Comment peut-on être croyant ?

Information
  • Accès total


En relisant un passage d’une entrevue entre un journaliste et une historienne m’est venue l’idée d’exprimer ma réflexion personnelle sur le concept de croyance religieuse et d’athéisme.

Ainsi que l’exprime cette historienne, l’étude de la foi cathare peut faire naître un comportement paradoxal et ambivalent chez ceux qui se disent athées ou rationalistes. En effet, le catharisme présente la religion sous un jour tellement différent de celui de beaucoup d’autres christianismes, pour en rester à notre culture, qu’il peut provoquer l’apparition d’une sorte d’envie envers ces personnes qui étaient totalement convaincues au point de considérer comme inéluctable le fait d’être pris à partie au point parfois d’en mourir. Et l’historienne d’ajouter : « C’est fichu pour moi… », ce qui montre son ambivalence entre un état sur lequel elle cherche à accrocher sa logique rationaliste et un état qu’elle envie au point de se sentir à deux doigts  de succomber. Paradoxe d’autant plus grand qu’elle vient d’expliquer à l’instant même que, dans le catharisme il n’y a aucune échéance pour rejoindre le groupe des croyants et qu’il n’y a aucune obligation de fermeté dans ses choix, même celui de recevoir le Consolament.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner
0