour votre profit et non pour vous tendre un piège, pour que vous soyez convenables et assistiez le Seigneur sans distraction.

Mon commentaire :
Paul revient sur l’état de célibat auquel il donne clairement sa préférence. Il conseille même à ceux qui sont mariés de vivre ensemble comme des célibataires, c’est-à-dire de s’abstenir de relations sexuelles. Par contre il insiste sur l’importance de l’engagement envers l’autre. Les cathares faisaient de même et demandaient à leurs croyants de ne pas rompre unilatéralement les liens d’une union car cela aurait été une forme de violence.

Évangile selon Marc : 1, 21-28

21 – On entre à Capharnaum. Sitôt le sabbat, il entra enseigner dans la synagogue ;
22 – et ils furent frappés de son enseignement, car il les enseignait comme ayant pouvoir et non comme leurs scribes.

Mon commentaire :
Marc insiste aussi sur le fait que Jésus se comporte comme un maître et non comme n’importe quel Juif.

23 – Et il y avait dans leur synagogue un homme avec un esprit impur et il hurla :
24 – Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu nous perdre ? Je sais qui tu es : le saint de Dieu.
25 – Et Jésus le tança et dit : Assez ! sors de lui.
26 – Et l’esprit impur convulsa l’homme et sortit de lui en vociférant à grande voix.
27 – Tous en furent saisis, de sorte qu’ils se demandaient entre eux : Qu’est-ce que cet enseignement nouveau et ce pouvoir ? Il commande aux esprits impurs et eux lui obéissent !
28 – Et sa renommée se répandit aussitôt dans toute la contrée de la Galilée.

Mon commentaire :
Là aussi on notera que l’esprit malin reconnaît parfaitement en Jésus l’envoyé de Dieu. C’est une constante des évangiles. Pour autant il ne semble pas que cela ait interrogé les judéo-chrétiens. Pour les cathares il est clair que les esprits malins sont plus clairvoyants en la matière que les esprits-saints emprisonnés dans les corps humains. Cela est rappelé dans Mc 1, 34.

Voici comment je reçois ces textes.

Guilhem de Carcassonne.

Faites connaître cet article à vos amis !

Informations du site

Contenu soumis aux droits d'auteur.