2-2-Pensée cathare au quotidien

Le confinement : une contrainte ou une chance ?

2-2-Pensée cathare au quotidien

Le confinement : une contrainte ou une chance ?

Face à l’épreuve

Nous rencontrons tous des épreuves dans notre vie, qu’elles soient physiques, professionnelles, sociales, financières ou intellectuelles. Ces épreuves produisent en général un stress, car elles nous montrent notre fragilité et qu’elles remettent en cause nos éventuels projets.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Le mensonge réaliste !

2-2-Pensée cathare au quotidien

Le mensonge réaliste !

Le jour des fous

Avant l’Édit du Roussillon (09 août 1564), la date du jour de l’an était variable en France. L’habitude, issue des rois capétiens, de fixer le début de l’année à Pâques s’est prolongée pendant plusieurs siècles, et parfois jusqu’à la fin du Moyen Âge dans certaines provinces. C’était la remise en valeur des traditions babylonienne et égyptienne qui faisaient commencer l’année avec le retour de la promesse de bonnes récoltes (crue du Nil notamment).

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Présent : le temps des cathares

2-2-Pensée cathare au quotidien

Présent : le temps des cathares

Le rapport au temps

Je me suis déjà exprimé sur le temps et sa conception selon différentes philosophies et cultures, dont celle du christianisme.

Le fait de présenter le temps comme une sorte de ruban crée, de fait, une linéarité qui, dans le cas particulier du christianisme, est marquée par un événement destructeur du temps, la venue du Christ lors de sa première parousie. Cet événement va créer de fait un avant et un après. Le présent est constitué pour sa part de la période de la vie de Jésus et des disciples, telle qu’elle nous est rapportée dans les évangiles synoptiques.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Où va le monde ?

2-2-Pensée cathare au quotidien

Où va le monde ?

Comparaison n’est pas raison

Certes, ce dicton a toute sa validité dans notre façon d’analyser le monde et d’essayer de le comprendre. En effet, chaque élément et chaque environnement où il s’exprime sont différents de ceux auxquels on voudrait les comparer.
Mais, faut-il pour autant considérer, à l’aune de cette conception, qu’il est interdit d’espérer que l’expérience passée puisse servir la compréhension du moment présent ?
Je ne le crois pas. Même si nous vivons un temps où la nouveauté est systématiquement considérée comme meilleure que le passé ; que l’expérience est systématiquement à rejeter puisqu’elle n’a pas débouché sur la totalité de l’espoir que l’on faisait porter sur elle ; il me semble que les jugements à l’emporte-pièce ne peuvent aucunement aider notre société à avancer sereinement et efficacement.
Donc, même si la comparaison ne permet pas forcément d’obtenir une analyse imparable et immédiatement applicable, il n’en reste pas moins — à mes yeux — qu’elle permet de dégager de grandes lignes et des axes de compréhension dont nous aurions tort de nous priver.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner
0