14e dimanche du temps ordinaire

Lecture des textes de la liturgie catholique

Comme chaque Dimanche et pour les principales fêtes catholiques, je reprends la tradition cathare qui consistait en l’analyse des textes de la messe catholique et leur compréhension du point de vue cathare. Il n’y a là nulle intention malveillante mais un simple exercice de style visant à montrer que la compréhension des textes est aussi affaire de doctrine.

14e dimanche du temps ordinaire

1re lecture :

Zacharie : 9, 9-10

9 – Jubile grandement, fille de Sion, exulte, fille de Jérusalem ; voici que ton roi vient vers toi, il est juste et victorieux, humble et monté sur un âne, sur un ânon, petit d’une ânesse
10 – il supprimera les chars d’Éphraïm et les chevaux de Jérusalem, l’arc de combat sera supprimé et il dictera la paix aux nations ; son empire s’étendra de la Mer à la Mer et du fleuve aux confins de la terre.

Mon analyse :
Ce texte présente la victoire modeste du Messie davidique dont la victoire abouti à la fin de toute guerre future, d’où la destruction des armes, et à l’imposition de la paix sur l’ensemble du monde connu. Ce passage est utilisé dans Matthieu pour l’entrée de Jésus à Jérusalem lors des Rameaux.

Psaumes : 145 (Vulgate 144), 1-2, 8-9, 10-11, 13cd-14

1 – Louanges. De David. Je t’exalterai, mon Dieu roi, je bénirai ton nom à jamais, à jamais.
2 – Chaque jour je te bénirai et je louerai ton nom à jamais, à jamais.
8 – Miséricordieux et clément est Iahvé, longanime et abondant en grâce.
9 – Iahvé est bon pour tous et ses miséricordes sont sur toutes ses œuvres.
10 – Toutes tes œuvres te rendront grâce, Iahvé, et tes dévots te béniront,
11 – ils diront la gloire de ton règne et ils parleront de tes prouesses, la gloire et l’honneur de ton règne.
13 – … Iahvé est fidèle en toutes ses paroles et bienveillant en toutes ses œuvres.
14 – Iahvé soutient tous ceux qui tombent, il redresse tous ceux qui sont courbés.

Mon analyse :
Après avoir mis en avant le triomphe modeste du Messie en Zacharie, l’Église catholique exalte la bonté de Iahvé, son Dieu, en omettant le passage traitant de sa domination sans partage.

2e lecture :

Lettre de Paul aux Romains : 8, 9.11-13

9 – Or vous n’êtes pas de la chair mais de l’esprit, pourvu que l’esprit de Dieu habite en vous. Et si on n’a pas l’esprit du Christ on n’est pas de lui.
11 – Si l’esprit de celui qui a relevé Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a relevé le christ Jésus d’entre les morts fera vivre aussi vos corps mortels par son esprit logé en vous.
12 – Donc, frères, ce n’est pas à la chair que nous nous devons, pour vivre selon la chair.
13 – En effet si vous vivez selon la chair vous allez mourir ; mais si par l’esprit vous faites mourir les actes du corps, vous vivrez.

Mon analyse :
En supprimant le verset 10, qui sépare clairement la chair de l’esprit, le scribe masque la double origine des hommes, charnel par le malin et spirituels par Dieu. Il montre cependant que c’est par l’esprit que l’on est de Dieu. Enfin, il tente de mélanger les concepts de vie charnelle, prétendument voulue par Dieu (v. 11) et de vie spirituelle qui s’affranchit forcément du charnel (v. 13).

Évangile selon Matthieu : 11, 25-30

25 – Alors Jésus dit à part : Je te l’avoue, Père, seigneur du ciel et de la terre, tu as caché cela aux sages et aux prudents et tu l’as dévoilé aux enfants ;
26 – oui, Père, tel a été ton bon plaisir.
27 – Tout m’a été livré par mon père, et personne ne reconnaît le Fils, sinon le Père, ni personne ne reconnaît le Père, sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le dévoiler.
28 – Ici, près de moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, moi je vous donnerai du repos ;
29 – prenez mon joug sur vous et apprenez de moi, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez du repos pour votre vie ;
30 – car mon joug est commode et ma charge légère.

Mon analyse :
D’après Jésus, le message de Dieu est resté inconnu de ceux qui n’auraient pu le mettre en application car trop timorés pour révolutionner leur pensée. Ce sont ceux qui étaient vierges de toute contrainte intellectuelle qui l’ont reçu, car ils pourront le mettre en œuvre. Enfin Jésus rappelle qu’il est la seule voie qui mène à Dieu car ni lui ni Dieu ne peuvent être connus directement des hommes. Il rassure enfin les disciples quant à la difficulté de suivre son exemple et leur promet son aide dans leur cheminement. Cela rappelle la façon dont les cathares considéraient que Jésus avait dit aux disciples que, de toutes les épreuves qui les attendaient, il leur supprimerait la quasi totalité et que, pour la dernière (le bûcher), il les aiderait tant qu’elle leur serait supportable.

Voici comment je reçois ces textes.