Archives de catégorie : Les confluences

Parménide – le pré-socratique de l’être et du non-être

Introduction

Malheureusement nous disposons de presque rien de cet auteur qui semble avoir fortement impressionné son temps, ou plutôt le siècle qui suivit sa mort.
Heureusement nous avons retrouvé 150 vers d’un poème qu’il écrivit et sa lecture renforce notre déception de n’avoir rien de plus de sa main tant ce court document est riche d’éléments qui vont se révéler essentiels dans la philosophie grecque. Continuer la lecture

Libres hérétiques !

Introduction

Ce titre a quelque chose du pléonasme. En effet, l’hérétique est celui qui prend la liberté de ne pas suivre la voie bétonnée de la dogmatique imposée par les religions dominantes. Son choix est ailleurs ; dans la recherche d’une voie singulière, tracée à l’aide de connaissances ou d’intuitions qui ne peuvent qu’étonner et parfois même révolter ceux qui se croyaient sur la seule route possible et qui, en découvrant ces choix différents, sentent quelque peu les contraintes qu’ils ignoraient jusque là d’une voie dogmatique souvent déficiente, comme le chien de la fable sent tout-à-coup son collier face à la liberté du loup.
C’est d’ailleurs pour cela que les religions dominantes sont si dépourvues quand elles croisent une hérésie et cela explique aussi le besoin de trouver des systèmes de catalogages faciles quand bien même ils s’avèrent simplistes ou tout simplement faux.
Le but de ce travail est de présenter quelques courants spirituels qui se sont trouvés, tant en terme de période que de localisation, au croisement du marcionisme et du bogomilisme c’est-à-dire, de manière souriante, des sortes de chaînons manquants, ou plus exactement des lignées cousines qui ont pu coexister quelques temps avant de laisser la place au catharisme médiéval, comme le firent les homo néanderthalensis et les homo sapiens à l’orée de l’humanité. Continuer la lecture

Comprendre le christianisme cathare

Ce document n’a aucune prétention historique mais souhaite aider le lecteur à mieux appréhender les conditions dans lesquelles les humains des premiers siècles du christianisme se sont trouvés pour émettre leurs hypothèses et formuler leur foi.

Les confluences

Le christianisme des premiers siècles profita des convergences nombreuses de la pensée humaine, notamment auprès des philosophes grecs et romains (Pithagore, Socrate, Platon, Aristote, Epicure, Epictète, Marc Aurèle, Sénèque, etc.) mais aussi du Moyen Orient (Zarathustra, Mani, etc.) et du gnosticisme.
Certaines de ces philosophies donnèrent des outils à la construction de la philosophie chrétienne primordiale et d’autres furent plus ou moins intégrées à cette religion. Continuer la lecture