21e dimanche du temps ordinaire

3 737 vue(s)

Lecture des textes de la liturgie catholique

Comme chaque Dimanche et pour les principales fêtes catholiques, je reprends la tradition cathare qui consistait en l’analyse des textes de la messe catholique et leur compréhension du point de vue cathare. Il n’y a là nulle intention malveillante mais un simple exercice de style visant à montrer que la compréhension des textes est aussi affaire de doctrine.

Messe du 21e dimanche du temps ordinaire

1re lecture :

Isaïe : 66, 18-21

18 – Quant à moi, je viens pour rassembler toutes les nations et toutes les langues ; elles viendront et verront ma gloire.
19 – Je mettrai un signe parmi elles et d’entre elles j’enverrai des survivants vers les nations : à Tarsis, Pout et Loud (les tireurs à l’arc), Tubal, Javan et les îles lointaines qui n’ont pas entendu ma renommée et qui n’ont pas vu ma gloire ; ils annonceront ma gloire parmi les nations.
20 – Ils ramèneront tous vos frères, de toutes les nations, en oblation à Iahvé, sur des chevaux, dans des chars et des chariots couverts, sur des mulets et des dromadaires, à ma montagne sainte, à Jérusalem, a dit Iahvé, de même que les fils de Iahvé amènent l’offrande au temple de Iahvé dans des vases purs.
21 – Et même j’en prendrai parmi eux comme prêtres, comme lévites, a dit Iahvé.

Mon commentaire :
Cette annonce est destinée à préciser que les juifs de la diaspora devront tous revenir à Jérusalem pour valider la gloire de Iahvé et la réunion de son peuple. Cela nous explique les efforts israéliens actuels pour repeupler le pays, pas seulement dans un but de compensation de la démographie palestinienne.

Psaumes : 117 (Vulgate 116), 1, 2

Brève invitation à louer Iahvé
1 – Louez Iahvé, vous toutes, ô nations, glorifiez-le, vous tous, ô peuples,
2 – car sa grâce l’emporte pour nous et la vérité de Iahvé dure à jamais ! Alléluia !

Mon commentaire :
Ce psaume ultra-court est une invitation à louer Iahvé. On est dans le système d’invocation qui est utilisé dans les sectes modernes où le gourou met en transe son auditoire en l’amenant à louer la divinité sans réflexion.

2e lecture :

Lettre aux Hébreux : 12, 5-7. 11-13

5 – Vous avez oublié l’exhortation qui vous est adressée comme à des fils : Mon fils, ne dédaigne pas que le Seigneur te forme, ne te décourage pas s’il te prouve coupable,
6 – car le Seigneur forme celui qu’il aime et fouette ceux qu’il accepte pour fils.
7 – Ce que vous endurez, c’est pour vous former. Dieu vous traite comme des fils, car quel fils n’est formé par son père ?
11 – Toute formation semble, sur le moment, tristesse et non joie, mais plus tard elle donne à ceux qu’elle a exercés un paisible fruit de justice.
12 – Redressez donc vos mains fatiguées et vos genoux défaillants.
13 – Rendez droits les sentiers pour vos pas afin que le boiteux, au lieu de dévier, guérisse.

Mon commentaire :
L’exhortation qui est faite ici s’articule avec la fin du chapitre précédent. C’est en suivant l’exemple de Christ que nous devons avancer. Notre cheminement, quoique difficile qu’il nous semble ne sera jamais aussi dur que fut le sien. Nos difficultés visent à nous former pour ce qui nous attend. Le caractère judéo-chrétien sacrificiel suinte de tous bords dans ce texte. Notamment, nous savons que la découverte de la porte qui ouvre notre cheminement personnel (l’éveil) n’est pas douleurs, mais joie et allégresse.

Évangile selon Luc : 13, 22-30

22 – Et il passait par villes et bourgades et y enseignait et faisait route vers Jérusalem.
23 – Et quelqu’un lui dit : Seigneur, y a-t-il peu de sauvés ? Il leur dit :
24 – Luttez pour entrer par la porte étroite ! car beaucoup, je vous le dis, chercheront à entrer et ne le pourront pas.
25 – Dès que le maître de maison se sera levé et aura fermé la porte, vous commencerez, dehors, à vous tenir à la porte et à frapper en disant : Seigneur, ouvre-nous ! Et il vous répondra : Je ne sais pas d’où vous êtes !
26 – Alors vous commencerez à dire : Nous avons mangé et bu devant toi et tu as enseigné dans nos rues !
27 – Et il vous dira : Je ne sais pas d’où vous êtes ; éloignez-vous de moi, vous tous, ouvriers d’injustice !
28 – Là il y aura le sanglot et le grincement de dents, quand vous verrez Abraham, Isaac, Jacob et tous les prophètes dans le règne de Dieu, et vous, chassés dehors.
29 – Et on arrivera du levant et du couchant, du nord et du sud, pour s’attabler dans le règne de Dieu.
30 – Et voilà qu’il y a des derniers qui seront premiers et il y a des premiers qui seront derniers.

Mon commentaire :
Jésus insiste sur la nécessité de ne pas remettre à demain la décision de commencer à cheminer pour atteindre la grâce. La présentation judéo-chrétienne punitive ne doit pas cacher le fonds de vérité de ce message. En effet, ceux qui pensent le faire au dernier moment ou qui croient que cela sera plus facile dans leur prochaine vie ont tort. Ils risquent de devoir repartir à zéro et de voir s’éloigner le moment de leur salut tout en continuant à souffrir dans cet enfer.

Voici comment je reçois ces textes.

Guilhem de Carcassonne.

Faites connaître cet article à vos amis !

Information

Contenu soumis aux droits d'auteur.

0