Archives de catégorie : Histoire générale

Les limites de l’historien

L’histoire, roman véridique

Il est courant, et assez général dans les activités humaines, quand on pratique une discipline astreignante avec motivation et compétence, de finir par attribuer à cette discipline des qualités qu’elle n’a pas forcément.
Ce qui définit le caractère scientifique d’une discipline c’est son adossement à des lois qui rendent reproductibles et vérifiables les expériences menées dans son champ d’application par lesquelles on pourra obtenir une connaissance exacte et approfondie du sujet observé. Continuer la lecture

La pierre du siège

Si vous passez par Carcassonne et que vous visitiez la basilique Saint Nazaire et Saint Celse située au sud de l’enceinte, vous verrez dans le transept sud, juste au-dessus de la cloche posée au sol, un bas relief constitué d’un morceau de sarcophage.

Il représente une bataille menée à l’occasion d’un siège. On distingue au centre de l’image (ligne bleue) la rivière aux pieds de la cité dont les remparts sont bien rendus. À droite de l’image, une pierrière est manipulée par les défenseurs (carré vert) et en haut et à droite un ange aux ailes déployée tient dans ses bras un nouveau-né (cercle rouge) figurant l’âme d’un mort. Continuer la lecture

L’histoire des religions est-elle aujourd’hui une mission impossible ?

Introduction

J’avais déjà, dans un article vieux de près de deux ans, évoqué les paradoxes de la recherche historique, particulièrement présents en matière d’histoire des religions.
Je me dois de rajouter à ce sujet quelques éléments de compréhension qui vont peut-être surprendre vos tranquilles certitudes en matière de fiabilité de ce qui apparaît souvent comme une science alors qu’il s’agit au mieux d’un art.
Il en va de la recherche historique comme de la médecine et de la justice. Cette discipline ne pose pas de lois en elle-même mais elle utilise les lois posées par des sciences qu’elle utilise aux fins de résoudre ses problèmes, voire ses paradoxes.
En fait, médecine et histoire sont deux activités qui fonctionnent sur le même principe que la justice, à savoir l’enquête qui sert à mettre en évidence des hypothèses et l’intuition qui sert à trier parmi les hypothèses afin de dégager un choix préférentiel que l’on va tenter d’étayer au mieux. Ensuite, soit on obtiendra un résultat indiscutable (aveu, guérison, confirmation secondaire), soit on devra conserver la modestie d’accepter que le résultat soit sujet à remise en question ultérieure.
Comme en médecine et en enquête policière et judiciaire, la recherche historique utilise des outils validés par d’autres sciences. L’étude des documents utilise les sciences physiques pour les dater et les sciences humaines pour les situer dans leur contexte social et humain. Mais elle ne peut se limiter à cela et elle va être amenée à formuler des hypothèse qu’elle cherchera à valider ou à écarter.
C’est le centre de mon propos d’aujourd’hui. Continuer la lecture

Préhistoire et Antiquité

Introduction

Avant de me lancer dans une tentative de présentation, aussi cohérente que possible, de l’histoire du christianisme, il m’a semblé indispensable de faire une présentation simplifiée de tout ce qui a précédé.
Cela permet d’abord de comprendre que l’évolution est un phénomène très ancien, mais que la partie qui nous intéresse concerne une période extrêmement brève que nous avons tendance à hypertrophier par rapport au reste.
Le but de cette série de documents est donc de vous donner des jalons permettant de se situer chronologiquement dans un ensemble de références variées et pourtant souvent interactives les unes par rapport aux autres. Continuer la lecture

Carcassonne et ses bourgs au début du XIIIe siècle

Nous sommes encore loin de réelles certitudes concernant la façon dont se présentait la cité de Carcassonne à l’aube de l’attaque des croisés en août 1209.
Cependant, les travaux archéologiques permettent de mettre en avant l’hypothèse de constructions s’étendant de façon concentrique à partir de la cité, au fur et à mesure de l’accroissement de la population.
Marie-Élise Gardel que connaissent bien les personnes intéressées par l’archéologie castrale (Lastours, Saissac), a participé à un travail collectif sur l’archéologie de la cité et y a présenté un travail que j’ai trouvé intéressant et dont je reproduit ici la vision figurée des enceintes de la ville selon ce que j’ai retenu de son texte, publié dans l’ouvrage de la Société d’études scientifiques de l’Aude de 2001. Continuer la lecture