1er dimanche de carême

Informations du site

3 353 vue(s)

Lecture des textes de la liturgie catholique

Comme chaque Dimanche et pour les principales fêtes catholiques, je reprends la tradition cathare qui consistait en l’analyse des textes de la messe catholique et leur compréhension du point de vue cathare. Il n’y a là nulle intention malveillante mais un simple exercice de style visant à montrer que la compréhension des textes est aussi affaire de doctrine.

Messe du 1er dimanche de carême

1re lecture :

Genèse : 9, 8-15

8 – Élohim parla à Noé et à ses fils avec lui, en disant :
9 – « Voici que, moi, j’établis mon alliance avec vous et avec votre race après vous,
10 – avec tout animal vivant qui est avec vous : oiseaux, bestiaux, tous les animaux de la terre qui sont avec vous, d’entre tous ceux qui sortent de l’arche et font partie des animaux de la terre.
11 – J’établirai donc mon alliance avec vous pour que toute chair ne soit plus retranchée par les eaux du Déluge et qu’il n’y ait plus de Déluge pour détruire la terre. »
12 – Élohim dit : « Ceci est le signe de l’alliance que je mets entre moi et vous, et tout animal vivant qui est avec vous, pour les générations à jamais.
13 – Je mets mon arc dans un nuage et il deviendra signe d’alliance entre moi et la terre.
14 – Il arrivera donc que, lorsque je ferai paraître un nuage sur la terre et que dans le nuage l’arc sera aperçu,
15 – je me souviendrai de mon alliance qui existe entre moi et vous, et tout animal vivant en toute chair, pour qu’il n’y ait plus d’eaux pour un Déluge pour détruire toute chair.

Mon commentaire :
Cet épisode est révélateur de la volonté des juifs d’apparaître comme un peuple privilégié de leur Dieu. C’est naturel à l’époque ; ce qui l’est moins est que les judéo-chrétiens aient voulu récupérer cet avantage en dénigrant les juifs et ne les traitant de déicides, ce qui fut le signal de l’antisémitisme. Bien entendu, cette notion est antinomique avec l’idée d’un Dieu créateur de toute chose et plein d’Amour absolu. Quant à l’idée qu’il ait besoin d’un signe pour se souvenir qu’il a conclu une alliance, cela frise le ridicule.

Psaumes : 25 (Vulgate 24), 4-5ab, 6-7bc, 8-9

Psaume alphabétique : prières diverses
Daleth – 4 – Fais-moi connaître tes voies, Iahvé, enseigne-moi tes sentiers.
– 5 – Fais-moi marcher selon ta vérité, enseigne-moi, puisque c’est, toi le Dieu de mon salut
Waw – et qu’en toi, tout le jour, j’espère,
7c à cause de ta bonté, Iahvé.
Zaïn – 6 – Souviens-toi, Iahvé, de ta miséricorde et de tes grâces, car elles sont de toujours.
Hêth – 7ab – De mes péchés de jeunesse et de mes transgressions ne te souviens pas, mais souviens-toi de moi selon ta grâce !
Têth – 8 – Iahvé est bon et droit, c’est pourquoi il montre la voie aux pécheurs,
Yodh – 9 – il fait marcher les humbles selon la justice et il enseigne aux humbles sa voie.

Mon commentaire :
Si l’homme juif affirme sa foi en Iahvé, il est clair qu’il semble ne pas savoir quoi faire pour lui plaire. Est-ce lié à la versatilité de son Dieu ? Le cathare sait qu’il lui revient de faire ce qu’il faut pour se rapprocher de Dieu.

2e lecture :

Première lettre de Pierre : 3, 18-22

18 – puisque le Christ lui-même est mort une fois pour les péchés, le juste pour les injustes, afin de vous mener à Dieu. Il est mort dans sa chair, mais il a été revivifié par l’Esprit.
19 – Il est même allé, avec cet Esprit, prêcher aux esprits en prison.
20 – Ceux-ci avaient jadis été rétifs quand Dieu temporisait patiemment aux jours où Noé construisait l’arche dans laquelle peu de personnes, c’est-à-dire huit, furent sauvées par l’eau.
21 – La réplique de cette eau est maintenant l’immersion qui vous sauve aussi ; non qu’elle ôte la crasse de la chair, mais elle demande à Dieu une bonne conscience par la résurrection de Jésus Christ,
22 – lui qui est allé au ciel, s’y est soumis les anges, les pouvoirs et les puissances et est à la droite de Dieu.

Mon commentaire :
Noé fut sauvé par les eaux ? Il semble qu’en fait il s’est sauvé des eaux qui ont tué la population terrestre. Enfin, il assimile le baptême d’eau à ce souvenir. Cette lecture est inacceptable pour les cathares. Pour nous, le mal ne peut venir que du Mal et non de Dieu et les souffrances endurées par Jésus le furent pour dénoncer la loi de Iahvé, en apparence de chair ou par inspiration, et non en réalité. Quant au baptême, le seul qui ait un lien avec Dieu, c’est le baptême d’esprit.

Évangile selon Marc : 1, 12-15

12 – Et aussitôt l’Esprit le pousse au désert.
13 – Et dans le désert, il fut mis à l’épreuve du Satan pendant quarante jours ; et il était parmi les bêtes, et les anges étaient à son service.
14 – Après que Jean fut livré, Jésus vint en Galilée proclamer l’évangile de Dieu ;
15 – il disait : C’est l’instant, le règne de Dieu approche ; convertissez-vous et fiez-vous à l’évangile.

Mon commentaire :
Marc saute très vite des éléments qui sont largement décrits chez Matthieu, comme l’épreuve du désert, pour en venir plus rapidement à la prédication et aux œuvres de Jésus. Cette absence de broderie au profit d’un récit resserré sur l’essentiel plaide aussi pour une antériorité de Marc.

Voici comment je reçois ces textes.

Guilhem de Carcassonne.

Faites connaître cet article à vos amis !

Informations du site

Contenu soumis aux droits d'auteur.