Ascension d’Isaïe – 3

dédicace

Ascension d’Isaïe – 3

Ce texte est tiré du Nouveau Testament publié dans la collection La Bibliothèque de la Pléiade des éditions NRF Gallimard.
Avant-propos, introduction et note par François Bovon et Pierre Géoltrain.
Afin de respecter le droit d’auteur, l’introduction, les présentations et les annotations ne sont pas reproduites. Je vous invite donc à vous procurer ce livre pour bénéficier pleinement de la grande qualité de cet ouvrage.
Ce texte est celui dont l’on sait que la version en vieux slave fut utilisée par les Bogomiles et la version latine par les Cathares des XIIe et XIIIe siècle. Il relate une vision du prophète à l’occasion de sa mise à mort, en raison de l’annonce prophétique qu’il fait de la venue du Christ et de la défaite du diable.

Ascension d’saïe – Chapitre 3

Au septième ciel.

1 – Et il m’amena dans l’air du septième ciel, et de nouveau j’entendis, une voix disant : « Jusqu’où doit monter celui qui habite parmi les étrangers ? » Je craignis et je devins tremblant.
2 – Et il me dit, lorsque je devins tremblant : « Voici qu’une autre voix est venue, envoyée de là-bas, qui dit : “Il est permis au saint Isaïe de monter ici, car ici est son vêtement.”»
3 – Et j’interrogeai l’ange qui était avec moi, et je dis : « Qui est celui qui m’a interdit de monter, et qui est celui qui me l’a permis ?»
4 – Et il me dit : « Celui qui te l’a interdit, c’est le responsable de la louange du sixième ciel,
5 – et celui qui te l’a permis, c’est ton Seigneur, le SEIGNEUR, le Seigneur Christ, qui doit être appelé Jésus dans le monde ; mais son nom, tu ne peux pas l’entendre, jusqu’à ce que sois monté hors de ta chair. »
6 – Et il me fit monter dans le septième ciel, et je vis là une lumière admirable et des anges innombrables.
7 – Et je vis tous les justes qui furent depuis Adam,
8 – et là je vis, le saint Abel et tous les justes ;
9 – et là je vis Hénoch et tous ceux qui sont avec lui, qui sont dépouillés du vêtement de chair, et je les vis dans leur vêtement d’en haut : en vérité, ils étaient comme les anges qui se tiennent là dans une grande gloire.
10 – Mais ils n’étaient pas assis sur leurs trônes, et les couronnes de leur gloire n’étaient pas sur eux.
11 – Et j’interrogeai l’ange qui était avec moi, et je dis : « Pourquoi ont-ils reçu ces vêtements, mais ne sont-ils pas sur les trônes, avec les couronnes ? »
12 – Et il me dit : « Ils n’ont pas reçu maintenant les couronnes et les trônes de gloire, mais ils voient et ils savent quels sont leurs trônes et quelles sont leurs couronnes, jusqu’à ce que descende le Bien-Aimé dans l’aspect où tu le verras, descendre.
13 – Il descendra donc aux derniers jours, le Seigneur qui doit être appelé Christ après qu’il sera descendu, et qu’il sera devenu conforme à votre aspect, et qu’ils croiront qu’il est chair et homme.
14 – Et le dieu de ce monde s’élancera par la main de son fils, et ils porteront leurs mains sur lui et le suspendront au bois, sans savoir qui il est.
15 – Et ainsi sa descente, comme tu verras, sera cachée même aux cieux, afin que ne soit pas connu qui il est.
16 – Et, lorsqu’il aura dépouillé l’ange de la mort, il montera le troisième jour et restera en ce monde cinq cent quarante-cinq jours.
17 – Alors monteront avec lui beaucoup de justes dont les esprits n’auront pas reçu leurs vêtements, jusqu’à ce que soit monté le Seigneur Christ et qu’ils soient montés avec lui.
18 – Alors, ils recevront leurs vêtements, leurs trônes et leurs couronnes, lorsque lui sera monté dans le
septième ciel. »
19 – Et je lui répétai ce que je lui avais demandé dans le
troisième ciel ;
20 – et il me dit : «Tout ce qui est fait dans ce
monde-là est connu ici. »
21 – Et tandis que je parlais encore
avec lui, voici qu’un des anges qui se tenaient là — d’une
gloire bien supérieure à celle de cet ange qui m’avait fait
monter du monde —
22 – me fit voir des livres, qui n’étaient
pas comme des livres de ce monde, et il les ouvrit. Et les
livres étaient écrits, mais pas comme des livres de ce monde
Et il me fut permis de les lire, et voici, les actes des
fils d’Israël y étaient écrits, et précisément les actes de ceux que
tu connais, mon enfant Yasub.
23 – Et je dis : « En vérité,
il n’y a rien de ce qui est fait dans le monde qui soit caché
le septième ciel. »
24 – Et je vis là beaucoup de vêtements déposés, beaucoup de trônes et beaucoup de couronnes.
25 – Et je dis à l’ange qui me guidait : « De qui sont ces vêtements, ces trônes et ces couronnes ? »
26 – Et il me dit : « Ces vêtements, il y a beaucoup de personnes de ce monde qui les recevront en croyant à la voix de celui qui sera appelé comme je te l’ai dit, et ils garderont ces vêtements, et mettront leur confiance en lui, en sa croix ; c’est pour eux que ces choses sont déposées. »

Mon analyse :
L’objectif de l’auteur, forcément judéo-chrétien est de rattacher les textes vétérotestamentaires — par le biais d’Isaïe — et les récits néotestamentaires des actes de Jésus. C’est aussi pour cela que Isaïe voit au dernier ciel ceux qui ont jalonné l’histoire religieuse d’Israël.

La vision du Seigneur et du Saint-Esprit.

27 – Et je vis quelqu’un debout, dont la gloire dépassait tout, et sa gloire était grande et admirable.
28 – Et, après qu’ils l’eurent vu, tous les justes que j’avais vus et les anges vinrent auprès de lui et Adam, Abel et Seth et tous les justes s’approchèrent d’abord et l’adorèrent ; ils le glorifièrent tous d’une seule voix, et moi aussi, je commençai à chanter avec eux, et ma louange était comme la leur.
29 – Alors, tous les anges s’approchèrent, l’adorèrent et rendirent gloire.
30 – 
Et il fut transformé et il devint comme un ange.
31 – Alors
l’ange qui me guidait me dit : « Adore celui-ci. » Et j’adorai
et je rendis gloire.
32 – Et l’ange me dit : « Celui-ci est le
Seigneur de toute la gloire que tu as vue. »
33 – Et, tandis que je parlais encore, je vis un autre être glorieux qui lui était semblable ; et les justes s’approchèrent de lui, adorèrent et rendirent gloire, et moi aussi, je rendis gloire avec eux ; et sa gloire ne fut pas transformée selon leur aspect.
34 – Alors, les anges s’approchèrent et rendirent gloire.
35 – Et je vis le Seigneur et le deuxième ange, et ils se tenaient debout ;
36 – mais ce deuxième ange que je vis était à la gauche de mon Seigneur. Et je demandai : « Qui est celui-ci ? » Et il me dit : « Adore-le, car celui-ci est l’ange du Saint-Esprit, qui a parlé en toi, ainsi que dans les autres justes. »

Mon analyse :
Six siècles avant sa venue sur terre, Isaïe voit le Christ et le Saint-Esprit dans le septième ciel. L’intention judéo-chrétienne semble claire, utiliser le symbole de ce prophète qui avait annoncé la ruine d’Israël et la captivité à Babylone, pour valider la position préférentielle de Christ, qui prendra ensuite le nom de Jésus, comme nous allons le voir.

Dieu.

37 – Et les yeux de mon esprit étant ouverts, je vis une grande gloire, et moi, alors, je ne pus regarder ni l’ange qui était avec moi, ni tous les anges que j’avais vu adorer mon Seigneur ;
38 – je vis seulement les justes regarder avec une
grande puissance sa gloire.
39 – Et mon Seigneur, ainsi que l’ange de l’Esprit, s’approcha de moi, et il dit : « Regarde, puisqu’il t’a été donné de voir le SEIGNEUR, et, à cause de toi, ce pouvoir à été donné à l’ange qui est avec toi. »
40 – Et je vis que mon Seigneur adorait, ainsi que l’ange de l’Esprit, et tous les deux glorifiaient ensemble le SEIGNEUR.
41 – Alors, tous les justes s’approchèrent et adorèrent ;
42 – et tous les justes et les anges s’approchèrent et adorèrent, et tous les anges rendirent gloire.

Mon analyse :
Ce qui est intéressant, c’est de constater que Dieu est inconnu des hommes. À la limite, il est inconnaissable car sa vision est trop puissante pour les hommes. Alors, qui s’est donné à voir ? Le faux dieu de ce monde bien entendu, confondu avec Dieu par Abraham et Moïse.

La mission du Seigneur.

1 – Et j’entendis alors les voix et les louanges que j’avais entendues dans chacun des six cieux, que j’avais entendues tandis que je montais là ;
2 – et toutes étaient adressées à ce Glorieux dont je ne pouvais pas voir la gloire.
3 – Et moi-même, j’entendais et je voyais sa louange ;
4 – et le Seigneur et l’ange de l’Esprit entendaient tout et voyaient tout
5 – Et toute la louange qui était envoyée des six cieux non seulement s’entendait, mais se voyait.
6 – Et j’entendis l’ange qui me guidait, et il me dit : « Celui-ci est celui qui est très haut au-dessus de ceux qui sont en haut, qui habite dans le monde saint et qui repose parmi les saints, qui sera appelé par le Saint-Esprit, dans la bouche des justes, Père du Seigneur. »
7 – Et j’entendis la voix du Très-Haut, le Père de mon Seigneur, disant à mon Seigneur le Christ qui sera appelé Jésus :
8 – « Sors et descends dans tous les cieux, puis tu descendras au firmament et dans ce monde ; tu descendras jusqu’à l’ange qui est dans le Schéol, mais tu n’iras pas jusqu’à la Perdition.
9 – Et tu te rendras semblable à la forme de tous ceux qui sont, dans les cinq cieux,
10 – et tu t’assimileras, en prenant garde, à l’aspect des anges du firmament, ainsi qu’aux anges qui sont dans le Schéol.
11 – Et qu’aucun des anges, de ce monde ne sache que tu es 
avec moi le Seigneur des sept cieux et de leurs anges,
12 – et
qu’ils ne sachent pas que tu es avec moi, lorsque, par la voix
des cieux, de leurs anges, et de leurs lumières, je t’appellerai,
lorsque je t’exalterai au sixième ciel afin que tu juges et
que tu détruises les princes, et les anges, et les dieux de
ce monde, et le monde qui est régi par eux ;
13 – car ils
m’ont renié et ont dit : “Nous seulement, et personne en
dehors de nous. ”
14 – Ensuite, des dieux de la mort tu
monteras à ta place sans te transformer dans chaque ciel,
mais tu monteras dans la gloire, et tu t’assiéras à ma
droite.
15 – Alors, les princes et les puissances de ce monde
t’adoreront. »

Mon analyse :
Une fois établi qu’il s’agit bien de Dieu, ce dernier donne sa mission à Christ. Il lui impose la kénose et le secret que l’on retrouve dans la cosmogonie cathare. Il le charge aussi de la ruine du monde du diable.