34e dimanche du temps ordinaire

Informations du site

2 238 vue(s)

Lecture des textes de la liturgie catholique

Comme chaque Dimanche et pour les principales fêtes catholiques, je reprends la tradition cathare qui consistait en l’analyse des textes de la messe catholique et leur compréhension du point de vue cathare. Il n’y a là nulle intention malveillante mais un simple exercice de style visant à montrer que la compréhension des textes est aussi affaire de doctrine.

Messe du 34e dimanche du temps ordinaire
Notre Seigneur Jésus Christ, roi de l’univers

1re lecture :

Ézéchiel : 34, 11-12. 15-17

11 – En effet, ainsi a dit Adonaï Iahvé : Me voici moi-même ! Je me soucierai de mes brebis et veillerai sur elles.
12 – Comme le pasteur veille sur son troupeau le jour où il se trouve au milieu de ses brebis dispersées, ainsi je veillerai sur mes brebis et je les retirerai de tous les endroits où elles ont été dispersées un jour de nuée et de brouillard.
15 – C’est moi qui paîtrai mes brebis et c’est moi qui les ferai gîter, oracle d’Adonaï Iahvé.
16 – Je rechercherai celle qui est perdue, je ramènerai celle qui s’est écartée, je panserai celle qui est blessée, je fortifierai celle qui est malade, mais j’exterminerai celle qui est grasse et forte ; je les paîtrai avec équité.
17 – Quant à vous mes brebis, ainsi a dit Adonaï Iahvé : Voici que je vais juger entre brebis, béliers et boucs.

Mon commentaire :
Il est courant, et pour ainsi dire régulier, que Iahvé soit présenté comme un Dieux apparemment bienveillant, même si c’est toujours orienté vers le même groupe d’homme et qu’un verset vienne cependant rappeler qu’il peut être très violent.

Psaumes : 23 (Vulgate 22) : 1-2ab, 2c-3, 4, 5, 6

Eli, Eli, lamma sabactani.

Le juste abandonné fait appel à son Dieu
1 – Pour le coryphée. Sur « Biche de l’aurore ». Psaume de David.
2 – Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? Tu es loin de mon salut, du rugissement de mes paroles !
3 – Mon Dieu, j’appelle, de jour, et tu ne réponds pas ; même de nuit, je ne garde pas le silence.
4 – Et toi, qui résides dans le Sanctuaire, [vers toi] vont les louanges d’Israël ;
5 – en toi nos pères ont eu confiance, ils ont eu confiance et tu les as délivrés,
6 – ils ont crié vers toi et ont été sauvés, en toi ils ont eu confiance et ils n’ont pas été confondus !

Mon commentaire :
Ce Dieu qui prétend être attentif aux besoins de son peuple élu l’abandonne régulièrement, comme s’il avait plus urgent à régler. Cela nous montre son caractère faillible et peu divin.

2e lecture :

Première lettre de Paul aux Corinthiens : 15, 20-26. 28

20 – Mais le Christ a été relevé d’entre les morts, il a été les prémices de ceux qui se sont endormis.
21 – Puisqu’en effet c’est d’un homme qu’est venue la mort, c’est aussi d’un homme qu’est venue la résurrection des morts.

Mon commentaire :
Là encore c’est le scribe qui fait parler Paul. L’objectif est d’imposer la crucifixion et la résurrection comme dogme intangible face à ceux qui pensent que Christ n’a pas eu de corps matériel.

22 – De même que tous meurent en Adam, tous aussi reprendront vie dans le Christ.
23 – Et chacun à son rang : en prémices le Christ, ensuite ceux du Christ, à sa venue,
24 – puis ce sera la fin, quand il livrera le règne à son Dieu et Père et abolira toute principauté, tout pouvoir et toute puissance,
25 – car il faut qu’il règne : jusqu’à ce qu’il ait mis tous ses ennemis sous ses pieds.
26 – Un dernier ennemi est aboli, la mort,
27 – car : Il a tout mis sous ses pieds. Mais quand on dit : Tout est soumis, on excepte évidemment celui qui lui a tout soumis.
28 – Et quand tout lui aura été soumis, alors le Fils aussi se soumettra lui-même à celui qui lui a tout soumis afin que Dieu soit tout en tout.

Mon commentaire :
Cette partie pourrait être de Paul car il s’agit de la conversion. En effet, l’éveil fait mourir l’homme en nous (l’Adam) et fait apparaître l’esprit saint prisonnier (le Christ).

Évangile selon Matthieu : 25, 31-46

31 – Et quand le fils de l’homme viendra en sa gloire et tous les anges avec lui, alors il s’assoira sur son trône de gloire,
32 – et on rassemblera devant lui toutes les nations, et il les séparera les uns des autres comme le berger sépare les brebis d’avec les boucs,
33 – et il placera les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche.
34 – Alors le roi dira à ceux de sa droite : Ici, les bénis de mon père, héritez de ce règne qui est prêt pour vous depuis la fondation du monde.
35 –  Car j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger, j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire ; j’étais étranger et vous m’avez recueilli ;
36 – nu, et tous m’avez vêtu ; malade, et tous m’avez visité ; j’étais en prison et vous êtes venus me voir.
37 – Alors les justes lui répondront : Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu avoir faim, que nous t’ayons nourri ? ou avoir soif, que nous t’ayons donné à boire ?
38 – Quand est-ce que nous t’avons vu étranger, que nous t’avons recueilli ? ou nu, que nous t’avons vêtu ?
39 – Quand est-ce que nous t’avons vu malade ou en prison, que nous soyons venus vers toi ?
40 – Et le roi leur répondra : Oui je vous le dis, chaque fois que vous l’avez fait a l’un des moindres de mes frères, vous me l’avez fait à moi.
41 – Alors il dira à ceux de gauche : Allez loin de moi, maudits, au feu éternel qui est prêt pour le diable et ses anges.
42 – Car j’ai eu faim vous ne m’avez pas donné à manger, j’ai eu soif et vous ne m’avez pas donné à boire ;
43 – j’étais étranger et vous ne m’avez pas recueilli ; nu, et vous ne m’avez pas vêtu ; malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.
44 – Alors eux aussi répondront : Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu affamé et assoiffé, étranger, nu, malade on en prison, sans nous mettre à ton service ?
45 – Alors il leur répondra : Oui je vous le dis, chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces moindres-la, vous ne me l’avez pas fait non plus à moi.
46 – Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment étemel, et les justes à la vie éternelle.

Mon commentaire :
Matthieu retombe dans la vision juive et fait de Dieu un juge sévère et sans pitié. Il est clair que, pour nous cathares, ce ne peut être que le démiurge et en aucune façon le Dieu de Jésus.

Voici comment je reçois ces textes.
Guilhem de Carcassonne.

Retour au sommaire

Faites connaître cet article à vos amis !

Informations du site

Contenu soumis aux droits d'auteur.