Cosmologie du mélange

1 010 vue(s)

Cosmologie du mélange

Au Moyen Âge, les cathares ne disposaient pas des connaissances scientifiques et des hypothèses que l’astronomie nous offrent aujourd’hui. Ils se basaient donc sur les éléments à leur disposition, composés pour l’essentiel de textes religieux juifs de la Torah. Sur cette base assez ténue, ils avaient essayé de calquer les éléments que leur conception doctrinale leur faisait valider. Mais aujourd’hui, nous pouvons essayer d’aller plus loin dans notre compréhension et proposer des hypothèses plus avancées en utilisant nous aussi les apports de la science et parfois même ceux de ses failles.

Les deux perturbations des cathares

Quand la Torah juive, reprise dans l’Ancien Testament catholique, imaginait un Dieu créateur de l’univers et des êtres le peuplant, tout en faisant porter sur l’homme la responsabilité de l’imperfection de cette création, les cathares proposaient une lecture nettement différente.

L’ange, premier-né de la création divine, porteur de lumière (Lucifer), était accusé d’avoir préféré le Mal au Bien et d’avoir voulu égaler Dieu dans sa puissance, ce qui l’avait amené à la trahir. Pour les cathares cela posait problème. En effet, comment imaginer qu’une créature divine, parfaite dans le Bien comme son créateur, forcément ignorante du Mal qui est totalement absent de la sphère divine, aurait-il pu préférer le Mal qu’il ne connaissait pas au Bien qui constituait la totalité de son univers ? Le libre arbitre des hommes est également rejeté puisqu’il suppose une relative imperfection de Dieu et de sa création qui est en totale contradiction avec la perfection absolue de Dieu. Donc, les cathares considéraient que Satan, Lucifer ou le diable, selon les façons de le désigner, était une créature du Mal, lui-même appelé Satan. Cet ange mauvais aurait créé un monde mauvais afin, soit de tenter d’égaler la création spirituelle de Dieu, soit de lui nuire. Mais cette création, contrairement à celle de Dieu, ne disposant pas de l’Être — état de permanence absolue transmise de Dieu à sa création par émanation —, était soumise à la corruption temporelle. C’est pour tenter de l’empêcher, ou tout au moins, de la retarder le plus possible que Lucifer eut l’idée de dérober une partie des esprits saints composant l’empyrée spirituelle divine. En effet, ces esprits saints — formant un tout que nous appelons l’Esprit —, sont parfaits dans le Bien et éternels comme leur créateur dont ils partagent la substance.

Ce « rapt » réalisé par le diable fut suivi d’un mélange entre la part mondaine, constituée d’un corps matériel et d’une âme matérielle, et la part spirituelle, appelée âme spirituelle quand elle se trouve auprès de Dieu et esprit ou esprit saint quand elle est prisonnière dans le monde du Mal. La part de l’Esprit demeurée auprès de Dieu était considérée par les cathares comme le « corps » spirituel auprès duquel les esprits saints aspiraient à revenir, réalisant ainsi le mariage mystique.

L’organisation du Mal et l’apparition de Lucifer était nommé la première ou petite perturbation, alors que la chute des âmes spirituelles dans le monde du Mal était appelée la seconde ou grande perturbation.

Cette vision permettait d’expliquer les textes de référence universels, comme la Genèse qui fait état de deux créations distinctes de l’homme par Iahvé.

Tentative d’explication cosmologique moderne

L’univers est la création du Mal

« Ainsi tout bon arbre fait de beaux fruits, et l’arbre pourri fait de mauvais fruits. » (Matth. 7, 17). Cette affirmation vise à illustrer le concept des principes que l’on trouve largement expliqué dans La métaphysique d’Aristote. Ce concept pose comme incontournable le fait que tout se rattache à des principes qui sont uniques et ne peuvent produire que des conséquences elles aussi uniques. Ainsi, le principe du bien ne peut produire que du bien et le principe du mal ne peut produire que du mal. Tout composé peut et doit donc être rapporté aux principes dont émanent chacune des parties qui le composent.

L’existence du Mal oblige donc à considérer l’existence d’un principe du mal, ce qui ne veut pas dire que ce principe est l’égal du principe du bien. En effet, si le Bien est éternel, le Mal l’est forcément aussi, mais le Bien dispose de par sa nature de la capacité à laisser émaner un Bien éternel, alors que le Mal n’a pas cette compétence. Ne pouvant laisser émaner du Mal, il doit le créer provoquant de ce fait l’apparition d’un phénomène corruptif que l’on appelle le temps. Or le temps, s’il signe l’apparition des choses leur impose également une fin. Il en résulte que le Mal produit une création imparfaite, puisque émanant d’une absence d’Être et corruptible puisque créée dans le temps.

Cette lecture est acceptable à notre époque, comme elle l’était au Moyen Âge, puisqu’il est facile de constater à la fois l’imperfection et la corruptibilité du monde où nous vivons. La problématique principale, qui était insupportable aux esprits catholiques, est l’idée que le diable ait pouvoir de création. Jean de Lugio l’expliquait fort bien dans son Livre des deux principes que vous pouvez retrouver dans l’ouvrage de René Nelli : Écritures cathares.

En fait, ce qui définit Dieu, c’est-à-dire le principe du bien n’est pas la faculté créatrice, mais la capacité à laisser émaner de l’Être, sorte de consubstantialité à la fois éternelle et incorruptible.

La partition momentanée de l’Être

Beaucoup se sont interrogé sur le fait que le démiurge du Mal puisse entraîner à sa suite une partie de l’empyrée divine. Il est clair que, vu de notre conception mondaine, cela semble extravagant. Mais il faut apprendre à réfléchir différemment. Contrairement à ce que les ouvrages antiques nous font connaître, le Bien et le Mal n’agissent pas comme des seigneurs ou des États. Chacun étant un principe ne peut agir que selon ce qui relève de son état principiel. Le Mal peut essayer de nuire au Bien, du moins en apparence, mais le Bien ne peut ni ne veut utiliser les modes d’action du Mal pour réagir. Cependant, il a un avantage absolu sur le Mal : il est éternel et ce qui émane de lui l’est également, contrairement à ce que crée le Mal. Donc, pour simplifier, le Bien n’a pas de mal à opposer au Mal, mais si le Mal semble vainqueur, cette apparente victoire est très éphémère puisqu’elle ne s’exprime que dans le temps, alors que le Bien dispose de l’éternité, auprès de laquelle le temps est insignifiant, même si pour nous le temps semble durer indéfiniment.

L’incorporation de l’Être

La part spirituelle, que nous appellerons désormais les esprits saints, est mélangée à la part mondaine créée par le diable, démiurge du Mal. Mais ce mélange est limité à une sorte de coexistence du fait de la théorie des principes. Donc, le simple mélange ne suffit pas à retenir prisonniers les esprits saints. Il faut en outre éteindre chez eux le souvenir de leur origine, sinon ils n’auraient qu’un désir : revenir à leur source. Ce travail d’amnésie est l’œuvre de l’âme mondaine qui coordonne le mélange et assure la coopération des esprits saints en leur faisant oublier leur origine. Aujourd’hui, cela peut se comprendre en observant l’hypothèse émise dans le premier épisode du film Matrix®, où les personnages sont prisonniers d’une réalité virtuelle qui projette à leur yeux un monde acceptable quand en réalité ils sont prisonniers de bulles aspirant leur énergie au profit d’un peuple de robots et de programmes informatiques.

Ce choix cosmologique des cathares présente le mérite d’expliquer que certains humains sont attirés par le Bien quand les autres le sont par le Mal et ouvre l’espoir eschatologique d’une délivrance future et universelle. Mais ce qui est plus intéressant à mes yeux est que cette hypothèse permet d’apporter une réponse à une interrogation scientifique de notre époque qui n’a toujours pas trouvé de réponse satisfaisante.

Si les hommes sont des créations de ce monde dominé par le démiurge malin, cela veut dire qu’il y a eu une période où ces créatures évoluaient comme les autres, c’est-à-dire les animaux, et une période où leur évolution s’est modifiée du fait de l’incorporation des esprits saints.

Que disent les anthropologues sur l’évolution des espèces humaines qui cohabitaient avant que l’homo sapiens ne s’impose définitivement ? Ils notent que les deux espèces qui cohabitaient dans une fourchette de temps située pour l’instant entre 40 000 et 100 000 ans avant l’ère moderne, homo néanderthalensis (l’homme de Néanderthal) et homo sapiens (l’homme moderne), ont connus une mutation comportementale majeure et inédite.

En effet, jusques là ces deux espèces, présentes sur terre depuis plus de 200 000 ans pour la première et 100 000 pour la seconde, traitaient leurs morts comme de simples charognes animales, les jetant dans des gouffres ou les enfouissant sommairement sous des pierres au fond des grottes. Mais tout à coup elles se mirent à les traiter avec infiniment de délicatesse en les enterrant de façon soignée et manifestant l’idée d’une vie après la vie, puisqu’elles ajoutaient dans ces tombes des objets usuels, de bijoux ou des armes. Pour autant l’évolution montre des modifications comportementales majeures des espèces au fil des millénaires. Mais ces évolutions visaient toujours à une amélioration de la vie, que ce soit l’usage de la bipédie, la taille des silex, la découverte de l’usage et de la production du feu, etc. Là, nous sommes devant une évolution qui ne facilite en rien la vie quotidienne, voire qui la complique. Cette évolution semble aller de pair avec la découverte de l’art rupestre et le développement de la chasse, puis de l’élevage. En fait, comme l’explique très bien René Girard dans Des choses cachées depuis la fondation du monde, l’homme se met tout à coup à envisager l’existence d’une transcendance dépassant les pouvoirs de ses congénères. Cela fut sans doute également lié au regroupement des cellules nucléaires dans un but sécuritaire et pour améliorer le rendement de la chasse.

À ce jour aucune réponse scientifique satisfaisante ne peut expliquer à la fois le caractère relativement soudain et profond de cette mutation intellectuelle ni son caractère apparemment contre-productif.

Si l’on se place du point de vue cathare, une explication apparaît. En fait, l’infusion des esprits saints dans les corps humains aurait profondément modifié le fonctionnement de ces derniers en élevant sensiblement leurs capacités intellectuelles. On retrouve cette idée dans le prologue du film 2001, l’odyssée de l’espace®, où l’on voit un singe changer de comportement et développer considérablement ses compétences intellectuelles, par rapport à celles de ses congénères, après avoir touché un monolithe noir venu de l’espace.

Conclusion momentanée

Ce qui saute aux yeux de prime abord est que les cathares étaient capables de produire des réflexions de haute qualité en s’appuyant sur les connaissances de leur époque et en se guidant de la philosophie grecque pour corriger les errements des textes religieux juifs ou judéo-chrétiens de leur temps.

Cela est tellement vrai qu’en suivant leur mode de raisonnement on peut aujourd’hui encore proposer des hypothèses qui, sans déroger en aucune façon à la doctrine cathare médiévale, peuvent résister aux critiques scientifiques, voire les améliorer.

On voit là toute l’importance d’une doctrine offrant une réelle plasticité et basée sur un ensemble de connaissances qui, loin d’être rejetées en bloc, sont en fait disséquées et étudiées de façon extrêmement fine. C’est grâce à cela que le catharisme peut facilement répondre aux critiques d’un monde devenant de plus en plus athée et totalement voué à une nouvelle croyance, la science, qui montre malgré tout des failles non négligeables.

Éric Delmas, le 06 juillet 2020.

Faites connaître cet article à vos amis !

Information

Contenu soumis aux droits d'auteur.

0