Cathares – le jeu de plateau

Cathares – le jeu de plateau

cathare - jeu de plateau

« Hérétique au bûcher », gravure médiévale

Comme son nom l’indique, un jeu de plateau fait référence au support sur lequel se déroule le jeu, le plateau de jeu. C’est donc un jeu que l’on pratique de façon statique, assis autour d’une table, à plusieurs, voire avec plusieurs classes d’âge.
En général, les joueurs matérialisent leur action et leur position avec des pions et le déroulement du jeu fait, le plus souvent, usage d’un ou plusieurs dés.
Si le catharisme a fait l’objet d’un nombre considérable de déclinaisons dans des livres, des bandes dessinées, des vidéos, etc. il n’a que très rarement été décliné sous forme de jeu. Le jeu Carcassonne le fait de façon un peu elliptique car c’est jeu basé sur des tuiles que l’on installe au fur et à mesure et qui traite plus du Moyen Âge que du catharisme proprement dit.

Peut-on associer catharisme et jeu ?

Il ne faut pas, comme on l’a fait à une époque, considérer que certains supports sont forcément dévalorisant pour un sujet donné. La bande dessinée est aujourd’hui régulièrement utilisée pour traiter du catharisme. Certes, le plus souvent le résultat est décevant voire irritant, mais ce n’est la faute ni du catharisme ni de la bande dessinée. Ce sont les auteurs qui font du traitement d’un sujet, une réussite ou un échec. La saga en dix volumes de Philippe Jarbinet : Mémoire de cendres fait un excellent traitement de ce qu’était la vie à cette époque médiévale et du catharisme, comme avant elle, les deux volumes d’Aymeric. Certes, dans ce dernier cas, le scénariste est un historien de haut vol, Michel Roquebert, mais le dessinateur, Gérald Forton, a clairement fait l’effort de rendre les personnages réalistes et conformes à ce que l’on sait d’eux, comme Philippe Jarbinet avait pris la peine de se renseigner, lui aussi, aux meilleures sources à son époque.

Si le support importe peu dans la qualité du rendu, en quoi le jeu de société peut-il proposer quelque chose de différent et d’utile pour l’étude du catharisme ?
Tout d’abord il faut considérer le public concerné. Beaucoup de livres de qualité ont été édités sur ce sujet. Les meilleurs ne sont pas forcément les plus faciles à lire et la population tend, petit à petit, à se détourner des livres au profit de médias qui lui paraissent moins astreignants. En outre, le livre, et même la bande dessinée, ont l’inconvénient d’être des plaisirs solitaires, or il peut être intéressant d’associer plusieurs personnes à une activité ludique et culturelle commune. Si on peut en outre associer des générations différentes, c’est encore mieux.
Pour beaucoup, le catharisme est affaire d’experts et de passionnés, ce qui conduit une majorité de la population, a fortiori si elle n’est pas originaire du sud-ouest, à réfréner une éventuelle envie d’en savoir plus que ce que les manuels touristiques et quelques sources souvent douteuses lui permettent d’en deviner.
Si un média présentant un abord plus attrayant se donnait la peine d’apporter de nombreuses informations de qualité tout en « démontant » quelques lieux dit à la vie dure, ce serait un moyen de mettre un pied à l’étrier à cette population largement majoritaire. C’est l’objectif de ce projet : Cathares – jeu de plateau.

Donc je pense qu’un jeu, bien pensé, bien réalisé, accessible à presque tous et offrant des contextes variés, peut être un premier pas dans la connaissance du catharisme et devrait sans doute donner envie de se plonger dans la littérature traitant de ce sujet. La fréquentation de ce site est la preuve d’une demande d’information sans que les visiteurs aient pour autant envie de s’investir personnellement.

Cathares – jeu de plateau, un projet motivant mais difficile

S’il ne s’agissait que de produire un jeu de plus, si possible en favorisant les astuces classiques qui font le succès des autres jeux, comme : le pouvoir, la lutte, la mise en avant de l’égo, la violence, la domination, etc. cela pourrait se faire facilement. Mais ces « valeurs » sont à l’opposé de la philosophie cathare. Il faut donc faire autrement et c’est là que les choses se compliquent.
Les valeurs que le jeu doit mettre en exergue, sans lasser les joueurs, sont : la bienveillance, l’humilité, la soif de connaissance, le partage, l’entraide, la non-violence, etc.
Les intégrer dans un jeu doit se faire de façon adaptée, parfois même à l’insu des joueurs, mais toujours à leur avantage.
C’est pourquoi, depuis plus de cinq ans que j’y réfléchis, j’arrive à peine aujourd’hui à disposer d’un concept à peu près complet de ce que pourrait être ce jeu. Bien entendu, dans l’esprit des valeurs que je viens d’énumérer il n’est pas question d’en faire un objet individuel, aussi ai-je l’intention de le réaliser sous l’égide de l’association Culture et études cathares qui en retirera seule les avantages financiers éventuels.
Mais il reste néanmoins un gros travail de mise en œuvre pour réaliser les éléments nécessaires à la finalisation de ce projet. Pour cela, la participation de celles et ceux qui se sentent intéressés, m’amène à proposer un support aussi ouvert que possible.

Le jeu ne peut être un substitut à l’étude pour les croyants

Ce jeu doit demeurer extrêmement simple si l’on veut qu’il trouve son public. En effet, il s’agit d’attirer vers lui les personnes n’ayant aucune connaissance du sujet, celles qui ont déjà été polluées par la propagande touristique et celles qui n’ont que des bribes de connaissance saine.
C’est par la pratique du jeu qu’elles doivent, petit à petit, acquérir les éléments nécessaire à une saine maîtrise basique du sujet. Donc, même ceux qui réussiront les trois niveaux ne pourront espérer avoir un niveau de connaissance comparable à un croyant avancé. Et c’est tant mieux !

En effet, le jeu ne peut servir de support à l’avancement dans l’étude et la pratique du catharisme. Mais il doit permettre à ceux que le sujet passionnera de poursuivre ensuite par des lectures appropriées et par la participation à des rencontres individuelles ou collectives.
Par contre, le jeu pourrait participer à l’éducation des foules, en les sortant des sornettes diffusées par beaucoup de désinformations touristiques et par des commerçants peu soucieux du respect de ce sujet. À terme, il est même possible qu’avec une population plus au fait du sujet, ce soit à eux de s’adapter en améliorant leur niveau.
Mais il est possible d’imaginer un système permettant à différents niveaux de compétence de jouer ensemble avec une stratégie qui assure la réussite de tous au même niveau de chance.

Si vous souhaitez participer au projet : Cathares – jeu de plateau, rejoignez-moi sur Facebook afin que je vous intègre au groupe de travail. Si vous ne pouvez pas ou ne souhaitez pas utiliser ce réseau social, faites-moi parvenir votre candidature via le formulaire de contact du site.