1er dimanche de l’Avent

Informations du site

3 498 vue(s)

Lecture des textes de la liturgie catholique

Comme chaque Dimanche et pour les principales fêtes catholiques, je reprends la tradition cathare qui consistait en l’analyse des textes de la messe catholique et leur compréhension du point de vue cathare. Il n’y a là nulle intention malveillante mais un simple exercice de style visant à montrer que la compréhension des textes est aussi affaire de doctrine.

Messe du 1er dimanche de l’Avent

1re lecture :

Isaïe : 63, 16b-17. 19b ; 64, 2b-7

16 – C’est que tu es notre père ! Abraham ne nous connaît pas et Israël ne peut nous reconnaître. C’est toi Iahvé qui es notre père, celui qui nous rachète depuis toujours, c’est ton nom.
17 – Pourquoi nous fais-tu errer, Iahvé, hors de tes voies, et endurcis-tu nos cœurs à l’égard de ta crainte ?
19 – Depuis longtemps nous sommes devenus ceux sur qui tu ne domines plus, sur lesquels ton nom n’est plus proclamé. Si tu pouvais déchirer les cieux et descendre — devant toi les montagnes seraient ébranlées ;
2 – Lorsque tu exécutas des choses terribles que nous n’attendions pas, tu descendis : devant toi les montagnes furent ébranlées.
3 – Jamais on n’a entendu, jamais on n’a ouï et l’œil n’a pas vu qu’un Dieu, hormis toi, ait agi en faveur de celui qui compte sur lui.
4 – Tu as surpris celui qui se réjouissait de pratiquer la justice, ceux qui, sur tes voies, se souvenaient de toi ; voici que tu as été irrité, alors nous avons péché ; [tu as été irrité] contre ceux qui pratiquent l’iniquité, mais nous serons sauvés.
5 – Nous avons été tous comme l’impur et nos actions justes, comme un linge impur ; nous nous sommes tous flétris comme des feuilles et nos fautes nous emportent comme le vent.
6 – Personne n’invoque ton nom, ne se réveille pour s’attacher à toi, car tu nous as caché ta face et tu nous as livrés au pouvoir de nos fautes.
7 – Cependant, Iahvé, tu es notre père, nous sommes l’argile et tu es celui qui nous a modelés, nous sommes tous l’ouvrage de ta main.

Mon commentaire :
Là nous atteignons les sommets du judaïsme puisque, non seulement le juif rappelle sa soumission à Iahvé, mais il la revendique et la réclame.

Psaumes : 80 (Vulgate 79), 2ac. 3bc, 15-16a, 18-19

Au Dieu des armées pour la restauration d’Israël
2 – Pasteur d’Israël, prête l’oreille, toi qui conduis Joseph comme un troupeau, toi qui sièges sur les Chérubins, apparais !
3 – Devant Éphraïm, Benjamin et Manassé, réveille ta vaillance, et viens à notre secours !
15 – Élohim des armées, daigne revenir, regarde du haut des cieux et vois, visite cette vigne
16 – et protège-la, elle que ta droite a plantée [ ] !
18 – Que ta main se pose sur l’homme de ta droite, sur le fils de l’homme dont tu as fait ta force !
19 – Nous ne nous écarterons plus de toi, tu nous feras revivre, et nous invoquerons ton nom.

Mon commentaire :
Et maintenant c’est le reste du contrat qui est rappelé, à savoir les obligations de Iahvé envers le juif.

2e lecture :

Première lettre de Paul aux Corinthiens : 1, 3-9

3 – À vous, grâce et paix de Dieu notre père et du seigneur Jésus Christ.
4 – Je rends grâces continuellement à Dieu à votre sujet pour la grâce que Dieu vous a donnée par le christ Jésus,
5 – car il vous a en tout enrichis, en toute parole et en toute science,
6 – selon que le témoignage du Christ a été confirmé en vous,
7 – de sorte que vous n’êtes privés d’aucun don, vous qui attendez le dévoilement de notre seigneur Jésus Christ.
8 – Et lui vous confirmera jusqu’à la fin, pour que vous soyez irréprochables au jour de notre seigneur Jésus.
9 – Fidèle est le Dieu qui vous a appelés à être associés à son fils Jésus Christ notre seigneur.

Mon commentaire :
Paul a déjà visité la communauté de Corinthe, capitale de l’Achaïe en Grèce, quelques années auparavant. Installé à Éphèse, il reçoit des messagers porteurs de nouvelles inquiétantes. Les mœurs relâchées qui prédominent à Corinthe semblent avoir touché les membres des communautés évangélisées par Paul. Corinthe est une ville de passage et de mélange entre les cultures romaines et grecques et semble être également un lieu de croisement de prédicateurs divers. Paul ajoute Sosthène à sa salutation. C’est un proche puisqu’il l’appelle frère. Il est possible qu’il l’ait accompagné à Corinthe et soit connu de la communauté.

Évangile selon Marc : 13, 33-37

33 – Prenez garde, chassez le sommeil, car vous ne savez pas quand c’est l’instant.
34 – C’est comme un homme qui est parti en voyage en laissant sa maison et qui a donné pouvoir à ses esclaves, à chacun son ouvrage, et au portier il a commandé de veiller.
35 – Veillez donc, car vous ne savez pas quand le seigneur de la maison vient : tard ? ou à minuit ? au chant du coq ? à l’aube ?
36 – de peur qu’en venant soudain il vous trouve endormis.
37 – Et ce que je vous dis je le dis à tous : Veillez.

Mon commentaire :
Voilà le point essentiel. Nous ne pouvons rien pour ce qui relève du Mal. Notre seule option est de nous préparer pour ce qui sera le salut de ceux qui n’auront pu quitter cet enfer plus tôt. Il faudra donc être prêt et subir des conditions pires que ce que l’on peut imaginer tout en restant prêt.

Voici comment je reçois ces textes.

Guilhem de Carcassonne.

Faites connaître cet article à vos amis !

Informations du site

Contenu soumis aux droits d'auteur.