6-Communication

Quelques notes sur les Cathares et le Catharisme

Expression
145 vue(s)

Voici un an, Bertran de La Farge m’adressait ce courrier :

« Bonjour Eric,

Je continue à patauger dans les em… ments, avec quelques hauts et beaucoup de bas ! J’essaye d’émerger. Tu trouveras ci-joint une note que j’avais commencée il y a quelques mois. Elle reflète simplement mes pensées sur les éternels semeurs de zizanies et d’anathèmes dont la devises est : « Moi, j’suis contre ! » Cette note se termine par une copieuse liste, volontairement en vrac, de personnes régulièrement visées par les habituels agresseurs pathologiques. J’ai dû involontairement oublier quelques noms « d’amis » et volontairement « oublier » quelques autres… Vérifie quand même cette liste.
Bertran de La Farge »

Voici donc cette note qui retrouve encore plus d’actualité au vu des événements de ces derniers mois.

« Depuis le début de notre XXIe siècle, quelques chercheurs, essentiellement français, s’efforcent de convaincre le public que les Cathares n’ont jamais existé !

Aussi, qu’il me soit permis de porter à leur connaissance un très intéressant document bibliographique, parmi d’autres qui semblent leur faire défaut alors que de tels documents sont archiconnus et authentifiés depuis pas mal de temps (!), par plusieurs générations « d’historiographes ».
Qui a dit ? : « qui de damnata Catharorum heresi sunt vehementer suspecti et graviter infamati » ?
Premier indice : ce document fut rédigé le 21 novembre 1202
Deuxième indice : son auteur a écrit d’autres missives traitant du même sujet avec le même vocabulaire. Et, qui plus est, à la même époque, il ne fut pas le seul. Ce qui devrait nous conduire à déduire que sept années avant la sinistre Croisade (des) Albigeois, l’usage pouvait être d’identifier, de manière indélébile, certains « hérétiques » par le nom de Cathares !
Troisième indice : l’auteur de ces missives rédigées en latin, en 1202, fut un certain Giovanni Lotario de Segni, plus connu sous l’appellation d’Innocent III, 176e Pape, de 1198 à 1216, qui fut, en particulier, tout simplement, l’instigateur de la Croisade (contre) les Albigeois (!) et qui, d’une part, devait savoir de qui et de quoi il parlait et qui, d’autre part, n’avait aucune raison de s’abstenir d’utiliser personnellement, pendant les dix-huit annnées de son pontificat, le mot Cathare (issu du grec et de sa traduction en latin). »

MAIS IL Y A D’AUTRES RAISONS PRINCIPALES, plus anciennes et hautement pertinentes, qui sont tout simplement issues de la langue utilisée par les rédacteurs et les traducteurs des évangiles, en particulier à partir des versions rédigées en grec par les quatre évangélistes et par quelques disciples du Christ. L’important n’est pas le nom donné à ce courant du Christianisme que nous appelons « Catharisme » ou « Christianisme cathare ». L’important est son contenu, Peu importent les noms qui lui sont donnés. Les premières écritures Saintes furent essentiellement rédigées en grec et il coulait de source que chaque fidèle vivant à cette époque s’exprimait alors en grec, ne serait-ce qu’afin de situer le niveau spirituel qu’il souhaitait atteindre ou qu’il avait atteint lors des étapes de l’enseignement de l’Évangile.
C’est ainsi que ce sont des mots grecs qui furent utilisés comme mots clés et comme codes, destinés à jalonner les importants « fils rouges » majeurs de l’Enseignement du Christ (La Bonne Nouvelle ; l’Évangile). L’un de ces CODES MAJEURS est destiné à l’enseignement du thème de la Purification de chacun. Le mot « pur », en français, est la traduction du mot grec « katharos ». Dans le Nouveau Testament, initialement en grec, quatre mots sont dérivés de katharos : katharizo, katharis, katharismos, katharotes (purifier, purification, etc.). Tout lecteur, tout disciple de l’Évangile, en grec, trouvera ce vocabulaire de 5 mots répartis 60 fois dans 60 versets, souvent liés à d’autres mots clés pertinents, comme kardia (cœur), téléios (parfait), ce dernier désignant celui qui a atteint le Salut, l’apothéose de la purification de tout son être et son retour en Dieu.

C’est ainsi, et entre autres, que, pendant les 3 premiers siècles de l’évangélisation, les disciples chrétiens qui étudiaient et pratiquaient la purification de l’être (corps, âme et esprit) étaient qualifiés, en grec, de « katharoï » (« purs ») et de « téléios » (parfaits), en français. C’est ainsi qu’en français, tout comme en anglais et dans d’autres langues, le mot « pur » (« pure ») a été progressivement transformé en un néologisme familier : « Cathare », « Cathar », etc.) d’où quelques siècles plus tard, les appellations de « Cathares », de « Parfaits » et de leurs dérivés.

DU GREC AU LATIN ET AUX LANGUES VERNACULAIRES. Pendant les premiers siècles de notre ère, l’écriture, l’enseignement et la pratique de l’évangile furent essentiellement dispensés en langue grecque. (accompagnés d’écrits en araméen-syriaque et en copte). L’usage quotidien des mots grecs katharos, katharoî et katharismos (cathare, cathares et catharisme) n’a rien d’exceptionnel. Quant au mot grec Téléios signifiant « Parfait », il éclaire significativement l’utilisation de « Pur» et de « Purification » dans 17 versets du Nouveau Testament. Lorsque le latin et d’autres langues vernaculaires vinrent remplacer le grec, les mots de katharos et de katharoï, cessèrent progressivement d’être utilisés et furent remplacés par leurs traduc- tions en diverses langues vernaculaires. Les premières traductions en langue latine apparurent timidement lors du IIe siècle et surtout lors du IVe siècle (Vetus Latina, de Stridon et Vulgate, de Jérôme). Mais d’autres mots prirent leurs places, en d’autres langues, Aussi est-il tendancieux et injustifié de s’acharner, aujourd’hui, contre les mots cathare et catharisme, Mais il est tout à fait acceptable d’utiliser d’autres définitions synonymes qui éclairent la signification de Cathares et de Catharisme, telles que Bons Chrétiens, Bonshommes, Bonnes Dames, ou Amis de Dieu, etc.

Le Catharisme, aujourd’hui et au cours des premiers siècles de la Chrétienté, est et fut un Courant du Christianisme. Mais de grâce, épargnons aux Cathares de tous temps les appellations et contre-sens malveillants et souvent calomnieux d’hérétiques et de dissidents car ils ne le sont ni ne le furent ! En effet les Chrétiens cathares, tout comme les Chrétiens catholiques, ont toujours affirmé leur Christianisme dont ils ne furent et ne sont ni les hérétiques ni les dissidents ! « Mais… qui veut tuer son chien, ne l’accuse-t-il pas de la rage ?! » Hélas !

Enfin, à ceux qui affirment obstinément que les mots Cathare et Catharisme sont des artefacts inventés au cours du XXe siècle par des farfelus qui n’ont aucune compétence en cette matière, nous rappellerons qu’en fait, le mot cathare et la plupart de ses synonymes ont, par exemple, été abondamment répertoriés et utilisés pour signifier : « on les appelait Cathares, c’est-à-dire Purs » (7 occurrences) par Bossuet (1627-1704) et, par quelques milliers de fois par des centaines d’autres chercheurs, théologiens, écrivains et historiens, de 1700 à… aujourd’hui, sans interruption, pendant 3 siècles ! Quant aux offensives actuelles contre le bien-fondé de ces mots, elles prennent, hélas, la forme de curieuses entreprises révisionnistes, négationnistes et même « complotistes » (puisque tout « cela » aurait été fomenté, selon eux, par l’Église catholique elle-même !) Machiavel n’est pas loin !

Rendons plutôt, ci-dessous, hommage aux hommes et aux femmes remarquables : historiens, chercheurs, religieux, philosophes, artistes, militants et romanciers qui, au cours des XIXe, XXe et XXIe siècles, par leur passion, leur foi, leur enthousiasme, leur persévérance, leurs travaux, leurs écrits et diverses réalisations, nous ont permis, nous permettent aujourd’hui et nous permettront demain, de connaître le « vrai visage des Cathares » :

« Déodat Roché, René Nelli, Jean Duvernoy, Michel Roquebert, Zoé Oldenbourg, Anne Brenon, Francis Loubatières, Ylva Hagman, Beverly M. Kienzle, Maurice Magre, José Dupré, Lucienne Julien, Christine Thouzellier, Michel Jas, Jordi Ventura i Subirats, Flocel Sabaté, Francesco Zambon, Jordi Savall, Jean-François Laffont, Simone Weil, Édouard de Laportalière, Simone Hannedouche, Jordi Passerat, Marvyn Roy Harris, Peter T. Ricketts, Yvan Roustit, Peter Wunderli, Pilar Jimenez, Edina Bozoky, Krystel Maurin, Peter Vogt, M. le Duc de Lévis-Mirepoix, Bertran de La Farge, Henri Gougaud, Muriel Batbie-Castell, Olivier Cébe, Gérard Le Vot, Annie Cazenave, Jean-Philippe de Tonnac, Franjo Sanjek, Ernst Ulrich Grosse, Magali Husson, David Zbiral, Daniela Müller, Suzanne Nelli, Denis Crépin, Raoul Manselli, Jean Blum, Philippe Contal, Fabrice Chambon, Jean Clergue, Christian Salès, Georges d’Humières, Yves Rouquette, Dominique Baudis, Patrick Lasseube, Claude Sicre, Yves Maris, Fernand Niel, Fernand Costes, Emmanuel Le Roy-Ladurie, Claude Marti, Jean Villotte, Henri Corbin, Charles Delpoux, Alexandre Rougé, Raimonde Reznikov, Philippe Martel, Philippe Roy, Jean Blanc, Prosper Estieu, Stym-Popper, Enrico Riparelli, Roberto Berretta, Gilles-Henri Tardy, Napoléon Peyrat, Antonin Gadal, Auguste Teulié, Georgi Semkov, Arthur Guirdham, Malcolm D. Lambert, Yuri Stoyanov, James McDonald, Paul Lecour, Richard Loiret, Éric Delmas, Jean-Louis Gasc, Alèm Surre-Garcia, Jacques Berlioz, Arno Borst, Ruben Sartori, Martin Aurell, Monique Vidal, José Vidal Tolosa, Marie-Élise Gardel, André Czeski, Charles Schmidt, Roland Poupin, Werner Rhis, Uwe Brunn, Stephen O’Shea, Andrew Phillip Smith, René Weis, Malcolm Barber et bien d’autres (Selon un tri stochastique des listes passées, présentes et à venir, non exhaustives et non limitatives). »

Expérience.

Expression
109 vue(s)

Expérience

Je suis éducatrice dans un foyer d’handicapés mentaux, j’ai une collègue de formation psychologue avec qui j’aime parler de sujets qui dépassent la psychologie. Un jour, elle me dit : « viens je vais te montrer une petite fée ». Elle m’entraine dans la chambre de garde et me montre une elfe en photo sur une revue. Puis, elle me raconte qu’elle voudrait trouver le prince charmant et avoir des enfants. Seulement, je sentais que son discours me « gonflait » et je m’entends dire violemment : « L’évolution c’est de ne pas avoir d’enfant » et elle me retorque du tac au tac : « c’est pas nouveau ce que tu dis là, les cathares en disaient tout autant ! » . Nous sommes retournées à notre travail sans un mot de plus.

Mais, je pensais : qu’est-ce qui m’a pris de dire ça, ce n’est pas sympa, c’est une collègue et en plus psychologue. Je réfléchis et je pense que j’ai raison, on dit des pays où les gens ont de nombreux enfants qu’ils sont en voie de développement.

Ma collègue dit que je parle comme les cathares. Qui sont ces cathares ? Je vais à la médiathéque de ma ville, à la recherche de livres sur les cathares. Je m’aperçois que j’adhère à leur philosophie. Que moi-même je ne désire pas avoir un mari ni des enfants, que je ne suis pas attirée de tout ce que nous présente la société de consommation.

J’en reviens à ma collègue avec qui je travaillais depuis plus de dix ans et qui ne m’avait jamais parlé des cathares. Alors, je lui demande pouquoi elle m’en a parlé. D’origine polonaise, elle me dit que son grand-père se prénommait Bogomile. Ses deux parents étaient instituteurs et lui ont appris à lire très jeune, c’est à dire qu’à l’âge de sept ans elle lisait dèjà des livres sur les cathares. Vers l’âge de vingt ans, elle est arrivée dans une famille à Paris, qui lui a demandé ce qu’elle voulait visiter, la première des choses c’est visiter le château de Montségur.

Maintenant, nous avons elle et moi dépassé la cinquantaine et nous sommes restées célibataire sans enfant.

Citations & sentences

6-Communication
154 vue(s)

Tous les mois, pendant plusieurs années, nous publiions une citation, maxime ou sentence qui nous semblait en rapport avec le catharisme. Mais, le mois suivant, elle retournait à l’oubli d’où nous l’avions tirée.
Pour remédier à ce défaut et, faute de nouvelles citations à proposer — par manque de temps —, nous vous les proposons ici. Ainsi, vous pourrez les consulter durablement dans cet article et si vous souhaitez nous en proposer une qui vous semble intéressante, il vous suffit de nous l’envoyer via le formulaire de contact disponible en haut de page dans l’onglet “Utilisateurs”.

Les voici par ordre chronologique :

Roman pseudo-clémentin (Ier-2e siècle), Engagement solennel destiné à ceux qui reçoivent le livre (NDLR : la prédication de Pierre) :

« […]Notre Pierre rappelle qu’il est nécessaire et opportun de préserver la vérité, en refusant de communiquer à n’importe qui les livres de ses prédications qu’il nous envoie, mais à un homme de bien et de réflexion…[…]
[…]En conséquence, qu’on ne le mette pas à l’épreuve moins de six années…[…]
[…]Qu’il répète ces mots : (NDLR. suit un serment sur l’engagement de préserver ces textes de toutes possibilités de les voir tomber dans des mains impies mais, plus étonnant voici une partie du serment relative à d’éventuelles découvertes faites par cet homme de bien) Mais même si j’en viens à soupçonner l’existence d’un autre Dieu, je l’atteste lui aussi maintenant que je n’agirai pas autrement, que ce Dieu existe ou qu’il n’existe pas…[…]

Pierre Authié (XIVesiècle) – Bon-chrétien de la fin du catharisme occitan (France)

« À l’avenir, quand vous verrez un bon homme, ne l’interrogez plus ; lui sait ce qu’il doit dire, et vous pourriez en interroger un qui ne saurait pas vous répondre. »
Registre d’inquisition de Pamiers

Jacques Authié (XIVesiècle) – Bon-chrétien de la fin du catharisme occitan (France)

« Mais ce n’est pas pour cela que les croyants devaient s’échauffer à faire le mal, car faire le mal à quoi que se soit, même au diable était un péché.
[…]
Faire le mal est chose si grave, que même pour une bonne cause, ou dans l’espoir d’être reçu par nous, on ne devrait pas faire le mal. »
Registre d’inquisition de Pamiers

 Jean de Lugio (XIIIesiècle) – Évêque cathare de Desenzano (Italie)

« Si Dieu ne veut pas tous les maux, s’il ne veut ni mentir ni se détruire lui-même, sans nul doute, il ne le peut pas. Car ce que Dieu dans son unité ne veut pas, il ne le peut pas ; et ce qu’il ne peut pas, il ne le veut pas. »
 Le livre des deux principes

Prades Tavernier (XIVesiècle) – Bon-chrétien de la fin du catharisme occitan (France)

« Étroites sont les voies de Dieu le Père, et rudes, larges et douces sont les voies de Satan, car ceux qui sont dans les voies de Satan font tout ce qu’ils veulent ; ils ont l’air ou les délices du monde. »
Mais le Fils de Dieu dit aux bons chrétiens, quand il fut de retour au ciel : ” […] Il y a trois chairs, l’une est celle des hommes, l’autre celle des bêtes, la troisième est celle des poissons, qui se fait dans les eaux. Vous autres, mes petits enfants, ne mangez que de celles qui se font dans les eaux, car elles sont sans corruption ; mais les autres se font avec la corruption, et elles rendent la chair fort orgueilleuse.” »

Pierre Maury de Montaillou (XIVe siècle) – Croyant exilé à San Mateo
« Car il n’y a personne qui ait eu un moment “la entendensa del Be”, qui ne soit  désireux de vivre auprès du “Be”. On ne sait pas en effet quand on doit mourir et il faut s’efforcer d’être auprès du “Be” pour pouvoir l’avoir quand on est malade. » Reg. Inqui. Pamiers T. 3 p. 758
Analyse : Cette phrase est la meilleure définition du croyant que l’on puisse trouver.
« Si on ne peut avoir sur sa fin des messieurs, dans lesquels on a mis sa foi et que l’on a demandés, à défaut de terrestres qui vous reçoivent, on en aura de spirituels. » Reg. Inqui. Pamiers T. 3 p. 758
Analyse : Phrase à attribuer à Bélibaste qui la prononce plus tard, après son arrestation. Jean Duvernoy y voit une forme de laxisme alors qu’en fait c’est d’une grande cohérence que de penser que le monde matériel ne saurait être plus puissant sur les émanations divines que ne l’est forcément le principe du Bien.

Sans lien apparent avec le catharisme, d’autres auteurs nous livrent des réflexions qui s’avèrent tout-à-fait utiles dans notre cheminement. Aussi ai-je choisi de vous les présenter ci-dessous :

Blaise Pascal (1623-1662) – Philosophe

« Car enfin, qu’est-ce que l’homme dans la nature ? Un néant à l’égard de l’infini, un tout à l’égard du néant, un milieu entre rien et tout. » Pensées (article II, misère de l’homme sans Dieu).

« La seule chose qui nous console de nos misères est le divertissement, et cependant c’est la plus grande de nos misères. » Ibid.

« L’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de la nature ; mais c’est un roseau pensant. Il ne faut pas que l’univers entier s’arme pour l’écraser : une vapeur, une goutte d’eau, suffit pour le tuer. Mais, quand l’univers l’écraserait, l’homme serait encore plus noble que ce qui le tue, parce qu’il sait qu’il meurt, et l’avantage que l’univers a sur lui ; l’univers n’en sait rien. » Pensées (article VI, les philosophes)

Emil Cioran (1911-1995) Philosophe

« Dès qu’on commence à vouloir, on tombe sous la juridiction du Démon » De l’inconvénient d’être né

Georges Bernanos (1888 – 1948)

« Ce n’est pas la règle qui nous garde, c’est nous qui gardons la règle » Dialogue des Carmélites

François Decret (XXe siècle) Historien

« À la différence de la connaissance rationnelle et discursive, qui aboutit au concept et opère par déductions et propositions théoriques, la Gnose, qui échappe aux mécanismes de la logique et à ses démarches spéculatives, propose son enseignement sous forme de mythe. »  Mani et la tradition manichéenne.

Andy Wachowsky (XXe siècle) Cinéaste

« Il y a une différence entre connaître le chemin, et arpenter le chemin. » Matrix

« N’as-tu jamais fait un de ces rêves qui ont l’air plus vrai que la réalité ? Si tu étais incapable de sortir d’un de ces rêves, comme ferais-tu la différence entre le monde réel et le monde des rêves ? » Matrix

« Tu n’es qu’un esclave Neo, comme tous les autres tu es né enchaîné. Le monde est une prison où il n’y a ni espoir, ni odeur, ni saveur. Une prison pour ton esprit. » Matrix

Remerciements

6-Communication
180 vue(s)

Remerciements

Il ne suffit pas d’avoir la volonté pour que la compétence suive ipso facto.
C’est pourquoi nous tenons à remercier les personnes qui nous ont apporté de façon ponctuelle ou durable leur aide.

Jean-Luc Séverac

Cet artiste, est l’auteur de la “colombe de lumière” qui figure sur la stèle située à Minerve (Hérault) en évocation des cathares. Cette colombe à longtemps orné le site avec son aimable autorisation. Voici la présentation de l’artiste :
La colombe de lumière« La croisade contre les cathares commença en juillet 1209, avec la prise de Béziers et de Carcassonne. En 1210 l’armée catholique s’empara de Minerve. Les cathares qui s’étaient réfugiés dans le village furent placés devant le choix : abjurer leur foi ou être brûlés vifs.
Le chroniqueur raconte comment, au nombre de cent-quarante, ils sautèrent dans les flammes, en se tenant par la main et en chantant.
Sur l’emplacement présumé du bûcher se trouve actuellement un monument. L’inscription occitane “als catars” signifie : “aux cathares”.
L’auteur a voulu un monument aussi sobre que possible. “C’est une sculpture de lumière”, dit-il, “un signe solaire, un monument de la paix. La lumière, le soleil et la paix sont les forces que le catharisme représente. Les cathares s’étaient élevés au-dessus de la matière. Voilà pourquoi je n’ai pas fait une colombe de pierre, mais une colombe de lumière. La lumière, c’est-à-dire l’absence de matière, est la seule chose qui puisse symboliser le catharisme”. »
Merci donc pour nous avoir autorisé à utiliser et à adapter cette magnifique œuvre.
Merci également à vous Jean-Luc mais aussi à votre épouse pour votre accueil chaleureux et votre conversation captivante.
Nous rappelons que cette sculpture, ainsi que le dessin de la colombe, sont des œuvres couvertes par le droit d’auteur dont l’usage ne peut se faire sans autorisation de l’auteur.

Visitez la page personnelle de l’artiste.

Aux anonymes

Ils m’ont aidé à de multiples occasions à résoudre les petits et gros soucis posés par ce site en terme de structure et de fonctionnement. Et ces remerciements vont, de façon anticipée, à tous ceux qui continueront à m’assister tant sur le plan technique que graphique.

Aux auteurs

Par leurs contributions ils permettent à cette idée de poursuivre son œuvre et aux intervenants des réseaux sociaux qui jouent pleinement le jeu de l’approfondissement de la pensée cathare par la mise à l’épreuve du point de vue individuel. Je reste convaincu que, si nos anciens ne vivaient jamais à moins de deux, c’était pour ne jamais se priver de cette possibilité.

Informatique et libertés

6-Communication
135 vue(s)

Informatique et libertés

1) Protection des libertés individuelles

« Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés (Journal officiel du 7 janvier 1978 et rectificatif au J.O. du 25 janvier 1978)
Chapitre IV : Collecte, enregistrement et conservation des informations nominatives…
Article 26
Toute personne physique a le droit de s’opposer, pour des raisons légitimes, à ce que des informations nominatives la concernant fassent l’objet d’un traitement.
Ce droit ne s’applique pas aux traitements limitativement désignés dans l’acte réglementaire prévu à l’article 15.
Article 27
Les personnes auprès desquelles sont recueillies des informations nominatives doivent être informées :
– du caractère obligatoire ou facultatif des réponses ;
– des conséquences à leur égard d’un défaut de réponse ;
– des personnes physiques ou morales destinataires des informations ;
– de l’existence d’un droit d’accès et de rectification.
Lorsque de telles informations sont recueillies par voie de questionnaires, ceux-ci doivent porter mention de ces prescriptions.
Ces dispositions ne s’appliquent pas à la collecte des informations nécessaires à la constatation des infractions…
»

Les informations obligatoires qui vous sont demandées sont destinées au secrétariat du site qui en assure la sécurité.
Si vous ne nous transmettez pas tout ou partie de ces informations votre demande ou document seront rejetés.
Vous pouvez demander communication et rectification de tout ou partie des informations vous concernant qui figurent dans nos fichiers.
Pour ce faire vous devez nous renseigner le formulaire ci-dessus en y joignant une copie du recto de votre pièce d’identité, en fichier joint.
Si les rectifications demandées nous semblent incompatibles avec la qualité de l’information que nous transmettons, nous nous réservons le droit de suspendre le service correspondant vous concernant.
Les documents publiés sur le site le sont sous la responsabilité de leurs auteurs et ne sauraient en aucun cas engager le site et ses responsables.

Fichier de données personnelles concerné (obligatoire)

Nature de votre demande (obligatoire)
ModificationSuppression

Par ma demande j'accepte les conditions fixées par le site et l'association, telles que précisées ci-dessus.

Pièce d'identité (obligatoire) :

2) Déclarations légales

La déclaration légale d’un site internet, ou d’un fichier d’adhérent d’une association sans but lucratif,  auprès de la Commission Nationale Informatique & Libertés n’est plus une obligation mais le site et l’association Culture et études cathares s’engagent à respecter les obligations de la loi en ce domaine.
Nos outils de collecte de données ont fait l’objet d’une déclaration légale sous le n° 1383430 sous la dénomination : « gestion d’un site internet interactif et de forums ».

3) Collecte de données

Les informations que vous nous transmettez par l’intermédiaire d’un courriel, d’un formulaire quelconque ou à l’occasion de la publication d’un document ne servent qu’à l’usage qui est prévu pour le service concerné et, éventuellement à la vérification de la véracité des-dites informations ou de leur origine.
Nous assurons des mises à jour régulières du logiciel principal et des éléments annexes (plugin, thèmes, traductions, etc.) afin de réduire le risque de piratage. Nous avons également un certificat SSL qui renforce la sécurité des données transitant entre votre ordinateur et le site via un système de chiffrement.
Cependant la sécurité des transmissions sur internet ne met pas à l’abri d’un captage illicite des informations lorsque vous envoyez le formulaire. En cas d’intrusion ou de vol de données, nous porterons plainte et nous vous informerons dès que nous aurons connaissance du délit.

3 – 1) Abonnement et publications sur le site Catharisme d’aujourd’hui

Les données recueillies sont :
— Les cookies, qui sont gérés automatiquement par le logiciel de gestion du site (WordPress®), ainsi que le précise le bandeau d’information apparaissant lors de votre accès au site. Vous pouvez le valider et alors il n’apparaîtra plus les fois suivantes ou quitter le site ;
— le formulaire d’enregistrement des auteurs. Il est automatiquement détruit quand nous supprimons le compte d’un auteur. Si le document publié ne peut être retiré du site en raison de son intérêt, il est attribué à l’administrateur qui précise dans le document le nom de l’auteur.
Les données recueillies sont de nature à permettre l’identification et le contact avec la personne concernée, notamment en cas de litige de son statut d’auteur. Elles ne peuvent être communiquées qu’aux autorités habilitées qui en feraient la demande.
— le formulaire d’abonnement au site. Il contient les données permettant d’identifier un abonné et de le contacter afin de pouvoir intervenir en cas de litige. Ces données sont supprimées à la fin de l’abonnement, sauf renouvellement.

3 – 2) Achats dans la boutique du site

Ces données sont stockées dans la base de données du site sous deux formes : un fichier client dépendant du logiciel gérant la boutique et un fichier utilisateur regroupant les personnes admises à accéder à tous les éléments du site. Les données ne sont en aucun cas transmises à des tiers.
Les données recueillies sont de nature à permettre l’identification et le contact avec la personne concernée, notamment en cas de litige concernant les commandes. Elles ne peuvent être communiquées qu’aux autorités habilitées qui en feraient la demande. Certains produits font l’objet d’un traitement supplémentaire comme indiqué dans les chapitres suivants.

3 – 3) Adhésion à l’association Culture et études cathares

Les données du formulaire sont conservées dans la base des utilisateurs du site et dans une base de données externe au site. Ces données sont conservées aussi longtemps qu’elles sont pertinentes, c’est-à-dire pour le temps d’une adhésion à l’association ou pour le temps de recours éventuel pour la base de données documentaire. Seul les membres du Conseil d’administration peuvent y avoir accès et elles ne sont en aucun cas cédées, à quelque titre que ce soit à des organismes extérieurs.
Les données recueillies sont de nature à permettre l’identification et le contact avec la personne concernée, notamment en cas de litige concernant l’adhésion. Elles ne peuvent être communiquées qu’aux autorités habilitées qui en feraient la demande.

3 – 4) Données relatives à la base de données historiques

La consultation de la base de données historiques est soumise à une réglementation visant à protéger le droit d’auteur, conformément à la loi sur la propriété intellectuelle. À cette fin, un formulaire doit être rempli et validé afin de garantir que les documents prêtés — dont la plupart sont soumis au droit d’auteur —, ne feront pas l’objet d’une diffusion non contrôlée. Toute infraction aux engagements pris par le renseignement du formulaire et son envoi sont susceptibles de poursuites judiciaires. La demande de documents doit être considérée comme la consultation en bibliothèque de recherche ou dans un service d’archives.
Les données recueillies sont de nature à permettre l’identification et le contact avec la personne concernée, notamment en cas de litige concernant le respect des obligations du consultant. Elles ne peuvent être communiquées qu’aux autorités habilitées qui en feraient la demande.

4) Protection de la propriété intellectuelle et droit d’auteur

« Loi n° 92-597 du 1er juillet 1992 relative au code de la propriété intellectuelle (Journal officiel du 3 juillet 1992).
Livre Ier – Titre Ier Objet du droit d’auteur
Chapitre Ier – Nature du droit d’auteur
Art. L. 111-1 : L’auteur d’une œuvre de l’esprit jouit sur cette œuvre, du seul fait de sa création, d’un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous…
Chapitre II – Œuvres protégées
Art. L. 112-1 : Les dispositions du présent code protègent les droits des auteurs sur toutes les œuvres de l’esprit, quels qu’en soient le genre, la forme d’expression, le mérite ou la destination.
Art. L. 112-2 : Sont considérées notamment comme œuvres de l’esprit au sens du présent code :
1° Les livres, brochures et autres écrits littéraires, artistiques et scientifiques ;
2° Les conférences, allocutions, sermons, plaidoiries et autres œuvres de même nature…
7° Les œuvres de dessin, de peinture, d’architecture, de sculpture, de gravure, de lithographie ;
8° Les œuvres graphiques et typographiques ;
9° Les œuvres photographiques et celles réalisées à l’aide de techniques analogues à la photographique…
Art. L. 112-3 : Les auteurs de traductions, d’adaptations, transformations ou arrangements des œuvres de l’esprit jouissent de la protection instituée par le présent code sans préjudice des droits de l’auteur de l’œuvre originale…
Chapitre III – Durée de la protection
Art. L. 123-1 : L’auteur jouit, sa vie durant, du droit exclusif d’exploiter son œuvre sous quelque forme que ce soit et d’en tirer un profit pécuniaire.
Au décès de l’auteur, ce droit persiste au bénéfice de ses ayants droits pendant l’année civile en cours et les cinquante années qui suivent. Toutefois, pour les compositions musicales avec ou sans paroles, cette durée est de soixante-dix années.

4 – 1) Droits et devoirs des auteurs

La publication de documents sur le site ou dans la revue Catharisme – histoire, Spiritualité et Philosophie du catharisme d’hier à aujourd’hui, ne peut en aucune façon faire l’objet d’une rémunération directe ou non.
Chacun est donc libre de collaborer dans cet esprit ou de s’abstenir de collaborer.
Aucun dédommagement ne saurait être demandé a posteriori au titre d’une quelconque participation.
Les documents (textes, programmes, dessins, etc.) servant à l’élaboration du site sont réalisés à titre gracieux par leurs auteurs qui en abandonnent les droits d’usage au site.
Ce dernier ne peut les commercialiser par la suite sans l’accord formel de leurs auteurs.
Les documents constituant le contenu du site sont réalisés par un ou plusieurs auteurs agissant volontairement et à titre gracieux.
Le site peut les diffuser s’il s’avère que leur contenu est en accord avec la politique du site et avec la réglementation en vigueur en France.
Dans ce cadre, les auteurs garantissent qu’ils sont bien les propriétaires de l’œuvre en validant le formulaire de publication.
Un contrôle peut être effectué par le site, par un moyen électronique quelconque ou par l’envoi d’une attestation écrite.
Si nécessaire, les auteurs s’engagent à obtenir les autorisations des autres personnes physiques ou morales détentrices de droits sur ces documents.
Les dessins, schémas, photos ou toute autre illustration accompagnant le document devront être soumis aux mêmes règles que les documents écrits.
En cas de litige concernant le contenu, le site décline toute responsabilité et seules les personnes s’étant déclarés auteurs et/ou possesseurs des droits de publications pourront être poursuivies.
Le site se réserve le droit d’engager des poursuites si ses intérêts sont menacés.
Le ou les auteurs pourront demander à modifier ou supprimer les documents dont ils sont les auteurs tant que leur inscription reste valable. En cas de perte du lien entre l’auteur et le document (suppression de l’inscription, perte du lien courriel, etc.), le document est maintenu sous la signature de l’administrateur jusqu’à ce que l’auteur puisse apporter la preuve réglementaire de ses droits le concernant.

Pour toute question relative à vos droits et devoirs, contactez l’administrateur du site.

Statistiques du site

6-Communication
385 vue(s)

Statistiques du site

Les statistiques ne sont qu’un outil qui permet de voir si le site est correctement accessible et s’il répond à une attente.
Nous essayons de les publier régulièrement et de façon claire et compréhensible par tous afin de rendre compte honnêtement de l’évolution du site, même si cela ne présente aucun enjeu pour ce dernier.
N.B. : À compter de juillet 2019, les statistiques ne concernent plus que le site principal. La bibliothèque cathare étant désormais séparée, ses statistiques n’apparaissent pas, ce qui peut réduire légèrement les chiffres du site principal.

Chiffres des douze derniers mois
Mois Moyenne journalière Totaux mensuels
Pages lues Visites : toutes/unitaire* Pages lues Visites : toutes/ unitaire*
Août 2019 7 049 2 118/748 218 516 65 656/23 200
Juillet 2019 10 242 2 071/831 317 514 64 198/25 761
Juin 2019 12 190 2 191/835 365 692 65 729/25 035
Mai 2019 9 399 2 031/693 291 376 62 964/21 490
Avril 2019 7 673 1 784/744 230 188 53 721/22 327
Mars 2019 8 535 2 481/969 264 579 76 913/30 040
Février 2019 7 180 2 494/866 201 046 69 845/24 255
Janvier 2019 7 823 2 223/806 242 507 68 904/24 971
Décembre 2018 11 540 2 235/741 276 965 69 294/22 970
Novembre 2018 8 144 2 340/801 244 326 70 206/4 026
Octobre 2018 7 323 2 497/763 227 006 77 404/23 648
Septembre 2018 5 055 1 705/586 151 644 51 163/15 789

Chiffres antérieurs

Pour éviter la fastidieuse énumération des statistiques détaillées depuis l’origine du site, je me contente de vous indiquer les moyennes mensuelles pour chaque année. Le site ayant été créé en 2007, je n’ai pas relevé les chiffres des quatre derniers mois de cette année de lancement.

Moyennes mensuelles
Année Pages lues Visiteurs : tous / uniques*
2019 (8 mois) 239 376 65 989/24 633
2018 213 694 67 180
2017 186 915 55 612
2016 204 261 57 712
2015 162 102 48 502
2014 154 602 45 930
2013 147 106 41 196
2012 112 604 34 831
2011 94 760 40 753
2010 60 000 25 673
2009 52 266 14 670
2008 21 730 7 284

* Unitaire : c’est ce que l’on appelle les visiteurs uniques. Il s’agit d’un décompte en fonction de l’adresse IP de l’ordinateur qui sert à la consultation.  Cela permet de ne pas compter la même personne qui reviendrait plusieurs fois dans la même journée ou le même mois, mais cela ne tient pas compte des ordinateurs partagés (famille, web café, entreprise, etc.) où plusieurs personnes utilisent l’ordinateur sans le redémarrer pour modifier son adresse IP. C’est une référence mise en avant, mais qui reflète moins bien l’intérêt pour un site que le nombre de visites.
Les visiteurs uniques seront indiqués à partir de 2019.

Une nouvelle revue traitant du Catharisme

6-Communication
78 vue(s)

Une nouvelle revue traitant du Catharisme

Nous connaissons tous le nom d’une revue ayant le Catharisme pour thème, sinon unique, du moins important. Vous connaissez peut-être les Cahiers d’études cathares, Heresis, Histoire du Catharisme ou Montségur, dont certaines eurent des parrains prestigieux comme Déodat Roché ou Anne Brenon.

Deux remarques doivent être faites les concernant : elles ont toutes fait le choix de mêler le Catharisme avec d’autres sujets, comme les spiritualités plus ou moins ésotériques, les dissidences chrétiennes rejetées par le Catholicisme, voire le parallèle envisagé avec le protestantisme.
Mais aucune n’a jamais abordé le Catharisme sous tous ses angles et même les Cahiers d’études cathares, qui publiaient régulièrement des articles historiques, n’ont jamais évoqué le Catharisme de façon exhaustive sous cet angle.
En outre, toutes ont disparu depuis des années et ce n’est pas la parution unique en 2017 d’une numéro de Heresis à l’initiative du CIRCAED, qui est une association de recherche autour du Catharisme et des « dissidences », qui permet de considérer ce vide comme comblé.

C’est pourquoi j’ai émis l’hypothèse de la création d’une revue dont le thème unique serait le Catharisme, mais qui s’imposerait de l’aborder dans toutes ses composantes (histoire, philosophie, spiritualité, pratique, sociologie, approche ancienne t moderne, etc.) afin de permettre à tous de mieux le connaître et aux chercheurs d’y publier leurs travaux.
L’objectif n’est pas d’en faire une revue dédiée uniquement à la recherche, mais de permettre à tous, érudits et débutants d’y trouver les informations les intéressant.
De la même façon, pourront y publier celles et ceux qui auraient envie de le faire et d’y proposer le fruit de leur travail, quelle qu’en soit la portée scientifique.

J’ai soumis ce projet au Conseil d’administration de l’association Culture et études cathares. Si vous pensez que cela peut répondre à un vrai besoin et qu’il faut poursuivre dans ce sens, n’hésitez pas à le faire savoir en écrivant à l’administrateur du site ou en intervenant sur la page Facebook du site ou de l’association.

De votre implication pourrait dépendre l’aboutissement de ce projet.
Dans un premier temps, et selon l’engouement qu’elle pourrait susciter, cette revue sera d’abord publiée en format pdf — libre d’accès — avant d’être éditée sur papier si le lectorat le permet.

Vous pouvez aussi participer au sondage ci-dessous :

0