La Toussaint

Information

Offrez Catharisme d'aujourd'hui


381 vue(s)

Comme c’est le cas pour d’autres fêtes catholiques, la Toussaint fut mise en place pour tenter d’organiser à l’avantage de l’Église chrétienne dominante les restes des cultes païens dont les fidèles ne parvenaient pas à se départir.

En effet, dans le nord de l’Europe, le 1er novembre était la fête de la fin de l’année, l’équivalent de la Saint Sylvestre chez les catholiques. Elle précédait le jour de l’an, appelé Samhain, que les irlandais importeront aux États-Unis sous le nom d’Halloween. Depuis le XIe siècle, ce 2 novembre est devenu la fête des morts où l’on célèbre les défunts.

Rappel historique

La Toussaint célébrait à l’origine les martyrs qui avaient donné leur vie lors des répressions que les empereurs romains avaient lancé contre les chrétiens jusqu’à ce que Théodose fit du christianisme catholique la seule religion autorisée. Pour ce faire, le pape Boniface IV eut l’idée de récupérer un ancien temple païen, épargné à l’époque de Théodose, qui était initialement dédié à l’ensemble des dieux romains, d’où son nom de Panthéon. Ce temple, élevé vingt-cinq ans environ avant la date présumée de la naissance de Jésus, fut alors dédié à la vierge Marie et aux martyrs le 13 mai 610 et l’on y transporta les ossements des martyrs jusque là éparpillés dans les cimetières de Rome. Un siècle plus tard, le pape Grégoire III fit construire une chapelle dans l’église de saint-Pierre, au Vatican, dédiée elle aussi à la vierge et aux martyrs. L’apparente rivalité entre les deux lieux fut résolue par la fixation d’une date unique de célébration. Cette date fut choisie de façon à ne pas perturber les travaux des champs, d’où le choix du 1er novembre qui présentait également l’avantage de masquer les pratiques païennes des populations encore attachées à ces croyances anciennes. Cette date fut définitivement fixée par le pape Grégoire IV vers 835.

C’est au XIe siècle que fut ajouté le jour des morts, le 2 novembre. Cette fête n’est pas reconnue de la plupart des Églises réformées et les Orthodoxes la fêtent le dimanche suivant Pentecôte.

Le Concordat de 1801 la reconnaît comme une des fêtes chômées et en 1914, le pape Pie XI en fit une fête d’obligation — ou de précepte —, c’est-à-dire que les catholiques se doivent d’y participer. EN France il n’y a que quatre fêtes d’obligation : le jeudi de l’ascension, l’assomption (15 août), la toussaint (1er novembre) et Noël (25 décembre).

Commentaire

La toussaint, qui n’est issue d’aucune tradition liturgique, est une fête un peu particulière dans la mesure où elle veut célébrer tous les saints, connus et inconnus. En cela elle montre une reconnaissance implicite par l’Église catholique que la grâce divine peut aussi toucher des personnes non reconnues saintes par elle-même. Si l’on en revient à l’origine, cela n’est pas anormal vu que les catholiques ne furent pas les seules victimes des répressions romaines et que d’autres courants chrétiens payèrent un lourd tribu, dont notamment le courant le plus nombreux jusqu’à la fin du quatrième siècle, les Marcionites.

Les Cathares, qui s’en tiennent strictement à l’authenticité de l’Église primitive, ne célèbrent donc pas cette fête. Cela tient également au fait que notre tâche dans cet enfer mondain n’est pas de nous arrêter à regarder un passé qui ne nous concerne plus, mais de nous concentrer au présent sur notre cheminement personnel. Cela explique aussi que, pour les Cathares, la quasi totalité des fêtes catholiques sont, soit nulles et non avenues car créées dans un but de masquage d’une pratique païenne (comme Toussaint et Noël), soit injustifiées car célébrant un événement non reconnu (comme la semaine sainte et Pâques). En fait, les Cathares ne pouvaient célébrer qu’un seul événement, celui par lequel les disciples reçurent le baptême d’esprit, la Consolation, transmise par le Saint-Esprit le jour de la Pentecôte.

Leave a comment

Message
Name
E-mail
URL

4 × un =

0