eschatologie

Première lettre de Paul aux Thessaloniciens – 5

4-2-Bible
1 646 vue(s)

Ce texte est tiré du Nouveau Testament publié dans la collection La Bibliothèque de la Pléiade des éditions NRF Gallimard.
Introduction de Jean Grosjean, textes traduits, présentés et annotés par Jean Grosjean et Michel Léturmy avec la collaboration de Paul Gros.
Afin de respecter le droit d’auteur, l’introduction, les présentations et les annotations ne sont pas reproduites. Je vous invite donc à vous procurer ce livre pour bénéficier pleinement de la grande qualité de cet ouvrage.

Première lettre aux Thessaloniciens

Chapitre 5

1 – Quant aux temps et aux moments, vous n’avez pas besoin, frères, qu’on vous écrive là-dessus.
2 – Car vous-mêmes vous savez exactement que le jour du Seigneur vient comme le voleur la nuit.
3 – Quand ils diront : paix et sécurité, alors la perdition sera soudain sur eux comme les douleurs sur la femme enceinte, et ils n’échapperont pas.
4 – Mais vous, frères, vous n’êtes pas dans les ténèbres, pour que le Jour vous surprenne comme un voleur :
5 – car vous êtes tous fils de la lumière et fils du jour. Nous ne sommes pas de la nuit ni des ténèbres ;
6 – ne dormons donc pas comme les autres ; au contraire, tenons-nous éveillés et sobres.

Mon analyse :
Après les avoir rassurés sur le sort de leurs morts, Paul veut rappeler aux Thessaloniciens qu’ils doivent être inquiets et vigilants pour eux-mêmes. En indiquant qu’ils ont déjà été éduqués de la fin des temps il marque sa confiance dans leur formation, mais il les met en garde contre le relâchement car le Chrétien doit être sans cesse en garde. En effet, la seconde parousie de Christ se fera de manière subite et imprévue. Il faut donc se tenir toujours prêt.

7 – Car ceux qui dorment, dorment la nuit ; et ceux qui s’enivrent, s’enivrent la nuit.
8 – Mais nous qui sommes du jour, soyons sobres, revêtons la cuirasse de la foi et de la charité, et le casque de l’espérance du salut ;
9 – parce que Dieu ne nous a pas mis pour la colère mais pour l’acquisition du salut par notre seigneur Jésus Christ
10 – qui est mort pour nous, pour qu’éveillés ou endormis nous vivions ensemble avec lui.
11 – Aussi, exhortez-vous les uns les autres et bâtissez-vous l’un l’autre, comme vous faites.
12 – Nous vous demandons, frères, d’apprécier ceux qui se fatiguent parmi vous, qui vous mènent, dans le Seigneur, et qui vous avertissent,
13 – et de les estimer tant et plus, avec amour, à cause de leur œuvre. Soyez en paix entre vous.
14 – Et nous vous exhortons, frères : avertissez les indisciplinés, réconfortez les timides, attachez-vous aux faibles, soyez généreux envers tous.
15 – Attention que personne ne rende le mal pour le mal ! Au contraire, recherchez toujours le bien, les uns envers les autres, et envers tous.
16 – Réjouissez-vous toujours ;
17 – priez sans cesse ;
18 – rendez grâces en tout, car c’est pour vous la volonté de Dieu dans le christ Jésus.
18 – N’éteignez pas l’Esprit ;
19 – ne méprisez pas les prophéties ;
20 – essayez tout, et gardez le bon ;
21 – abstenez-vous de toute espèce de mal.

Mon analyse :
Après la mise en garde vient le mode d’emploi qui convient pour mériter la grâce et le salut. C’est le même pour tout les Chrétiens et les Cathares en faisaient le centre de leur règle de justice et de vérité. L’entraide et le soutien y sont centraux.

22 – Que le Dieu de paix lui-même vous sanctifie tout entiers et que tout votre être, esprit, âme et corps, soit ardé irréprochable pour la venue de notre seigneur Jésus Christ.
23 – Celui qui vous appelle est fidèle et il le fera.
24 – Frères, priez aussi pour nous.
25 – Saluez d’un saint baiser tous les frères.
26 – Je vous en conjure par le Seigneur : que cette lettre soit lue à tous les frères.
27 – La grâce de notre seigneur Jésus Christ soit avec vous.

Mon analyse :
Même dans ses salutations finales Paul insiste sur la nécessité de se forger un état irréprochable en vue des temps derniers. On sent chez lui le sentiment de la proximité de la fin du monde.

Revenir au sommaire

Contenu soumis aux droits d'auteur.

0